L'Ane d'or ou Les métamorphoses


Livres Couvertures de L'Ane d'or ou Les métamorphoses
3.9 étoiles sur 5 de 165 Commentaires client

L'Ane d'or ou Les métamorphoses - " J'éprouvais cependant une angoisse et une grande crainte en me demandant comment avec des pattes si énormes et si longues, je pourrais monter une faible dame, comment ce corps si clair, si tendre, tout pétri de lait et de miel, je pourrais l'enserrer entre mes rudes sabots, ces lèvres mignonnes, toutes empourprées d'une rosée céleste, en approcher ma large et hideuse bouche, avec ses dents laides et dures comme pierre, et leur donner des baisers, enfin, comment un...

Télécharger Livres En Ligne

Détails L'Ane d'or ou Les métamorphoses

Le Titre Du LivreL'Ane d'or ou Les métamorphoses
AuteurApulée
ISBN-102070366294
EditeurGallimard
Catégoriesrécits
Évaluation du client3.9 étoiles sur 5 de 165 Commentaires client
Nom de fichierl-ane-d-or-ou-les-métamorphoses.pdf
La taille du fichier28.99 MB


30 septembre 2015
Ce livre est un chef-d'oeuvre. Il me donne à moi des vertiges et des éblouissements ; la nature pour elle-même, le paysage, le côté purement pittoresque des choses sont traités là à la moderne et avec un souffle antique et chrétien tout ensemble qui passe au milieu. Ça sent l'encens et l'urine, la bestialité s'y marie au mysticisme, nous sommes bien loin encore de ça nous autres comme faisandage moral. (Gustave Flaubert, 1852.) + Lire la suite

23 février 2012
Un texte délicieux et gourmand .. .... Je ne partirais pas pour ce commentaire dans des considérations historiques ou rhétoriques .. Ce texte est un récit excessivement vivant qui peut parler à n'importe quel lecteur contemporain.. Pas besoin d'être féru de lettres classiques ... La structure narrative n'en fait pas un roman au sens contemporain du terme .. Cependant ! il est indiscutable que l'effet produit un presque roman ou un assemblage de trois récits très cohérents ( avec des personnages très réussis et très fonctionnels )... Les métamorphoses constituent une thématique antique très riche ( effets littéraires .. mais aussi métaphores philosophiques ou expression du sentiment religieux ) ... Ce texte est très vivant .. C'est un vrai guide touristique rempli de magiciennes .. de larcins .. de quiproquos cocasses .. d'ironie .. d'humour et même de fables sexuelles à la limite du vaudevillesque .. Le titre est très évocateur et l'âne ( pour un temps un âne et pour un temps victime d'une ruse éculée ) traverse des péripéties de derrière les fagots ( une partie seulement du récit ) .. Ce texte est une distraction efficace .. qui rend l'antiquité gréco-romaine vivante et proche ... Ce texte démontre aussi que le sens de l'humour ne date pas d'aujourd'hui et il parle à des lecteurs contemporains aussi facilement que ne le fait le dernier roman en date ... je ne résiste pas au plaisir de citer PL Courier ( PL Courier est un latiniste et helléniste éminent de la fin du 18e siècle ...) qui parle très justement de ce texte : " On y trouve des notions sur la vie privée des anciens, que chercheraient vainement ailleurs ceux qui se plaisent à cette étude. Là se voit une vive image du monde, tel qu'il était alors; l'audace des brigands, la fourberie des prêtres d'Isis, l'insolence des soldats sous un gouvernement violent et despotique, la cruauté des maîtres, la misère des esclaves; tout est vrai dans ces fictions si frivoles en apparence; et ces récits de faits, non seulement faux, mais impossibles, nous représentent les temps et les hommes mieux que nulle chronique, à mon sens. " Pour faire une délicieuse et vivante plongée dans l'antiquité classique difficile de trouver mieux .. ( à part peut-être certaines pièces d'Aristophane ) .. + Lire la suite

25 septembre 2009
Le Sort a toujours une idée de derrière la tête. Et d'abord celle-ci : les apparences sont illusoires. Seule compte l'unité fondamentale de l'être. Sans doute est-il bon de passer par différents stades formels pour actualiser tous ses pouvoirs, développer toutes ses possibilités, bref : assumer la totalité de son moi. Dans la voie de l'enrichissement individuel, ou, plus simplement, de l'individualisation, la métamorphose possède une valeur éducative. Ce n'est pas voltige verbale que souligner, de la métamorphose, la vertu formatrice. Perrault ne dit rien d'autre lorsqu'il tire, de ses contes, la moralité. À qui se souvient de la portée symbolique de l'âne, il est clair que la peau de l'âne pour Lucius est stage de formation. Que sanctionnera cette "peau d'âne" qu'est la couronne de roses. Dans le vocabulaire des symboles, la rose signifie perfection. Parfum. Beauté par l'harmonie : elle est roue – roue des vents soufflant des quatre horizons, roue de lumière multicolore percée dans le mur gothique de la cathédrale. Sans entrer dans le détail de la symbolique des Rose-Croix, on sait que la rose est à la fois cœur et âme. Les signes sont les mêmes, qui désignent les vieux mystères, ceux de la nature, comme ceux des hommes et des dieux. La rose est la Fleur par excellence du Jardin par excellence qu'est le Jardin de la Contemplation, le jardin de Saadi le poète de Chiraz. Elle est la Dame du roman, tabernacle du jardin d'Amour courtois et de chevalerie. Elle est la Promesse montrée par Béatrice à son fidèle amant parvenue au dernier cercle du Paradis. Sur le corps d'Adonis expirant fleurissent des roses de sang. Rouge, la rose symbolise plus particulièrement la renaissance mystique, le premier degré de la régénération par initiation aux mystères. L'âne Lucius broute des roses vermeilles. Et le voilà promis à une félicité surnaturelle au service d'une divinité salvatrice – providentielle. Jean-Louis Bory, préface à L'âne d'or ou les métamorphoses. + Lire la suite