Plus noire avant l'aube


Livres Couvertures de Plus noire avant l'aube
2.89 étoiles sur 5 de 9 Commentaires client

Plus noire avant l'aube - « Olga leva la tête pour goûter un instant la fantaisie de ces lignes à l’ironie volubile. L’auteur semblait vouloir taquiner la littérature elle-même, comme un pêcheur le goujon. Elle regarda par la fenêtre pour rêver de Paris. Le paysage continuait de lui plaire. Tout lui semblait plus charmant : l’herbe, les maisons des gardes-barrières et leurs potagers, les rivières plus lascives, leurs rives plus moussues, les villages pittoresques… La dernière nuit lui parut ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Plus noire avant l'aube

Le Titre Du LivrePlus noire avant l'aube
AuteurBéatrice Fontanel
ISBN-102234075661
EditeurStock
Catégoriesrécits
Évaluation du client2.89 étoiles sur 5 de 9 Commentaires client
Nom de fichierplus-noire-avant-l-aube.pdf
La taille du fichier22.26 MB


31 mars 2014
Je commence par remercier les éditions Stock et le programme Masse Critique qui m'ont offert cette jolie découverte. J'ai tout de suite été emballée par le ton de la première partie du roman. On y découvre une femme médecin consciencieuse et une vieille patiente atypique, pleine d'anecdotes, érudite, et qui ne semble pas encline à se plaindre de son sort de femme malade. Les deux femmes passent quelques moments ensemble, parlent de lecture... Puis vient la deuxième partie. Celle-ci semble déconnectée du début du roman, jusqu'à ce que l'on comprenne, assez vite au final, que c'est l'enfance de la vieille dame malade qui y est relatée. On s'embarque alors dans une aventure à travers L Histoire et le monde. le lecteur fait la connaissance d'une famille d'origine russe dont la fille décide de s'installer à Paris pour faire ses études de médecine. A travers le roman, c'est son histoire, puis celle de ses enfants, que nous suivons. Les personnages sont joliment peints, les caractères bien travaillés. On a plaisir à découvrir ce que chacun est devenu. Les scènes décrites sont souvent remplies d'aventures, mais pleines de tragédies (guerre, maladie, deuil, emprisonnement...). Ce qui m'a manqué dans ce roman, ce sont peut-être les liens entre les chapitres. Je n'ai d'ailleurs pas spécialement apprécié les titres des chapitres qui révélaient à chaque fois une partie de l'intrigue. Enfin, je regrette un peu la fin du roman qui est très attendue. On imagine facilement que le médecin et sa patiente ont un lien particulier. Quant au destin des deux personnages, il semble également annoncé dès le début du livre. Ce fut une belle lecture. Et un livre qui fait l'éloge de la lecture, c'est toujours agréable à lire ! + Lire la suite

30 mars 2014
Je remercie les éditions Stock et Masse Critique de m'avoir fait découvrir ce livre ! L'auteure nous décrit dans plusieurs chapitres l'odyssée d'une famille à travers les guerres et les drames familiaux. On part de Russie, on roule jusqu'à Paris, on visite même des coins de campagne française pour aller jusqu'en Espagne puis à Alger, et j'en oublie sûrement. le livre est découpé en chapitre et chacun d'eux a une thématique, un titre qui révèle ce qui va s'y passer. Les chapitres ne se suivent pas toujours, je veux dire par là que l'on peut finir un chapitre sans nécessairement vouloir attaquer le suivant car ils ne se suivent pas forcément, et ne parlent pas des mêmes personnages. Ils parlent bien sûr de la même famille, une famille qui est obsédée de littérature, et on a droit d'ailleurs à pas mal d'extraits littéraires. Je n'ai pas trouvé ces inclusions dérangeantes ni obligatoirement nécessaires, elles m'ont juste laissée plutôt indifférente puisque pour moi elles n'apportaient pas grand-chose au récit. J'ai trouvé l'écriture de l'auteure très sensible, belle et émouvante sans pour autant plonger dans le pathos. Les descriptions des guerres et des longues pérégrinations des personnages m'ont plu. le point fort de ce livre c'est bien évidemment le fait que tout cela parte de véritables lettres. Pourtant il m'a manqué ce petit quelque chose qui fait que je m'attache aux personnages. Parfois j'avais envie de leur accorder ma sympathie, mais les anecdotes attachantes étaient trop rapides (je pense à l'avortement par exemple), et on passait directement à autre chose. J'aurai préféré des épisodes plus longs et beaucoup plus fouillés en profondeur. Peut-être que l'auteure a voulu garder la manière « épistolaire » de raconter des anecdotes rapidement, je ne sais pas. Mais quelque chose m'a manqué pour apprécier pleinement cette lecture. Et comment dire que je m'attendais à la fin dès les premières pages ? Dommage. + Lire la suite

28 mars 2014
Elle ne s'ennuyait jamais. "Impossible: j'ai Dumas", concluait-elle, comme on aurait lancé: "j'ai la grippe", tout en montrant sur sa table de nuit un château de livres. Au sommet de la pile trônait un dictionnaire de russe, dont elle se servait pour traduire une nouvelle qui l'amusait beaucoup. A cause de son hospitalisation, elle allait manquer ses cours de langues, mais cela ne l'ennuyait pas. Elle était même plutôt contente, comme une élève qui comprend, au retard du professeur que, finalement, le cours n'aura pas lieu. Elle perfectionnait son russe, son allemand et son espagnol, dans diverses facultés et centres linguistiques. "Des malades comme ça... on n'a plus l'habitude", soupira l'infirmière en sortant de sa chambre. Lorsqu'elle prenait sa température, elle jetait un oeil discret sur le titre du livre posé à l'envers , ouvert sur le lit pour ne pas perdre la page. Serait-ce ça, le secret de sa longévité, de sa jeunesse intérieure? + Lire la suite