Northanger Abbey


Livres Couvertures de Northanger Abbey
3.95 étoiles sur 5 de 1064 Commentaires client

Northanger Abbey - Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n'a rien d'une héroïne, c'est que Jane Austen s'amuse ! Et nous emporte, d'une plume malicieuse, d'un bout à l'autre du plus moderne des romans austeniens.

Télécharger Livres En Ligne

Détails Northanger Abbey

Le Titre Du LivreNorthanger Abbey
AuteurJane Austen
ISBN-102264023805
Editeur10-18
Catégorieslittérature gothique
Évaluation du client3.95 étoiles sur 5 de 1064 Commentaires client
Nom de fichiernorthanger-abbey.pdf
La taille du fichier27.71 MB


11 janvier 2013
Avec "Northanger Abbey", cette chère Jane Austen se plaît à déployer tout l'humour et toute la bienveillante ironie qui caractérisent son oeuvre et son talent ! Ici c'est davantage le fond plus que la forme qui importe. La trame narrative de cet opus n'offre pas en effet toute l'originalité, la profondeur, l'analyse psychologique et sentimentale et la sincérité des autre romans austeniens. Non, pour moi, "Northanger Abbey" est avant tout le récit d'une histoire simplette narrant les aventures simplettes d'une héroïne simplette (qui, du reste, est bien attachante). Il s'agit avant tout de rire du roman baroque, de sa fantasmagorie, de sa vogue, de son style tout en rendant un très bel hommage à ses auteurs, à la littérature en générale et au roman, en tant qu'écrit stylistique, en particulier (cf. les paragraphes consacrés à sa légitimation). Catherine, jeune oie blanche qui s'émerveille de tout ce qu'elle voit, s'effarouche au contact de tous ceux qui l'entourent et s'angoisse de tout ce qui ne lui est pas familier, est l'archétype de la jeune curieuse, romanesque et passionnée, de ce début du XIXème siècle. Elle pourrait aussi bien être l'héroïne d'une roman de Mrs Ann Radcliffe, d'ailleurs elle adorerait ça ! Jane Austen joue avec elle comme un chat jouerait avec sa pelote de laine, la baladant, la bousculant, la heurtant parfois et l'emmêlant jusqu'à la crise nerveuse pour le plus grand plaisir de ses lecteurs ! Mais, heureusement, la raison ET les sentiments vaincront les fantasmes déréglés de cette jeunesse trop naïve et influençable qui devra rendre les armes d'elle-même. Il faut bien que jeunesse se passe ! Léger et frais mais assez prévisible, "Northanger Abbey", s'il est loin d'être désagréable à lire ou relire, n'occupe pas la première place dans mon "Top Austen", sans doute parce que je vieillis plus vite que Catherine ? + Lire la suite

12 août 2013
Ah, Jane Austen...Sans aucun doute mon écrivain préféré...Pourquoi ? Je répondrais sans hésiter parce qu'elle nous offre à le fois des histoires divertissantes, qui nous font rêver, mais aussi une réflexion sur la société et ses limites à travers ses personnages (ce dont il est d'ailleurs question à la dernière page de ce livre : "et je laisse à ceux que ces sujets passionnent le soin de décider si ce livre a pour but de recommander la tyrannie paternelle ou de prôner la désobéissance filiale"). Northanger Abbey n'échappe pas à la règle : l'héroïne, Catherine Morland, est une jeune fille de dix-sept ans, naïve et romanesque, qui fait ses premiers pas dans le monde. C'est l'occasion pour elle de découvrir Bath et ses coutumes, c'est-à-dire les bals et les spectacles, mais aussi l'amitié, en la personne d'Isabelle Thorpe, l'hypocrisie, l'orgueil, la cupidité, et, bien évidemment (comme dans tous les romans de Jane), l'amour... Henry Tilney est un personnage que j'aime beaucoup, simple, généreux, affectueux, et donc terriblement séduisant ! J'ai également particulièrement apprécié le personnage d'Eleanor, chaleureux et attachant. L'histoire, quant à elle, est passionnante. Au fil des (nombreux !) rebondissements de ce roman, le lecteur découvre les changements qui bouleversent considérablement Catherine, héroïne malgré elle, sans doute la moins intelligente de tous les personnages féminins de Jane Austen ; pourtant, cela ne nous empêche pas de nous identifier à elle et ainsi de partager ses pensées, ses doutes et ses espoirs. Il parait que Northanger Abbey est le roman que les lecteurs austeniens apprécient le moins, pourtant, je l'ai adoré du début à la fin, ce qui vient confirmer ce que j'ai dit précédemment, à savoir que Jane Austen est bien l'auteure que je préfère car elle ne m'a jamais déçue, et je ne me lasserai jamais de ses histoires magnifiques qui nous font tellement du bien... Un roman merveilleux que je relirai avec grand plaisir ! A lire !! + Lire la suite

28 août 2015
Sur les conseils avisés (ou devrais-je dire le vigoureux tirage d'oreille ?) de Gwen21, je me suis enfin lancée dans la lecture de Jane Austen, pour mon plus grand bonheur ! Pour donner libre cours à mon imagination, j'ai choisi « Northanger Abbey » car c'est une histoire que je n'ai pas encore vue au cinéma ou à la télévision, contrairement aux célèbres « Raison et sentiments » ou « Orgueil et préjugés ». Et puis le titre m'a fait penser à Downton Abbey : j'étais sûre de passer du temps dans une belle demeure. À 17 ans, Catherine Morland est invitée par ses voisins les Allen à passer quelques semaines à Bath. Entre bals, promenades et boutiques, elle se lie tout d'abord d'amitié avec Isabelle Thorpe, qui fréquente son frère, puis avec Eleanor Tilney, la soeur du charmant Henry Tilney. Lorsque les Tilney lui proposent de séjourner chez eux à Northanger Abbey, celle-ci est aux anges ! Cette somptueuse et antique demeure exerce un puissant pouvoir sur l'imagination de Catherine, férue de romans gothiques et dévorée de curiosité à l'égard du Général Tilney et de son épouse décédée. Tandis qu'elle échafaude les hypothèses les plus folles, elle ne se doute pas du sort qui l'attend… J'ai adoré la manière dont Jane Austen joue avec la naïveté son héroïne et prend à partie le lecteur, lui montrant par moment les ficelles du roman. Outre la délicatesse du style, l'humour est très présent. Et si l'on en croit les notes biographiques en fin d'ouvrage, la jeune Catherine, petite fille au physique quelconque issue d'une famille nombreuse, préférant les jeux au grand air à la musique ou à la couture, a de nombreux points communs avec l'auteur. La ville thermale de Bath, où Jane Austen vécut 5 ans, l'entrée des jeunes filles dans le monde, l'amitié, l'amour et la séduction, les commérages, l'étiquette et le faste de l'aristocratie anglaise, et bien sûr l'influence de littérature, font de ce court roman un petit bijou très agréable à lire, avec un brin de frisson lorsque l'orage se déchaîne à Northanger Abbey… et dans l'esprit de Catherine. Dois-je préciser qu'une « happy end » très austinienne vient couronner le tout ? Bonne pioche, donc, et je frétille de plaisir à l'idée d'entamer d'autres titres ! + Lire la suite