Le passe-muraille


Livres Couvertures de Le passe-muraille
3.67 étoiles sur 5 de 945 Commentaires client

Le passe-muraille - Il y avait à Montmartre, au troisième étage du 75bis de la rue d'Orchampt, un excellent homme nommé Dutilleul qui possédait le don singulier de passer à travers les murs sans en être incommodé. Il portait un binocle, une petite barbiche noire et il était employé de troisième classe au ministère de l'Enregistrement. En hiver, il se rendait à son bureau par l'autobus, et, à la belle saison, il faisait le trajet à pied, sous son chapeau melon. Dutilleul venait d'entrer...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Le passe-muraille

Le Titre Du LivreLe passe-muraille
AuteurMarcel Aymé
ISBN-102070369617
EditeurGallimard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.67 étoiles sur 5 de 945 Commentaires client
Nom de fichierle-passe-muraille.pdf
La taille du fichier28.44 MB


15 juin 2012
« le passe muraille » est sans aucun doute la nouvelle la plus connue de Marcel Aymé. C'est aussi le titre du recueil publié en 1943, qui comprend, outre la nouvelle éponyme, neuf autres textes, mais commençons par le commencement : « le passe muraille » : l'histoire d'un fonctionnaire employé au Ministère de l'enregistrement, Dutilleul, dont la vie va se transformer en enfer avec l'arrivée d'un nouveau « chefaillon ». Il utilisera son don de passe-muraille pour harceler celui-ci, apparaissant à travers le mur de son bureau… mais l'amour le perdra. « Les Sabines » : point d'enlèvement ici... Simplement Dame Scenna, dotée du don d'ubiquité qui lui permettra d'être à la fois l'épouse Métivier, la maitresse de Théorème, jeune peintre montmartrois et Lady Burburry en épousant un riche Anglais… « La carte », où le journal intime de Jules Flegmon : on traite ici des cartes de rationnement pendant l'Occupation. « le décret »… et si on décidait d'un saut dans le temps pour « atterrir » la guerre terminée ? « le proverbe » où l'histoire d'un père tyrannique qui apprend le même jour qu'il vient d'obtenir les palmes académiques et que son fils n'a pas fait son devoir de français pour le lendemain… « La légende poldève », une espèce de conte fantastique, où l'on tourne en dérision la guerre, les belligérants et les bigots à travers l'entrée au Paradis de la demoiselle Marichella Borboïé. « le percepteur d'épouses » ; un percepteur obtient de l'avancement de la part du ministre pour avoir « mis en recouvrement » les épouses de ses contribuables… « Les bottes de sept lieues » : une histoire de bottes magiques qui permettront à un jeune garçon de sortir de la misère. « L'huissier » : l'histoire de l'huissier Malicorne, mort et ressuscité pour faire le bien avant une deuxième tentative d'entrée au Paradis. « En attendant » : pendant la guerre de 1939-1972, devant une épicerie, quatorze personnes sympathisent et décident pour des raisons diverses et variées de ne plus se quitter. Dix nouvelles qui témoignent, sous la plume de Marcel Aymé, de l'exaspération des français pendant l'Occupation, face à une guerre qui n'en finit pas ; des français soumis à des tracasseries administratives aussi diverses qu'idiotes, voire condamnables… Une langue, certes un peu désuète, mais tellement attachante. + Lire la suite

