Requiem pour une nonne


Livres Couvertures de Requiem pour une nonne
3.84 étoiles sur 5 de 58 Commentaires client

Requiem pour une nonne - Sanctuaire, l'un des romans les plus célèbres de Faulkner, racontait l'aventure scandaleuse d'une jeune collégienne américaine, Temple Drake, séquestrée dans une maison close par un gangster dégénéré, Popeye. Elle était libérée par l'arrestation de son «protecteur», condamné quelques mois plus tard et exécuté pour meurtre. Sept ans après, Temple Drake est devenue une bourgeoise américaine, mariée au jeune homme qui fut le responsable de son infamie, e...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Requiem pour une nonne

Le Titre Du LivreRequiem pour une nonne
AuteurWilliam Faulkner
ISBN-102070386252
EditeurGallimard
Catégoriesdramatique
Évaluation du client3.84 étoiles sur 5 de 58 Commentaires client
Nom de fichierrequiem-pour-une-nonne.pdf
La taille du fichier20.38 MB


01 août 2008
Et il n’y aurait plus un seul bandit de la vieille souche, de la vielle tradition sanglante des Hare, des Mason et de ces fous de Harpe ; Murrel lui-même, héritier, apothéose en un seul homme de ce trio, Murrel qui avait converti son héritage de simple rapacité, de goût du sang en un rêve sanglant d’empire de hors-la-loi, était fini, avait disparu […] mis en échec et dépouillé non par l’homme, mais par le Progrès, par une barrière impénétrable de moralité de classe moyenne qui lui refusa même la dignité de l’exécution que l’on doit au bandit, préférant le marquer au fer rouge à la main comme un pickpocket du temps d’Elisabeth – si bien qu’il ne resta plus qu’à la vieille prison, en souvenir des temps anciens, que la ressource de garder, enfermé entre ces quatre murs, l’esclave fugitif pendant la petite heure, la petite minute qui lui restait encore, cependant que le temps, la terre, la nation, le sol américain tournoyait vite, plus vite, toujours plus vite, vers l’abîme où les précipitait leur destinée. + Lire la suite

18 octobre 2015
...en l'espace d'une nuit cette petite colonie de settlers allait devenir une ville sans avoir jamais été une village, et un jour, cent ans plus tard environ, elle se réveillerait frénétiquement de sa léthargie communale, démangée par une éruption de Rotary et de Lion Clubs, de Chambres de Commerce et de sociétés d'urbanisme : roulement furieux de tambours vides et n'ayant d'autre but que de faire plus de bruit que la petite agglomération humaine la plus proche, aussi bien au nord qu'au sud, à l'est qu'à l'ouest, se donnant elle-même le nom de "cité" comme Napoléon s'était donné lui-même celui d'empereur, et défendant le procédé en étoffant un peu ses feuilles de recensement - fièvre, délire qui lui feraient toujours confondre le grouillement avec le mouvement et le mouvement avec le progrès. + Lire la suite

02 août 2008
Ce roman est construit en deux parties bien distinctes : l'une fidèle au roman, très proche du conte, sorte de récit (d'une merveilleuse beauté littéraire) des origines aux évolutions et mutations progressives de la ville de Jefferson (cela semble évident pour un roman de Faulkner !), comté de Yoknapatawpha, Etat de Mississippi, Etats-Unis d'Amérique ; l'autre se rapprochant du théâtre (l'ensemble est organisé en trois actes), où des personnages dialoguent dans un lieu et un cadre bien délimités, souvent des lieux symboliques de la puissance du droit : tribunal, bureau du gouverneur, prison. Ces deux parties intercalées successivement permettent de confronter un drame particulier, celui à la fois de Temple Drake jeune bourgeoise blanche et Nancy Mannigoe sa domestique noire, deux femmes qui rencontrées dans un bordel de Memphis sont rattrapées par leurs passés (voir le roman "Sanctuaire"), aux transformations d'un territoire et d'une société dans lesquels ont grandi les personnages. Mais plus que l'histoire de ces deux femmes "Requiem pour une nonne" est une évocation nostalgique d'une société rurale et pionnière qui a disparu sous les coups de boutoir du progrès technique, de l'industrialisation et de l'urbanisation venus de la côte Nord-Atlantique. Ce qui fait la force de ce tableau, c'est qu'il nous est présenté sans complaisance, Faulkner ne cherchant pas à idéaliser ce passé révolu, bien au contraire. Ce magistral chant funèbre est un témoignage d'amour envers cette communauté d'hommes et de femmes ayant foulé cette terre du Mississippi, des premiers Peaux-Rouges chassés au bout du compte remplacés par les "carpetbaggers", ces vautours yankees venus du Nord après la Guerre de Sécession, aux Noirs, les nègres, immanquablement soumis aux riches Blancs par l'esclavage d'abord, leur indigence ensuite. + Lire la suite