La Sorcière rousse


Livres Couvertures de La Sorcière rousse
3.09 étoiles sur 5 de 69 Commentaires client

La Sorcière rousse - Un amant éconduit a offert à la ravissante Evie Piper «un présent aussi dur, aussi beau, aussi vide, aussi transparent» qu'elle, une coupe en cristal taillé. Mais quelle étrange malédiction pèse sur cette coupe? Merlin Grainger, un libraire new yorkais, est envoûté par une jeune femme «aux cheveux roux ombrés de violet» qui semble toujours surgir aux moments importants de sa vie pour semer le trouble. Qui est-elle vraiment? Le fantôme d'une vie rêvée ? ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails La Sorcière rousse

Le Titre Du LivreLa Sorcière rousse
AuteurFrancis Scott Fitzgerald
ISBN-102070422038
EditeurGallimard
Catégoriesrécits
Évaluation du client3.09 étoiles sur 5 de 69 Commentaires client
Nom de fichierla-sorcière-rousse.pdf
La taille du fichier28.29 MB


29 décembre 2016
J'ai abordé cet auteur avec le célèbre Gasby le magnifique qui m'avait beaucoup plu, je poursuis ma découverte avec deux nouvelles tirées du recueil Les enfants du jazz. La première est moins originale, qui relate, la vie d'un couple, dont la femme aurait fait bond à son mari, peu de détail, ils tentent de recoller les morceaux, et de parvenir à s'élever dans la société quand une étrange lettre parvient au domicile. Chaque événements marquants a toujours un rapport avec la coupe de cristal. La fin est plutôt réussie et relève l'ensemble. La seconde nouvelle est nettement plus intéressante de par le style, j'ai beaucoup aimé ces phrases où se dissimule l'humour, une vérité bien tranchante. C'est ici aussi l'histoire d'une ascension d'un employé qui s'éprend, d'une étrange femme rousse qu'il croise étrangement à chaque grand événement de sa vie, un peu comme dans la première nouvelle. Intéressant, distrayant, une façon de faire le relais entre deux pavés.

12 juin 2017
J'ai nettement préféré les nouvelles d' " Un diamant gros comme le Ritz" mais j'ai cependant apprécié cette lecture de deux histoires tirées des " enfants du jazz"... Elles ont en commun une dimension fantastique ,par le pouvoir maléfique que chacun de ses personnages principaux attribue à un objet, dans la première, à une personne, dans la seconde. Dans " La coupe de cristal taillé ", ce cadeau fait par un amant éconduit à Evelyn " aussi dur, aussi beau, aussi vide qu'elle", selon lui, va devenir l'instrument fatal du destin. Celui qui va l'entraîner, ainsi que sa famille, dans la chute , au sens concret comme au sens figuré ... " La sorcière rousse" , ou plutôt une actrice assez vénale, devient aux yeux du pauvre libraire Merlin ( pas du tout enchanteur, plutôt ensorcelé !) une créature mi-fée, mi- envoûteuse, qui embellit et bouleverse sa vie.Mais la fait paraître bien terne aussi. Dans les deux nouvelles se déroule une existence entière, vue de façon bien pessimiste, une dégringolade, une grisaille de plus en plus lugubre. Si j'ai trouvé intéressant cet inexorable cheminement vers le vide , je n'ai pas tellement adhéré aux personnages. Par contre, j'ai retrouvé les images ironiques et légères de l'auteur, qui ont un charme si particulier. Pas inoubliables, mais délicieusement mélancoliques et désabusées, ces courtes scènes de vie... + Lire la suite

11 mars 2016
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la collection Folio 2€ n'a pas la vocation, comme Librio, à proposer des oeuvres intégrales à bas prix mais plutôt de sensibiliser le lecteur à l'imaginaire d'un écrivain. le concept est simple : proposer en un peu plus de cent pages plusieurs nouvelles ou un court écrit de l'auteur. Pour ceux qui ne connaissent de Fizgerald que Gastby le magnifique et la vision peu flatteuse que Gilles Leroy donnait de lui dans Alabama song, la lecture de ces deux nouvelles est une bonne manière de prendre le train en marche. Dans La sorcière rousse et La coupe de cristal taillé, Francis Scott Fitzgerald met en scène des personnages contraints de vivre un amour sans passion. Ceux-ci vont passer malgré eux au travers de leurs vies, se contentant de la sécurité d'un foyer et d'une aisance financière rassurante. Dans la première nouvelle, le véritable amour est symbolisé par cette coupe, cette malédiction qui accompagne au fil des années le personnage et lui empêche d'être heureuse au sein de son foyer. En apparence simple dans la construction de l'histoire, La coupe de cristal taillé séduit par la richesse des détails, l'analyse fine des moeurs de l'époque où la femme joue un rôle dans l'ombre mais reste astreint à l'homme qu'elle a épousé. Les liens invisibles qui retiennent Madame Piper sont ici personnifiés par cette coupe qui provoque à chaque fois des remous, des violentes disputes et annonce même la mort d'un proche. Un peu trop diffus par moment, cette première nouvelle n'en demeure pas moins intrigante et amène merveilleusement les thèmes développés dans la suivante, le fait de les avoir réuni dans un même livre se justifiant d'ailleurs très bien. Dans La sorcière rousse, nulle trace de symbolisme mais un amour irréel, celui d'un homme incapable de sortir du carcan sociologique dans lequel il s'est lui-même enfermé. Sa passion pour une jeune femme dont il ne connait pas le nom va provoquer chez lui un détachement de la réalité irrémédiable et une idéalisation, source de mélancolie et de regrets. Il souffle sur cette seconde nouvelle une étrangeté, un comique de situation involontaire qui trouvera son aboutissement à la fin de l'histoire lorsque les illusions du personnage se verront mises à mal par un retour à la réalité brutale qui finira d'achever cette vie de concessions dénué de saveurs. A vrai dire, la séduction de l'écriture de Fitzgerald émane de petites trouvailles stylistiques et de belles phrases dont voici sans doute, le plus bel exemple : "Le temps écoulé de trente-cinq à soixante-cinq défile dans l'esprit passif comme un manège confus et incompréhensible. Un manège de chevaux boiteux, essoufflés, il est vrai, peints d'abord de teintes pastel, puis de gris ternes et de bruns, mais qui déroute, provoque un vertige intolérable, comme jamais ne le firent les manèges de l'enfance et de l'adolescence, ni sûrement les montagnes russes au cours défini, dynamique, de la jeunesse." Inutile d'ajouter quoi que ce soit, tout est dit... + Lire la suite