Trois jours avec Norman Jail


Livres Couvertures de Trois jours avec Norman Jail
3.35 étoiles sur 5 de 30 Commentaires client

Trois jours avec Norman Jail - Qui est vraiment Norman Jail ? Quand Clara pousse la porte de sa maison du bord de mer, au printemps de l'an 2000, elle veut comprendre pourquoi ce mystérieux écrivain est resté l'homme d'un seul roman, Qui se souviendra de nous ?, paru l'année de ses vingt ans en pleine Occupation. Étudiante en littérature, la jeune femme découvre peu à peu que derrière le pseudonyme de Norman Jail se cache un maître de l'illusion dévoré par la rage d'écrire, auteur de nombreux man...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Trois jours avec Norman Jail

Le Titre Du LivreTrois jours avec Norman Jail
AuteurEric Fottorino
ISBN-102072720141
EditeurGallimard
Catégorieschroniques
Évaluation du client3.35 étoiles sur 5 de 30 Commentaires client
Nom de fichiertrois-jours-avec-norman-jail.pdf
La taille du fichier24.44 MB


21 mars 2016
Pour la rédaction de son mémoire, Clara étudiante désire s'entretenir avec Norman Jail afin de lui poser des questions. Auteur d'un seul roman publié à l'âge de vingt ans avant la Seconde Guerre mondiale, le vieil homme vit depuis à la façon d'un ermite au bord de la mer. Il accepte de la recevoir et Clara découvre qu'il n'a jamais cessé d'écrire mais sans jamais soumettre ses manuscrits à un éditeur. Peu à peu, l'écrivain dévoile quelques pans de sa vie privée. C'est un homme également marqué et meurtri par une femme prénommée également Clara à laquelle il était marié. Cette dernière lui aurait subtilisé son deuxième manuscrit (qui selon lui était son grand roman). L'écrivain se montre très loquace au jeu des questions et décrit avec de nombreux détails sa relation à l'écriture. Mais il se contredit également. Où est la réalité dans ses propos ? Obsédé par l'écriture, ses propos sur la création littéraire sont un régal, comme : « Quand ce que j'écris me dérange et me touche, j'appréhende le moment où je vais poursuivre ma besogne. Je suis alors seul à savoir que je manipule un matériau dangereux, et il n'y aura personne pour venir à mon secours si les choses tournent mal. - Qu'entendez-nous par « tournent mal »? -Si je vais tellement loin dans les mots que ma vie en sera à jamais changée. Chaque écrivain devrait se poser cette question quand il a terminé : pourrai-je continuer à être la même personne quand j'aurai publié « ça » ?" « Écrire est une perpétuelle naissance. Plus j'écris, plus je m'invente à mes propres yeux. Je m'écris en main propre. Je nais de mon encre et je glisse entre les lignes ma part de nuit. C'est important, la nuit, dans un livre. C'est ce qui échappe, ce qui résiste. Ce que les mots détournent et refusent. En écrivant, vous comprenez ce que la lumière doit aux ombres. Et le passé au mensonge. » Le récit est narré par Clara et l'auteur lui confie un manuscrit à lire, Or, ce dernier n'est constitué que de premiers chapitres avec trois personnages dont Norman Jail. Je n'en dirai pas plus sur cet écrit ni sur sa fin qui prend le lecteur au piège. On pourrait croire que ce roman s'arrête là mais non. Eric Fottorino poursuit l'histoire de Norman Jail et nous offre d'autres belles surprises. Passionnant, ce roman aux nombreux tiroirs nous offre de belles réflexions sur l'écriture, le roman, le rapport au réel et c'est brillant ! Lien : http://claraetlesmots.blogsp.. + Lire la suite

