Jack


Livres Couvertures de Jack
4.27 étoiles sur 5 de 11 Commentaires client

Jack - Un garçonnet de sept à huit ans, poussé trop vite, un peu ridicule dans le costume à l'anglaise dont il est affublé, mais séduisant par sa grâce et son air de douceur, voilà Jack. Pourquoi le supérieur du collège de Vaugirard murmure-t-il avec tant de compassion « Pauvre enfant... » quand Mme Ida de Barancy, furieuse, sort avec son fils dont il n'a pas voulu comme élève ? Pourquoi Mme Moronval a-t-elle la même réaction quand il devient pensionnaire au Gymnase Moronv...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Jack

Le Titre Du LivreJack
AuteurAlphonse Daudet
ISBN-10B0000DMP9O
EditeurFlammarion
Catégoriesdramatique
Évaluation du client4.27 étoiles sur 5 de 11 Commentaires client
Nom de fichierjack.pdf
La taille du fichier24.74 MB


17 juin 2011
Je reste stupéfait, Daudet est supérieur à Zola dans sa description du monde ouvrier du 19e! Ce n'est pas grandiloquent, c'est juste! Un bravo à postériori, mais Daudet est un grand auteur, pas toujours reconnu! Lien : http://[email protected]

17 janvier 2015
C’est pour cette raison qu’il a envoyé l’enfant si loin, si loin. Mais le cœur des mères, même de celles-là, est fait de telle sorte, que plus les enfants sont loin, plus elles les aiment, comme si elles voulaient, à force d’amour, combler la distance et rapprocher les cœurs. Depuis le départ de Jack, sa mère, tourmentée par ses remords, l’adorait de toute la faiblesse qu’elle avait mise à l’abandonner. Elle évitait de parler de lui pour ne pas irriter le poète, mais elle y pensait. Il devinait cela. Sa haine pour l’enfant s’en accrut, et aux premières lettres de Roudic se plaignant de l’apprenti, il avait eu des dédains satisfaits. — Tu vois ! on ne pourra pas même en faire un ouvrier. Mais cette pensée ne suffisait pas à le contenter. Il aurait voulu humilier Jack, l’abaisser encore. Cette fois, il allait être heureux. Aux premiers mots qu’il lut de la lettre d’Indret, car enfin il s’était décidé à l’ouvrir, cette lettre, sa figure pâlit d’émotion, ses yeux flambèrent d’une espèce de triomphe méchant : — J’en étais sûr ! Puis, tout de suite, devant la mise en demeure qui leur était faite de rembourser la somme, il prévit une foule de complications désagréables, et ce fut d’un air navré qu’il tendit le pli à Charlotte. + Lire la suite

28 mars 2012
Jack (avec un k) est un blondinet doux et gentil qui n'a jamais connu son père. Sa mère, Ida de Barancy, fausse comtesse mais vraie « cocotte » plutôt écervelée veut le placer dans un pensionnat pour avoir les coudées franches et profiter de la vie. Refusé par un établissement sélect, il échoue au Gymnase, piètre internat spécialisé dans l'accueil des « Petits pays chauds », enfants de notables, potentats ou roitelets d'Afrique ou d'Asie, désireux de donner à leur progéniture une éducation à la française. Sa mère tombe follement amoureux du professeur de français du Gymnase, un certain Vicomte d'Argenton, raté notoire et ombrageux poète qui va s'acharner à rendre la vie infernale à l'enfant. Et ce n'est que le tout début d'un long calvaire... Un roman social et émouvant qui permet de suivre le sinistre déroulement d'une vie gâchée par l'insouciance d'une mère indigne et la méchanceté d'un beau-père sadique. le malheureux Jack d'Alphonse Daudet peut dignement tenir la comparaison avec les autres enfants souffre douleur de la littérature comme Olivier Twist, David Copperfield, Poil de Carotte ou le Petit Chose. En plus d'une analyse particulièrement fine des caractères et des situations sociales d'une époque (condition des filles-mères subissant la honte et le déclassement), Daudet nous fait découvrir le travail ou plutôt l'exploitation honteuse des enfants dans la sidérurgie où Jack souffrira quatre années et dans les entrailles des grands bateaux à vapeur où il sera « chauffeur ». Sur ce registre naturaliste et social, Daudet rejoint Zola. Avec sa fin dramatique, ce livre peut paraître un peu mélo pour un lecteur d'aujourd'hui alors qu'il n'est que dramatique et surtout réaliste. Daudet, auteur apparemment léger, aimable et distrayant, ne se faisait aucune illusion sur la nature humaine et sur les rapports sociaux de son temps. Un grand classique. Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/ + Lire la suite