Amour, Prozac et autres curiosités


Livres Couvertures de Amour, Prozac et autres curiosités
3.3 étoiles sur 5 de 584 Commentaires client

Amour, Prozac et autres curiosités - Elle est basque, et manie la plume comme d'autres le fleuret ou le sabre. Avec panache. Elle fait des étincelles, mais pas de quartiers. Son humour ravageur, caustique et vitriolé, creuse les pages à l'acide. Ses phrases sonnent comme des tracts, les mots se bousculent, les lignes ondulent comme des bataillons de fourmis rouges courant à l'assaut de cette forteresse instable et déjà bien fissurée : le monde des hommes. Trois farouches bretteurs mènent la danse – "tr...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Amour, Prozac et autres curiosités

Le Titre Du LivreAmour, Prozac et autres curiosités
AuteurLucia Etxebarria
ISBN-102264031158
Editeur10-18
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.3 étoiles sur 5 de 584 Commentaires client
Nom de fichieramour-prozac-et-autres-curiosités.pdf
La taille du fichier21.72 MB


01 mars 2013
J'ai été trompée par la couverture originale et la 4ème légère, abordant ce livre comme une pause entre deux livres sérieux ! C'est quand même très bien foutu, et l'auteur s'est foutu de moi. Une fois qu'on plonge dans ce livre, on se retrouve happé dans un tourbillon de folie. L'humour n'est pas gentil mais cynique, les personnages ne sont pas cool mais trash, l'histoire n'est pas légère mais dérangeante. Et c'est là, je trouve, le génie de Lucia Etxebarria, une écriture rythmée, épicée, déjantée pour parler de choses pas très commodes. On se retrouve dans ces trois soeurs (surtout une pour ma part), on se pose des questions sur soi. Bref ce livre est une délicieuse supercherie et une fois qu'on a mordu, impossible de s'en détacher.

19 mars 2011
La vie devrait être comme une éphéméride. Tous les jours, on devrait pouvoir en arracher une page pour en commencer une autre en blanc. Mais la vie est comme une couche géologique. Tout s'accumule, tout compte. Toute chose a une influence. Et l'averse d'aujourd'hui peut annoncer le tremblement de terre de demain.

09 avril 2013
Tu vivras de nombreuses passions, disait ma carte astrale, me plaçant sous l'ascendant d'amours intenses et fugaces. Un rosaire de noms reliés par des baisers, certains sobres, d'autres plus tendres. Ils sont plus ou moins grands, châtains ou bruns, il y en a de toutes sortes. Un trait commun les définit tous, la virilité qui s'agite avec inquiétude entre leurs jambes. Certaines s'affirment, hautes, orgueilleuses. Fermes et obstinées, dressées comme des mâts. Puissantes et astucieuses, sûres d'elles, bonnes raisonneuses, mûres, décidées, elles envahissent tout. Elles entrent, s'appproprient les lieux et, une fois introduite, solidement encastrées, elles savent qu'elles sont à leur place, connaissent leur rôle. Elles entrent, sortent, s'émeuvent, accélèrent le mouvement, conscientes de leur empire. Empires d'une nuit, monarchies d'un baiser. Il en est d'autres plus petites, inquiètes et espiègles. Turbulentes, curieuses, elles ne manquent jamais d'espace pour jouer, chercher et se perdre. Douces exploratrices, elles vous échappent parfois, glissantes comme des couleuvres, comme le savon dans la baignoire. Elles patinent, surprises, sur les cuisses mouillées, et repartent à l'escalade, anxieuses et impatientes, bondissant avec vivacité, vers le refuge humide et chaud qui les attend, elles le savent. Petits poissons qui sautent dans votre courant interne, heureux et trempés, peu leur importe comment et où. Jeunes d'esprit, c'est tout juste si elles se prennent elles-mêmes au sérieux. Tu pourras les aimer beaucoup sans jamais les posséder. Elles pourront t'aimer encore plus sans que tu ne leur appartiennes jamais. Farouches et rieuses, fugaces, bruyantes, elles n'auront laissé ni sillage ni empreintes derrière elles. À peine le souvenir, flou et nostalgique, des heures heureuses, les seules qui comptent, celles qui ont été véritablement vécues. + Lire la suite