23 avril 2016
Quand on commence un billet, une chronique ou un avis, appelez cela comme vous voulez, on se retrouve, comme l'écrivain, confronté à la page blanche, à la recherche des premiers mots à partager pour tenter de donner envie à d'autres lecteurs de découvrir à leur tour notre dernière lecture, notre dernier coup de coeur. Et pour ce livre à l'écriture sublime, c'est d'autant plus difficile. « Un jour j'ai réalisé que le mot 'Écrire' contenait toutes le lettres du mot 'Crier'. Un homme qui écrit est un homme qui crie. » "Trois jours avec Norman Jail" nous raconte l'histoire d'une rencontre. Un quasi tête à tête entre une jeune étudiante en littérature, et un écrivain, Norman Jail, l'homme d'un seul roman. Une rencontre qui ferait rêver plus d'un lecteur, moi la première. Partager, échanger, s'interroger, tenter de tout découvrir sur ce mystérieux auteur. S'immerger dans sa vie, déterrer les secrets, tenter de comprendre pourquoi d'autres livres n'ont pas suivi le premier... « le reste de sa vie, Norman Jail l'avait passé à noircir des milliers de pages, n'en publiant aucune. Son oeuvre était un monument aux mots. » « Je ne suis pas un buveur, je suis un buvard. » À travers ces conversations, l'histoire s'installe, entre réel et imaginaire, et Éric Fottorino nous balade dans un récit brillant, où se révèle également une analyse profonde de l'auteur face au processus d'écriture. Une véritable passion pour les mots. « Un livre est un essaim de mots parfaitement alignés, sans hésitations ni repentirs. Les traces de lutte à mort ont disparu : les violences, les accrocs, la rage, l'abattement, l'à-quoi-bon. Tout ce qui fait un livre à l'état brut, ses impasses, ses sorties de route, ses doutes à n'en plus finir. » Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises, l'histoire de cet homme est édifiante. En approchant de la fin, on s'aperçoit une fois encore que les écrivains sont de grands manipulateurs, qu'ils transforment la vérité au gré de leurs envies, et nous lecteurs, envoûtés par ces agencements de belles phrases, nous y tombons à pieds joints. « Il avait beaucoup parlé, j'avais beaucoup écouté. » « C'était sans doute cela, un écrivain, un être pour qui plus rien ne compte, excepté ce qu'il était. » Un récit remarquable, une plume que j'ai pris plaisir à retrouver, après l'avoir découverte avec "Chevrotine", son précédent et magnifique roman (noir). Je vous invite à savourer ce roman, avec à portée de mains carnet et stylo, car si comme moi vous aimez les belles phrases, ici elles foisonnent, pour notre plus grand plaisir de lecteurs amoureux de belle littérature. Gros coup de coeur. + Lire la suite

03 juillet 2016
"Ce que j'aime dans le roman, c'est qu'il dit la vérité. Dans la vie, on passe son temps à mentir aux autres et, plus grave, à se mentir. On esquive, on tait, on tord. le roman, lui seul, touche au vrai, sous prétexte de tout inventer. Vous lirez, ici tout est vrai car rien n'est vrai." Cette déclaration, c'est Norman Jail, un écrivain un peu mystérieux, l'homme d'un seul roman à succès publié dans les années 40 qui la fait à la jeune étudiante venue l'interviewer dans sa tanière. Au fil de leur entretien, le mystère autour de Norman Jail semble s'épaissir plutôt que s'éclaircir. Qui est-il vraiment ? Pourquoi ces dizaines de manuscrits non publiés sont-ils bien rangés dans sa bibliothèque ? Quelle est la véritable histoire autour de ce qu'il pense être le livre de sa vie, dont le manuscrit aurait été emporté par la femme qu'il aimait et qui l'a quitté ? Peut-on faire confiance à son récit qu'il prend un malin plaisir à parsemer de mensonges avoués et de fausses pistes ? Et quelle est la réelle raison de la présence de son interlocutrice dont le visage semble réveiller en lui de lointains souvenirs ? J'ai mis longtemps à me décider à lire Trois jours avec Norman Jail, attirée par le thème mais inquiète à l'idée de retrouver des choses déjà un peu vues (le coup de l'interview de l'auteur mystérieux, ce n'est pas très nouveau ; la réflexion sur le rapport entre vérité et fiction non plus). En fait, j'ai eu raison de m'inquiéter car ma lecture s'est avérée parfois laborieuse. Comme si l'auteur forçait un peu trop sur la technique, au détriment de la fluidité romanesque. Alors certes, le fait de rendre le personnage de Norman Jail plutôt antipathique nourrit le propos et contribue fortement à la réaction de recul de la part du lecteur. Mais ce n'est pas seulement ça. Il y a ces jeux de mots dont l'auteur parsème le récit, certainement pour contribuer à éclairer son thème sur les faux-semblants que sème l'écrivain. Mais moi, ils m'ont profondément agacée au point de gâcher ma lecture. Forcément, on reçoit aussi un livre par rapport à ce que l'on a déjà vécu et déjà lu. L'exploration des mystères de la création littéraire est un thème très couru chez les romanciers. Je n'ai pu m'empêcher de comparer avec Buvard (Julia Kerninon) ou avec la virtuosité de Ian McEwan qui s'est emparé de ce thème à deux reprises avec Expiation et Opération Sweet Tooth, des livres très différents qui m'avaient non seulement convaincue mais divertie, grâce à une maîtrise parfaite de la mise en abyme. Reste quelques observations bien senties sur l'écriture, l'inspiration et le métier d'écrivain. Une ambition littéraire certaine mais qui n'a pas trouvé d'écho en moi. Dommage parce que j'apprécie énormément Eric Fottorino, sa superbe initiative avec le journal le 1 et ses savoureuses chroniques sur le vélo. Pas grave, ça marchera sûrement mieux une prochaine fois. Lien : http://www.motspourmots.fr/2.. + Lire la suite