Les Nains de la mort


Livres Couvertures de Les Nains de la mort
3.11 étoiles sur 5 de 205 Commentaires client

Les Nains de la mort - Si Londres est célèbre depuis longtemps pour l'effervescence de sa vie musicale, l'envers du décor n'est pas toujours aussi reluisant, comme en témoignent les mésaventures de William, un jeune compositeur ambitieux qui ne cesse de se heurter aussi bien dans sa vie quotidienne que dans ses ambitions professionnelles à toutes sortes d'avanies. À commencer par le meurtre d'un de ses confrères assassiné sous ses yeux par deux nains cagoulés. Dans ce troisi...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Les Nains de la mort

Le Titre Du LivreLes Nains de la mort
AuteurJonathan Coe
ISBN-102070757684
EditeurGallimard
Catégoriessatire sociale
Évaluation du client3.11 étoiles sur 5 de 205 Commentaires client
Nom de fichierles-nains-de-la-mort.pdf
La taille du fichier20.58 MB


30 avril 2016
"Si c'était bel et bien la vérité, elle était cruelle ; mais d'une certaine manière, j'en éprouvais un certain réconfort. Finalement, n'importe quelle explication valait mieux que pas d'explication du tout."

12 septembre 2013
Un Jonathan Coe, sans doute mineur, reste un livre de Coe quand même : sarcastique, assez noir et souvent désopilant. L'auteur nous entraîne dans le Londres des musiciens de la fin des années 80, avec l'histoire d'un looser du clavier, William, dont on suit les déambulations pathétiques, ridicules, comiques. Sa vie, entièrement construite sur des faux-semblants, s'effiloche au fil des pages, et on assiste impuissant et rieur à sa lente agonie. L'ensemble baigne dans une culture pop-rock bien sympathique et, sur certains passages, traite de musicologie pour plus érudits. Si on connait un peu le solfège, on peut même s'amuser avec quelques phrasés. On appréciera également la structure du livre, construit comme un véritable morceau de musique avec des titres de chapitres tels que intro, premier thème, solo, reprise… On peut retenir également l'hommage appuyé à Morrissey et aux Smiths dont on trouve des extraits de textes au début de chaque chapitre. Dommage que l'histoire s'essouffle dans le dernier quart du livre (les rappels sont moins bons en quelque sorte…), pour finir sur une conclusion un peu décevante. Mais dans l'ensemble, un bon moment de détente à la sauce rock/punk ! + Lire la suite

03 février 2015
Jonathan Coe nous gratifie toujours de ce qui fait certainement une grande part de son charme, de sa patte, à tout le moins ce qui accroche nombre de ses lecteurs à son écriture si particulière : l'attention portée à la construction de son personnage principal. Il façonne patiemment des caractères plongés un univers différent à chaque roman et tellement ancrés en lui. Gregory Dudden dans « La maison du sommeil » en est un bel exemple, un meilleur encore avec William que nous découvrons ici. William est un musicien, pianiste passionnée qui du haut de ses vingt-trois printemps a investi Londres comme il a pu, délaissant sa campagne dans l'espoir d'appartenir à un petit groupe de rock qui percerait peut-être un jour. Il vit en colocation avec une jeune femme qu'il ne connaît que très peu et qu'il croise une heure toutes les trois semaines tout au plus. Il vit là, dans les HLM londoniens, loin de tout même du métro, mais il vit là pour jouer. Il joue du piano comme d'autres respirent, par besoin. Un jeune homme des plus banals qui en plus travail dans un magasin. Sa vie normale va basculer lorsqu'il sera le témoin d'un meurtre commis sous ses yeux par deux nains. Et c'est sur ce renversement que Jonathan Coe ouvre son récit. Toute sa démarche, construite autour de la structure musicale, consistera en un grand retour en arrière de William sur lui-même pour comprendre ce qui l'a conduit ici et l'amènera jusqu'à son issue finale. En cela, la construction de l'ouvrage est assez commune, si ce n'est le chapitrage qui suit les différents mouvements d'un morceau. Je n'ai pas autant aimé celui-ci que « La Maison du Sommeil » bien qu'il m'ait tenu éveillé jusque tard dans la nuit. Je n'y ai pas trouvé la surprise de la première fois mais le plaisir est toujours là car ce roman, polar musical, reste toutefois un divertissement bienvenu. Pour découvrir l'auteur, se jeter évidemment sur "La maison du sommeil", un bijou ! + Lire la suite