Passages d'enfer


Livres Couvertures de Passages d'enfer
3.32 étoiles sur 5 de 22 Commentaires client

Passages d'enfer - Voici un recueil de vingt et une nouvelles caustiques, sensibles et drôles. Ce livre déborde d'histoires qu'on voudrait toutes raconter. A chaque fois, les choses prennent une tournure à laquelle on ne s'attendait pas, on est toujours surpris. Didier Daeninckx s'inspire directement de l'actualité et dénonce les petits travers de notre société. Dans l'une des nouvelles, un fils détourne le tour de France par amour pour son père, dans une autre, des chômeurs e...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Passages d'enfer

Le Titre Du LivrePassages d'enfer
AuteurDidier Daeninckx
ISBN-102070413829
EditeurGallimard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.32 étoiles sur 5 de 22 Commentaires client
Nom de fichierpassages-d-enfer.pdf
La taille du fichier29.94 MB


05 mai 2011
Ouvrage composé de 21 histoires de valeur inégales. Ma préférée étant la première : le salaire du sniper. On y retrouve les thèmes chers à l'auteur : le poids du destin et le pessimisme acide.

15 février 2015
Ce qui est pratique avec les nouvelles, c'est qu'on peut en lire ou deux, et puis laisser le livre de côté et s'y replonger,selon son humeur. Evidemment, certaines m'ont davantage touchée que d'autres, toutes ne sont pas égales ,on accroche ou pas avec l'histoire et avec les personnages, en même temps, ce n'est pas grave, on reste si peu de temps avec eux. "'Le manuscrit trouvé à Sarcelles"' est sans doute une histoire moins noire que celle du Sniper,( la première e la liste)mais certainement une peinture de ce qui arrive fréquemment : Un auteur célèbre, académicien de surcroît, perd son manuscrit dans un taxi. Celui qui le trouvera ne trouvera pas d'éditeur qui l'acceptera et finira par le publier à compte d'auteur. Ce livre n'aura aucun succès et sera même massacré par son véritable auteur, qui réalisera en même temps avec effroi qu'il s'agit de son oeuvre. Cette nouvelle nous laisse à penser qu'on n'édite pas des oeuvres mais des noms, c'est d'ailleurs pourquoi tant de livres médiocres sortent chaque année, sous prétexte qu'ils sont les oeuvres de romanciers connus et reconnus par leurs pairs, par forcément par les lecteurs. Le détour de France, dans lequel un fils veut faire plaisir à son père mourant en prenant tous les risques, La psychanalyse du frigidaire qui se lit presque comme un polar, le Gros lot, toutes ces nouvelles montrent à quel point il est facile de basculer et de se perdre. Vous l'aurez compris, il ne s'agit pas d'une oeuvre légère mais en même temps, il y a des passages qui ne manquent pas d'humour. + Lire la suite

30 juillet 2016
12 mai 1998, boulevard Raspail. Guy Chaplain se soulagea dans l'édicule Decaux planté au coin de la sinistre rue Richard qui coupait le cimetière Montparnasse en deux parties inégales. Il se rajusta et déboucha sur le boulevard, face au lycée technique Raspail qu'il avait quitté avec quelques amis de rencontre, quelques mois plus tôt, avant que la mairie n'en mure les issues. Il fit une pause, dans le square triangulaire, puis se mit en devoir de remonter la rue Campagne-Première pour atteindre le boulevard Montparnasse avant que les restaurants n'aient absorbé les bataillons de spectateurs libérés par les cinémas. C'était le meilleur moment de la journée, pour la manche.(p.279/280) 13 mai 1998, 4 heures du matin, passage d'Enfer [...] Ce fut le couple habillé en Saint Laurent et Rabanne, des antiquaires des arcades Rivoli, qui eut l'idée de fêter dignement le trentenaire du 13 mai 1968 en érigeant une barricade au milieu du passage d'Enfer. Pedro usa de son prestige pour prendre la direction des opérations, et une petite troupe zigzagante se dirigea vers les grilles barrant l'entrée côté boulevard Raspail. Au son de l'Internationale, les conteneurs à ordures furent promptement traînés sur les pavés ainsi que des cageots, des emballages de fruits et légumes, des robots mixeurs, soigneusement empilés près du platane par l'épicier vietnamien et le vendeur d'électroménager. Un matelas compissé par tous les chiens du quartier, une vieille télé abandonnée et un frigo aux parois poisseuses d'huiles de fritures complétèrent le dispositif des émeutiers du petit matin. (p295-296) + Lire la suite