Notre vie antérieure


Livres Couvertures de Notre vie antérieure
3.78 étoiles sur 5 de 32 Commentaires client

Notre vie antérieure - Bertier aimait Laure, Laure aimait Aurélien et Aurélien aimait la vie. Ils étaient jeunes et sans doute pouvaient-ils encore espérer qu'avec le temps ce triangle amoureux revisité finisse par trouver son équilibre. Il n'en fut rien.Devenue écrivain, Laure n'a pourtant jamais évoqué dans son ?uvre cette période de sa vie. Dix-sept romans, mais pas une ligne sur les nuits blanches à Saint-Germain-des-Prés, les après-midis studieux à la bibliothèque Sainte-Geneviève, l...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Notre vie antérieure

Le Titre Du LivreNotre vie antérieure
AuteurAnne-Sophie Brasme
ISBN-102213683603
EditeurFayard
Catégoriesrécits
Évaluation du client3.78 étoiles sur 5 de 32 Commentaires client
Nom de fichiernotre-vie-antérieure.pdf
La taille du fichier28.09 MB


27 juin 2017
J'ai bien aimé "Notre vie antérieure" mais quelques détails de ce court roman m'ont un peu mises mal à l'aise.D'abord (et ça c'est un sentiment tout personnel qui n'a rien à voir avec la qualité du roman) j'ai été gênée par les propos de la narratrice, écrivain confirmée ayant publié dix-sept romans, qui dénigre son travail. Etant une lectrice assidue (compulsive ?), j'avoue que l'écrivain est un peu mon héros idéal : celui qui me permet d'oublier, de rêver, de m'évader grâce à ses histoires, ses personnages, son style, etc. Alors le voir descendu de son piédestal, ramené au rang des travailleurs ordinaires qui font leurs huit heures par jour sans état d'âme ni passion, c'est franchement glaçant. J'ai aussi trouvé dommage que l'émotion ne transparaisse pas davantage dans le texte. Après tout la narratrice évoque son premier amour, une période déterminante qui a profondément marqué sa personnalité et j'ai eu l'impression qu'elle en parlait avec un détachement que quarante années n'expliquent pas (comme d'autres lectrices j'ai été surprise en lisant que l'été à l'île d'Oléron se passait dans les années 1990, mais puisque rien ne vient contredire (sauf si je suis passée à côté de quelque chose..) que la partie où la narratrice a 65 ans se passe dans les années 2030, pour quoi pas ?). Comme L'Irrégulière j'ai deviné les grandes lignes de l'histoire juste en lisant la quatrième de couverture et l'extrait Des Vagues de Virginia Woolf placé en exergue. Les intrigues prévisibles ne me posent généralement pas de problème (après tout je lis beaucoup et les histoires originales sont plutôt rares et ne garantissent pas forcément de bons romans), sauf que l'auteur essaye de maintenir absolument un certain suspense qui m'a du coup semblé plutôt artificiel. Malgré cela, j'ai passé un très bon moment avec ce livre grâce à la plume d'Anne-Sophie Brasme : un très beau texte, fluide et épuré, pour un roman que je n'ai pas pu fermer avant d'en avoir lu la dernière ligne... + Lire la suite

04 mars 2015
Le hasard des lectures m’a fait découvrir ce court roman après «Les rumeurs du Nil», le pavé de Sally Beauman. Mais quelquefois le hasard fait bien les choses, car les deux auteurs s’y prennent de la même manière pour mettre en scène leur récit. Il font alterner d’une part le regard de l’écrivain aujourd’hui sur l’épisode qui a le plus profondément marqué leur vie et la narration de cet épisode lui-même, au moment où les personnages le vivent. Une technique qui permet d’une part de conserver la fraîcheur du récit et ses zones d’ombre et d’autre part d’effectuer une analyse introspective et d’éclairer le chemin parcouru. Nous sommes au début des années 90, au moment où Laure, la narratrice, rencontre Aurélien et Bertier, venus étudier comme elle à Paris. C’est une période à la fois insouciante et studieuse, légère et grave. L’avenir est devant eux, sans pour autant pouvoir deviner de quoi il sera fait. La liberté a un doux parfum, mais il s’évapore bien vite devant les contingences matérielles. L’amour est encore un jeu, mais il peut très vite tourner au casse-tête. Comme par exemple si le délicat équilibre du trio est rompu. C’est ce qui arrive sur l’île d’Oléron où la famille d’Aurélien possède une maison de vacances. Laure va se jeter dans les bras d’Aurélien alors que Bertier est amoureux d’elle. Mais comme dans les tragédies grecques, Thanatos va donner rendez-vous à Eros : Aurélien va faire une mauvaise chute sur les rochers au bord de la plage et meurt quelques jours plus tard. C’est l’écrivain Laure Narsan, près de quarante ans plus tard, qui va nous dire ce qu’il est advenu alors. Il serait bien entendu dommage de déflorer ici la fin du roman. Disons simplement qu’Anne-Sophie Brasme a parfaitement su rembobiner le fil de son histoire. Les tourments de l’âme sont servis par une écriture limpide, ce qui permet au lecteur de ne pas croire le personnage-écrivain quand il affirme que son œuvre est somme toute plutôt banale. L’auteur-écrivain nous prouvant le contraire, page après page. + Lire la suite

20 décembre 2015
Je revois ces deux jeunes hommes qui sont arrivés jusqu'à nous, illuminant tout à coup la soirée. A cet instant, je ne sais pas encore que le premier va éveiller en moi le goût de la vie, et que le second va faire de moi un écrivain. Mais c'est à cela, précisément, que tient la magie de ce moment : tout m'est encore possible. L'image que j'ai du bonheur, je la dois à cet instant. A ce goût de vin sur nos lèvres. A cette promesse de vie devant nous. Et quand je me débarasse de l'armure qui m'enserre et que je laisse mon coeur battre, voilà ce qui me reste : un chahut d'étudiants trinquant au début de l'été, et le rire d'Aurélien au milieu de leurs voix. + Lire la suite