Artaud et la théorie du complot


Livres Couvertures de Artaud et la théorie du complot
5 étoiles sur 5 de 1 Commentaires client

Artaud et la théorie du complot - Il y a quelques mois, l'invitation est faite à Mehdi Belhaj Kacem de parler en public d'Antonin Artaud, auprès de Pierre Michon. Sous ce titre provocateur, Artaud et la théorie du complot, Mehdi Belhaj Kacem va droit à une question terrible : quelle est la malédiction qui, depuis Rousseau, a ravagé tout un pan de la littérature, et poussé écrivains, philosophes, poètes, au désespoir et à la folie ? Rousseau donc, mais aussi Kierkegaard, Hölderlin, et exempla...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Artaud et la théorie du complot

Le Titre Du LivreArtaud et la théorie du complot
AuteurMehdi Belhaj Kacem
ISBN-102367190437
EditeurTristram Editions
Catégorieslittérature
Évaluation du client5 étoiles sur 5 de 1 Commentaires client
Nom de fichierartaud-et-la-théorie-du-complot.pdf
La taille du fichier25.56 MB


12 août 2016
Et pourtant, je ne peux qu’adorer cette loyauté, cet héroïsme qui nous dit : tant que nous produirons, sans cesse, des souffrances absolument inutiles, abominables ; tant que nous saurons que, chaque seconde qui passe, quelqu’un, homme ou animal, se fait torturer, assassiner, tabasser, mutiler, violer, exproprier de son être ; alors la prétention de quelqu’un à écrire, penser, créer sans faire cas de cette souffrance surnuméraire sera nulle et non avenue. Continuer à penser, à écrire, implique pour moi une fidélité sans faille à cette phrase ; ne plus vouloir de cette phrase, c’est pour moi cesser d’écrire, de penser, de créer. + Lire la suite

03 février 2016
Artaud a cette phrase terrible, atroce, insoutenable, qu’on peut en effet mettre sur le compte du délire, de la psychose, etc. – la « passion d’Artaud », a dit cliniquement Lacan l’une des très rares fois où il a daigné s’exprimer là-dessus, lui qui avait diagnostiqué en 1937 ou 38, je ne sais plus, qu’Artaud « n’écrirait plus une ligne » –, ce passage se trouve dans les cahiers d’Ivry, ceux sortis en fac-similé – justement –, et je crois bien n’avoir jamais rien lu de si bouleversant. C’est une phrase où un abîme éthique est en jeu : « Je ne veux pas être bien, parce que je me / reposerais / et que je serais / soulagé dans le mal / Je veux être mal dans / le mal / et mal tant qu’il y aura du mal / Je ne veux pas être bien / Tant qu’il y / aura un atome / un soupçon de mal / je veux souffrir / toujours ». + Lire la suite

03 février 2016
Après quelques années d'infidélité Medhi Belhaj Kacem publie à nouveau aux éditions Tristram dans leur toute nouvelle collection « Souple » de livres pas de poche mais pas coûteux non plus. C'est la transcription d'une conférence donnée aux Rencontres de Chaminadour, à l'invitation de Pierre Michon. Ces mots de « théorie du complot », ne sont pas tout à fait inopportuns quand on les applique à Artaud, on comprend. On comprend aussi qu'ils ont été choisis pour faire écho à leur résurgence depuis une quinzaine d'années. Mais c'est un livre très court qui reste sur un plan conceptuel très large et il n'est pas directement question de cette résurgence. Et, bien entendu, il s'agit encore moins de juger la « théorie du complot » – que le complot soit magique, spirituel, intellectuel, physique –, qu'importe après tout, s'il y a un sentiment de persécution ? C'est là qu'il pourrait y avoir une petite incompréhension avec ce titre. Dans cet ensemble de la « théorie du complot », Mehdi Belhaj Kacem s'intéresse plus au persécuté qu'aux persécuteurs. Il ne s'agit pas que d'Artaud, mais il parle aussi de Rousseau « le paranoïaque », d'Hölderlin bien sûr, Kierkegaard, Debord, Benjamin, il cite Beckett, évoque Kafka, Bataille, Baudelaire, Nietzsche, d'autres. Bref, une histoire de la littérature moderne et de ses héroïques persécutés. Tout ça pour arriver à une réflexion sur la postmodernité, qui est déjà trop vite résumé par l'auteur pour que je tente de la résumer encore plus, mais dans laquelle il attribue à Pierre Michon la place qui lui est due. J'aurais adoré assister à cette conférence. J'applaudis. + Lire la suite