Ils étaient cinq


Livres Couvertures de Ils étaient cinq
4.31 étoiles sur 5 de 21 Commentaires client

Ils étaient cinq - « Ce fut un honneur de vous connaître Capitaine » Quand Antoine Brémont, capitaine de la DSC, est invité à rejoindre un puzzle macabre en qualité de Juge des Âmes, il ne sait pas encore que ce jeu cruel l'entraînera lui aussi vers un passé vertigineux.

Télécharger Livres En Ligne

Détails Ils étaient cinq

Le Titre Du LivreIls étaient cinq
AuteurSandrine Destombes
ISBN-102298126291
EditeurFrance loisirs
Catégoriesrécits
Évaluation du client4.31 étoiles sur 5 de 21 Commentaires client
Nom de fichierils-étaient-cinq.pdf
La taille du fichier21.59 MB


15 mai 2017
Se fier à ses premiers instincts. Passer outre les images pour laisser son ressenti opérer. Les questions techniques viendraient après, quand son subordonné serait à nouveau opérationnel. Il n’avait pas besoin de lui pour l’instant pour savoir que la vidéo qui défilait sous ses yeux n’était pas l’expression d’un réalisateur maudit cherchant à marquer son public coûte que coûte. Non, aucun comédien n’aurait pu simuler de telles souffrances. + Lire la suite

07 novembre 2017
Lorsque le capitaine Antoine Bremont, gendarme mais aussi profiler, reçoit une vidéo qui lui est personnellement adressée, mettant en scène un séance de torture insoutenable, il comprend qu'il va avoir affaire à des tueurs sans pitié. Dès le départ, les criminels lui indiquent qu'ils l'ont choisi spécialement lui, comme juge, le seul à même de comprendre leurs motivations. Est-ce en rapport avec son passé? Qui sont ces hommes, quel but poursuivent-ils? Bremont sait que son enquête s'annonce particulièrement ardue, d'autant qu'il est certain que pour progresser, il va devoir attendre les victimes suivantes… Certains romans se posent comme une évidence : évidence de qualité d'intrigue, de déroulement de l'action, de la narration. Avec Ils étaient Cinq, Sandrine Destombes délaisse pour un temps son héroïne, le commissaire Max Tellier, pour un personnage qui pourrait être son pendant masculin. Antoine Bremont est un flic assez ordinaire, en proie au doute, caractériel, et qui va devoir renoncer à certaines de ses certitudes au fur et à mesure du déroulement du roman sans aucun temps mort. Car, disons-le d'emblée: si la « trilogie Max Tellier » était déjà réussi, avec ce roman, Sandrine va encore plus loin et nous montre l'étendue de son talent d'auteur. C'est net, limpide, une consécration, elle n'a pas besoin de justifier son personnage pour qu'il existe, sans artifice. Pour moi, il y aura un avant et un après « ils étaient cinq ». Et même si j'ai compris assez vite qui pouvait être le coupable, toute l'intelligence est de comprendre pourquoi et comment, et en particulier le rôle du capitaine Bremont dans l'aventure. C'est sordide, c'est tordu, c'est génial. Bravo Sandrine Destombes pour ce roman que je n'ai pas lu mais dévoré, pressé d'en connaître la fin. C'est avec ce genre de livre qu'on peut affirmer sans trop prendre de risque que c'est un auteur dont on entendra parler longtemps. + Lire la suite

15 mai 2017
Contrairement à certains héros des séries américaines, il n’avait aucun don de télépathie et n’était pas plus médium que le commun des mortels. Non, son travail consistait à analyser les faits, les disséquer, et l’obligeait à se mettre dans la peau de sa proie. Pour cela, Antoine Brémont était doué. Nettement plus que les autres. Il n’était pas seulement question d’empathie. Le gendarme était persuadé que pour être un bon profiler, il fallait être capable de plonger dans ses propres ténèbres, ses fantasmes les plus inavouables et même inavoués. Être apte à oublier, le temps d’une chasse, toutes les règles de la société qui font de nous un animal domestiqué. + Lire la suite