Proust, le chat et moi : Précédé de L'enfance de l'art


Livres Couvertures de Proust, le chat et moi : Précédé de L'enfance de l'art
3.25 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client

Proust, le chat et moi : Précédé de L'enfance de l'art - Proust, le chat et moi précédé de L'enfance de l'art Première parution en 1984 Collection La petite vermillon (n° 317), La Table Ronde Parution : 12-03-2009 L'Enfance de l'Art: Par quel mystère la tauromachie ressemble-t-elle à la littérature. Comment l'auteur a vaincu le temps et répété les séquences d'une vie irresponsable grâce à la littérature. Comment a-t-il vécu l'enfance de l'art et pourquoi l'art...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Proust, le chat et moi : Précédé de L'enfance de l'art

Le Titre Du LivreProust, le chat et moi : Précédé de L'enfance de l'art
AuteurJean Cau
ISBN-102710331098
EditeurLa Table ronde
Catégoriesvécu
Évaluation du client3.25 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client
Nom de fichierproust-le-chat-et-moi-précédé-de-l-enfance-de-l-art.pdf
La taille du fichier19.29 MB


24 janvier 2011
Proust, le chat et moi Dégout viscéral de la vie, l'Occident ferme ses portes, seule la masse subsiste sans autres raisons de vivre que de consommer ses petits plaisirs laissant passer l'histoire qu'elle a écrite jusqu'alors. “Il sait que la race des derniers hommes – celle des nains - étant venue, elle ne saurait produire des écrivains géants.” La plume de Jean Cau l'emporte alors que “les temps sont venus où l'art ne triomphera plus de la mort”. Ecrit en 1984, Jean Cau ratiocine sur l'impossibilité de dépasser Marcel, le dynamiteur génial de la littérature - Proust, que dois-je écrire ? Après toi, Marcel, que peut-on écrire ?-, sur une fin nucléaire prochaine ou, au mieux, sur l'inévitable victoire de la masse exogène détruisant la civilisation occidentale. Grâce à l'indéniable talent de Jean Cau, ces lignes prophétiques sont un plaisir pour l'oeil et pour l'oreille. Depuis les années 70, des Cassandres ont décrit cette fin d'un monde, de Jean Raspail et son Camp des Saints à Bruno de Cessole et laFermeture des jardins d'occident. Sans étonnement ce pessimisme éclairé n'atteint que les écrivains de droite insensibles à la marche du progrès continu cher à la gauche toutes tendances confondues. Aussi il sera bien normal que la majorité des lecteurs, comme le malade ne voulant pas connaître la gravité de son affection, soit sujette à un rejet plus ou moins radical de cet écrit, par trop violent pour notre monde déjà vaincu ou trop aseptisé. + Lire la suite

04 février 2011
La première partie de ce livre est " l'enfance de l'art". Une description de la naissance de l'art littéraire. Des sentiments ressentis par celui qui se sent devenir ou plutôt être écrivain, au même titre que celui qui se sent un don pour la tauromachie ou en tant que chanteur... Des sentiments ressentis dans l'enfance déjà, lorsque l'envie d'exercer ce don nous viens pour la première fois et la honte que l'on ressens, je dirais plutôt la gène de ce qui sort de notre plus profond intérieur... Des sentiments que j'ai non seulement compris mais encore approuvés pour les avoir ressentis tel qu'ils sont décris et pour les ressentir encore. Une très belle première partie donc, qui m'a touchée profondément et m' donné l'occasion de me replonger dans ce rêve caché, enfoui au plus profond de moi, celui d'écrire. Une deuxième partie du livre, ensuite, est consacrée à une réflexion sur une oeuvre qui est " la recherche". Une réflexion profonde sur l'écriture, les raisons de celle-ci aux époques passées, ces raisons aujourd'hui... Peut-on toujours écrire alors que l'époque n'est pas la même. Peut-on toujours être aussi captivant en tant qu'auteur alors que les temps ont changés ? Réflexion teintée de pessimisme puisqu'elle est une succession des échecs des hommes dans tous les domaines de la vie, des progrès qui contraignent les auteurs au silence, puisque les revendications n'existent plus... Une deuxième partie tout aussi captivante que la première où il faut toutefois "s'accrocher", car le ton est soutenu et les idées nombreuses! Un livre qui fera la satisfaction des écrivains dans l'âme et des philosophes.. Le narrateur parle à son chat qu'il a nommé Marcel, d'où le titre du livre. + Lire la suite

23 décembre 2010
Ce livre réunissant deux essais, je me permets de faire un billet pour chacun de ces essais. L'enfance de l'Art Jean Cau utilise la littérature comme un exutoire. Au lieu de nous proposer un essai constructif, il est là, à geindre, à se plaindre, à chouiner sur sa condition d'écrivain. Non pas parce qu'il n'en vit pas assez bien, mais plutôt parce qu'il en a honte d'en vivre. Journaliste et écrivain, l'auteur se livre à un véritable mea culpa sur la honte qu'il ressent de se faire payer pour écrire. Il a vécu de sa passion, c'est bien, et après... Je ne vois pas quel est l'intérêt d'avoir écrit cet essai, si ce n'est pour se faire une auto-psychanalyse. Et personnellement, je ne considère pas la littérature comme un exutoire psychanalytique que n'importe qui peut arriver à faire, mais plutôt comme un effort intellectuel de mener le lecteur dans la peau d'un personnage qu'il n'est pas et dans une histoire qu'il ne vit pas. ... la suite sur le blog ... Lien : http://skritt.over-blog.fr/a..