Le Baron perché


Livres Couvertures de Le Baron perché
3.96 étoiles sur 5 de 1070 Commentaires client

Le Baron perché - Monté à douze ans dans les arbres, Côme, baron du Rondeau, décide de ne plus jamais en descendre. Nous sommes en 1770. Des années plus tard, toujours perché, il séduira une marquise fantasque et recevra Napoléon en grande pompe. Autoportrait, conte philosophique, Le Baron perché est une éblouissante invention littéraire, où Côme circule au milieu des yeuses comme Calvino dans les lignes. Une des inventions les plus étonnantes de toute ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Le Baron perché

Le Titre Du LivreLe Baron perché
AuteurItalo Calvino
ISBN-102072740282
EditeurGallimard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.96 étoiles sur 5 de 1070 Commentaires client
Nom de fichierle-baron-perché.pdf
La taille du fichier20.17 MB


03 octobre 2015
En somme, il s'était laissé gagner par la fièvre des conteurs qui jamais ne savent quelles histoires sont les plus belles : celles qu'ils ont réellement vécues et dont l'évocation ramène tout un océan d'heures passées, de sentiments délicats - félicités, dégoûts, incertitudes, vanités, écoeurement de soi-même ; ou bien celles qu'on invente, qu'on taille à larges pans, où tout semble facile, mais qui, au fur et à mesure qu'on brode, ramènent - inexorablement - à ce qu'on a vécu ou rencontré. Chapitre 16, p. 223 + Lire la suite

18 août 2010
A vrai dire, on nous avait déjà interdit de nous laisser glisser sur les rampes de marbre de l'escalier. Non de peur que nous nous cassions jambes ou bras - nos parents ne se soucièrent jamais de cela, si bien qu'effectivement nous ne nous cassâmes jamais rien - mais parce que, croissant en taille et en poids, nous risquions de renverser les statues d'ancêtres que notre père avait fait placer sur de petites colonnes surmontant les balustres, à chacun des paliers. Côme avait déjà fait dégringoler une fois un trisaïeul évêque, avec sa mitre et tout. Puni, il avait appris à freiner son élan un instant avant d'arriver au palier et à sauter en bas au moment précis où il allait cogner la statue. + Lire la suite

08 février 2018
La table était le seul endroit où nous rencontrions de grandes personnes. Pendant le reste de la journée, notre mère, retirée dans ses appartements, faisait de la dentelle et des broderies. La Générale ne savait s'occuper qu'à ses travaux traditionnellement féminins : mais sa passion guerrière s'y donnait libre cours. Guipures et broderies représentaient habituellement des cartes géographiques : tendues sur des coussins ou des tapisseries, elles étaient piquetées d'épingles et de petits drapeaux reproduisant les batailles de la Succession d'Autriche, que notre mère connaissait par coeur. D'autres fois, elle brodait des canons, avec les différentes trajectoires à partir de la bouche à feu, les dispersions et les angles de tir; notre mère était très compétente en balistique. + Lire la suite