04 décembre 2010
Un jour, le sous-chef fit irruption dans le réduit en brandissant une lettre et il se mit à beugler : - Recommencez-moi ce torchon ! Recommencez-moi cet innommable torchon qui déshonore mon service ! Dutilleul voulut protester, mais M. Lécuyer, la voix tonnante, le traita de cancrelat routinier, et, avant de partir, froissant la lettre qu'il avait en main, la lui jeta au visage. Dutilleul était modeste, mais fier. Demeuré seul dans son réduit, il fit un peu de tem­pérature et, soudain, se sentit en proie à l'inspiration. Quittant son siège, il entra dans le mur qui séparait son bureau de celui du sous-chef, mais il y entra avec prudence, de telle sorte que sa tête seule émergeât de l'autre côté. M. Lécuyer, assis à sa table de travail, d'une plume encore nerveuse déplaçait une virgule dans le texte d'un employé, soumis à son approbation, lorsqu'il entendit tousser dans son bureau. Levant les yeux, il découvrit avec un effarement indicible la tête de Dutilleul, collée au mur à la façon d'un trophée de chasse. Et cette tête était vivante. A travers le lorgnon à chaînette, elle dardait sur lui, un regard de haine. Bien mieux, la tête se mit à parler. - Monsieur, dit-elle, vous êtes un voyou, un butor et un galopin. Béant d'horreur, M. Lécuyer ne pouvait détacher les yeux de cette apparition. Enfin, s'arrachant à son fau­teuil, il bondit dans le couloir et courut jusqu'au réduit. Dutilleul, le porte-plume à la main, était installé à sa place habituelle, dans une attitude paisible et laborieuse. Le sous-chef le regarda longuement et, après avoir balbutié quelques paroles, regagna son bureau. A peine venait-il de s'asseoir que la tête réapparaissait sur la muraille. - Monsieur, vous êtes un voyou, un butor et un galopin. + Lire la suite

12 novembre 2012
En 1943, c'est un savoureux recueil d'une dizaine de nouvelles que Marcel Aymé offre, en pleine période d'occupation allemande, à ses lecteurs. Dans le premier texte, qui donnera son titre au volume, Dutilleul, modeste employé de bureau, possède la faculté de traverser les murs, il use d'abord de ce don pour se venger de son sous-chef de bureau M. Lécuyer, puis il devient, par un goût soudain de l'aventure, le fameux cambrioleur nommé Garou-Garou. Mais n'est pas Arsène Lupin qui veut... Dans "Les Sabines", l'héroïne Sabine possède le mythique don d' ubiquité et en profite pour vivre plusieurs vies parallèles auprès d'Antoine Lemurier, son mari, sous-chef du contentieux au SBNCA, auprès de Théorème un jeune peintre débauché aux yeux noirs, auprès d'un vieillard, distingué, monoclé et riche nommé Lord Burbury ! Mais écoeurée par cette vie dissolue elle reviendra à son premier amant pour disparaître en même temps que lui et ses 67000 doubles... "La carte", le troisième texte prend acte de la drôle de décision du gouvernement de réduire le droit de vie des improductifs à un certain nombre de jours par mois, Raconte le marché noir qui s'ensuivit et ses conséquences inattendues pour le narrateur, amoureux d'Élisa qui ne s'en doute pas... Avec "Le décret" Marcel Aymé Raconte comment, par l'entremise du Vatican, au plus fort de la guerre, un accord international fut conclu entre les belligérants pour avancer le temps de dix sept ans sans modifier pour autant l'issue normale des hostilités... "Le proverbe" pose un problème à Lucien qui a eu 3 à son devoir de composition française, il va devoir l'expliquer à M. Jacotin son père, qui est proposé pour les "palmes académiques" mais qui est aussi l'auteur du fameux devoir.... L'ensemble des textes, signés dans ce recueil par Marcel Aymé, est à mi-chemin entre le "Fantastique" et le "Philosophique". Sa plume amusée et moqueuse fait merveille dans ces contes modernes qui brocardent nos travers et la société. La meilleure, peut-être de toutes les nouvelles de l'ouvrage "Les bottes de sept lieues" sera reprise dans "Enjambées". Les enfants de Montmartre rêvent tous devant la vitrine d'un vieux brocanteur d'acheter une paire de bottes, trop chère pour eux. Mais le vieux commerçant, sentimental et original, baisse son prix pour permettre à Germaine de l'acheter... + Lire la suite