Peau d'âne


Livres Couvertures de Peau d'âne
2.24 étoiles sur 5 de 17 Commentaires client

Peau d'âne - " Peau d'âne ne connaissait rien, elle habitait une petite ville du centre de la France et n'avait rien vu de très extraordinaire. Sa mère, qui était très belle, l'aimait. Il y avait un mimétisme entre Peau d'âne et sa mère. Un jour, le directeur financier de l'hôpital psychiatrique rattaché à la Sécurité sociale où travaillait sa mère, avait dit, à la suite du Noël de Gireugne, puisque c'était le nom de cet hôpital : c'est incroyable le mimétisme. L'é...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Peau d'âne

Le Titre Du LivrePeau d'âne
AuteurChristine Angot
ISBN-102234055989
EditeurStock
Catégoriesrécits
Évaluation du client2.24 étoiles sur 5 de 17 Commentaires client
Nom de fichierpeau-d-âne.pdf
La taille du fichier23.91 MB


12 mars 2016
Puis Peau d'âne, contre toute attente, est devenue à la mode. Son vêtement fétiche, la peau d'âne, se déclinait dans les collections les plus chic. Et il y avait même au Nain Bleu une poupée revêtue d'une peau d'âne, qui était restée en vitrine pendant toute la période des fêtes de Noël. Les gens ne se rendaient pas compte que c'était un vêtement exceptionnel à ne revêtir qu'en cas d'urgence. Et à quitter le plus vite possible comme Peau d'âne qui essayait de s'en débarrasser, et qui avait donc toujours de ces gestes saccadés qu'on fait quand on veut quitter un gilet, comme si elle essayait de faire glisser quelque chose de sa peau, quelque chose qui n'était pas elle mais une défroque qu'on essayait depuis toujours de lui faire porter, comme on dit porter le chapeau. + Lire la suite

12 mars 2016
Les connaissances non plus ne la fascinaient plus, l'érudition, les esprits encyclopédiques qui englobent tout et vous avec, à seize ans, dix-huit ans, ça avait complètement fini de la fasciner. À vingt ans, on ne peut pas parler de bonheur complet. Mais ça allait. Elle faisait de bonnes études, et elle avait rencontré un garçon qu'elle allait épouser. Donc elle n'avait pas trop à se plaindre. Il y avait évidemment toujours cette peau qui lui collait, ses vêtements la serraient. Mais ce n'était finalement qu'un détail. + Lire la suite

10 avril 2016
Un livre peu épais dont la moitié est occupé par le conte de Perrault dont l'auteure tire ce petit roman autobiographique. La référence à la relation entre Peau d'Ane et son père, le roi, permette à la narratrice d'aborder de façon moins explicite ce qu'elle a vécu avec le sien. Ce roman est aussi une réminiscence des années 60-70 : non seulement la mentalité des petites villes de province mais aussi des choses plus légères comme la mode et la musique. Je l'ai lu très vite mais ce ne sera pas le livre de cet auteure que je retiendrai.