Mes crimes imparfaits


Livres Couvertures de Mes crimes imparfaits
3 étoiles sur 5 de 3 Commentaires client

Mes crimes imparfaits - « Je fis la connaissance de Christophorine par un de ces matins de printemps où tout peut devenir possible. Un soleil voilé de brume flottait en lambeaux à travers les arbres encore maigres de feuilles, l'herbe du parc collait à la terre lourde et grise de l'hiver, et les oiseaux faisaient semblant de ne plus être tristes. Pourtant, l'air sentait le neuf, et les cœurs battaient fort... Je veux dire : mon cœur. Et celui de Christophorine. Bien sûr, à ce moment-là, j'...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Mes crimes imparfaits

Le Titre Du LivreMes crimes imparfaits
AuteurAlain Demouzon
ISBN-10221363131X
EditeurFayard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3 étoiles sur 5 de 3 Commentaires client
Nom de fichiermes-crimes-imparfaits.pdf
La taille du fichier21.27 MB


10 janvier 2018
Tout le monde a entendu parler de crimes parfaits… ou réputés parfaits. Car, s’il est bien vrai que le crime parfait existe, sa première perfection n’est-elle pas de rester à tout jamais inconnu ? Ces crimes parfaits, dont on parle, ne sont que des crimes ayant failli être parfaits. Comme toujours, les choses ont mal tourné à cause de ce fichu grain de sable dans l’engrenage.

10 janvier 2018
Le mot crime est habituellement mal entendu de nos contemporains. Il se trouve pourtant défini par l’article premier du Code pénal français et explicité par les articles sept et huit du même Code. Nemo censetur ignorare legem : Nul n’est censé ignorer la loi. Je renvoie donc chaque bon citoyen à la lecture de ces lois qui le régissent. Sachons seulement que le meurtre et l’assassinat sont qualifiés de « crimes », mais aussi la trahison et l’espionnage, le rapt et le viol, le vol armé et l’extorsion par la violence, l’association de malfaiteurs, la contrefaçon des monnaies, le dépôt d’engins explosifs et le détournement d’aéronef… Pour n’en citer que quelques-uns. Il y a donc des crimes de sang et d’autres qui ne le sont pas. Lorsque l’on parle de crimes parfaits, c’est surtout à ces premiers que l’on songe, car ils sont justement la forme suprême du crime. Dans la locution : crime parfait, le substantif crime est donc utilisé synecdoquetiquement. Qu’on ne l’oublie pas ! + Lire la suite

10 janvier 2018
Le crime gratuit n’a d’autre motif que sa propre réalisation. Il apparaît comme l’assouvissement d’un besoin pervers de tuer et s’accommode de victimes de rencontre et de circonstances fortuites. Il peut être également l’aboutissement d’une réflexion philosophique dans laquelle se mélangent, habituellement, le désir d’être un surhomme (pour s’élever au-dessus des lois humaines et divines) et de troubles composantes psychanalytiques. + Lire la suite