My First Sony


Livres Couvertures de My First Sony
3.73 étoiles sur 5 de 44 Commentaires client

My First Sony - Yotam enregistre tout sur son petit magnétophone Sony. La vie qui passe, à commencer par celle de ses parents, plutôt déglinguée, les récits des uns et des autres, pittoresques en diable, toutes les histoires que l'on raconte en famille et ailleurs sur l'amour, le sexe, la religion, la politique, la guerre, d'hier et d'aujourd'hui, la Shoah, les luttes, l'immigration, l'exil. Et c'est toute la société israélienne contemporaine qui défile ainsi, dans un tourbi...

Télécharger Livres En Ligne

Détails My First Sony

Le Titre Du LivreMy First Sony
AuteurBenni Barbash
ISBN-102843044340
EditeurZulma
Catégoriesrécits
Évaluation du client3.73 étoiles sur 5 de 44 Commentaires client
Nom de fichiermy-first-sony.pdf
La taille du fichier27.74 MB


11 décembre 2016
Yotam, un petit garçon de Tel Aviv, est tout heureux lorsque son père lui offre son First Sony, un magnétophone à cassettes bleu jaune et rouge. du haut de ses dix ans, l'enfant a une grande imagination et dans sa tête débordent les questions en tout genre. Avec son nouvel appareil, il enregistre ses histoires et ses observations mais surtout les discussions – souvent houleuses – des gens qui l'entourent ; ses parents, grands-parents, oncles, tantes, frère, soeur, amis de la famille, voisins et autres maîtresses de son père… Ainsi, il tente de comprendre le monde, de figer des moments tour à tour drôles émouvants agaçants riches étonnants, de garder l'empreinte des voix et des souffles… Il met les paroles en « boîte » et comme un trésor, il les range et les classe. Défilent alors, filtrés par le regard de Yotam, les discours politiques, amoureux, sociétaux, économiques, intimes, religieux, existentiels des uns et des autres archivés consciencieusement. Même le passé fait incursion dans le présent à travers les récits du Grand-père. Le texte est compact, sans chapitres. Les digressions s'enchaînent. Les phrases sont très longues. Les détails foisonnent, les personnages abondent, les va-et-vient entre les époques sont légion. de plus, ma méconnaissance de la société israélienne (malgré un lexique en fin d'ouvrage) a eu raison de ma lecture. J'ai manqué d'air. Je me suis accrochée tant que j'ai pu mais j'ai fini par lâcher le fil de l'histoire. S'il m'est tombé des mains, je sais que ce roman a eu beaucoup de succès à sa parution. Je garderai personnellement de cet auteur, un très bon souvenir de lecture de la vie en cinquante minutes. Lien : https://lesmotsdelafin.wordp.. + Lire la suite

07 mars 2017
Apparemment, son problème venait du fait qu’il n’avait plus d’histoires à écrire et cela le faisait souffrir, si seulement j’avais su d’où elles venaient, ces histoires, j’aurais pu l’aider un peu […].

17 octobre 2009
Le narrateur est un petit garçon, à la fois naïf et intelligent. Il raconte la vie de sa famille, plutôt mouvementée. Il ne se sépare jamais de son magnétophone Sony, acheté par son père grâce auquel il restitue tout ce qu'il entend. Et ce qu'il entend, ce sont des témoignages historiques concernant ses aïeux, les disputes entre ses parents, la vie que mène son père, metteur en scène raté, avec sa maîtresse, les difficultés qu'a sa mère, architecte, à joindre les deux bouts...L'écriture est précise. le rythme haletant. Les situations se succèdent avec frénésie. le lecteur progresse de digression en digression, presque en apnée. Si le ton est celui d'un enfant, se dissimule en filigrane le regard attentif et critique de l'écrivain.