La cité exsangue


Livres Couvertures de La cité exsangue
4 étoiles sur 5 de 14 Commentaires client

La cité exsangue - Abyme, ville merveilleuse et baroque, est aussi l'unique cité des Royaumes crépusculaires où les peuples mortels peuvent cohabiter avec les démons et leurs seigneurs infernaux... Jusqu'à aujourd'hui. Après dix ans d'absence, Maspalio, farfadet flamboyant et ancien prince-voleur de renom, revient dans sa cité de coeur sur une énigmatique injonction de son ancienne amante Cyre. Mais dès son arrivée, rien ne se passe comme prévu... Abyme a changé et souffre d'une mysté...

Télécharger Livres En Ligne

Détails La cité exsangue

Le Titre Du LivreLa cité exsangue
AuteurMathieu Gaborit
ISBN-102354086369
EditeurMnémos
Catégoriesroman
Évaluation du client4 étoiles sur 5 de 14 Commentaires client
Nom de fichierla-cité-exsangue.pdf
La taille du fichier27.66 MB


25 avril 2018
Hier, j'ai ouvert Abyme II le Retour. Ce faisant, il y avait autant d'inquiétude que d'impatience dans les battements de mon coeur. Je m'explique: J'aime énormément le travail de M. Gaborit. J'ai commencé à lire ses livres il y a 20 ans (Wééé, je sais, allez vous faire voir) et je suis tombé profondément amoureux du style de cet auteur. Ça ne m'empêche pas d'être critique par rapport à tout ce qu'il a écrit et il a sorti des séries qui m'ont moins fait rêver, voir m'ont laissé sur ma faim. Seulement Abyme, c'est un peu le Graal de cet auteur, un livre que chacun reconnaît comme étant une référence dans le monde du fantastique, un monument à la gloire d'une cité, un mélange savamment dosé de policier et d'aventures matinées de magie et de romance. Un opus presque parfait. J'écoutais il y a peu un artiste musical qui expliquait sans malice qu'un auteur sortait un voir deux tubes exceptionnel au cours de sa carrière, quelques autres intéressants et que le reste était souvent médiocre. Abyme, c'est le tube de Gaborit. Aussi, lorsqu'on t'annonce que l'auteur prend le chemin du retour dans cet univers, tu ne peux t'empêcher de frissonner. de plaisir d'abord, parce que tu te rappelles des émotions qu'a créé chez toi la lecture de ce bouquin, mais de crainte également en pensant qu'il puisse se planter et abimer (haha) les souvenirs qu'il te reste de tes aventures dans ce monde. Pour parodier, le résumé de la quatrième de couverture pourrait être celui-ci : “Maspalio revient à Abyme et il n'est pas content”. Presque. Sauf que. Sauf que c'est écrit avec une force extraordinaire, un emploi du verbe et une construction diabolique qui t'entraîne et te bouscule, qui souffle et fait danser l'imaginaire du lecteur comme peu savent le faire. Sauf que c'est pas juste un retour, c'est un chamboulement immense. L'auteur n'hésite pas à bousculer ce qu'il a créé pour mieux te tordre les tripes, t'amener à pleurer au rythme des découvertes de Maspalio, et t'interroger sur l'avenir de cette magnifique cité. C'est magnifique de puissance et de ravage, c'est beau et ... crépusculaire. Loin des poncifs, Gaborit n'a pas hésité à retravailler son univers pour mieux le distordre et le corrompre. Il ne s'est pas contenté de reprendre sa cité, il a avancé une histoire dans des quartiers qui n'avaient pas été décrit dans les premières aventures, il s'est enfoncé dans les tréfonds de sa création pour continuer l'oeuvre toute en la naissant différente. Il y a tant de reproche à faire à ceux qui prennent leur univers et se contentent de recopier une fois qu'ils ont trouvé le filon. Ici l'auteur prend des risques et des gros. C'est un effort qui mérite d'être salué tant il surprend le lecteur et le pousse à avancer plus avant pour comprendre où l'écrivain veut l'amener. J'ai un peu douté, je l'avoue sans honte; et j'ai l'horrible bonheur de m'être fourvoyé. J'ai ouvert le bouquin à 11h00, hier. Il était terminé quelques heures plus tard, sans que j'ai pu m'en défaire, sans que je ne me sois lassé, sans que je ne me sois rendu compte que je dévorai le volume en laissant dangereusement, la fin arriver. J'ai ris et eu mal au coeur, j'ai senti une boule d'angoisse envahir ma gorge; le texte a pris le pas sur mon intellect pour faire naître des émotions subtiles, un mélange terrible de joies et de peines, de peurs, de rires. le frisson est bien présent: on suit sans peine le retour du farfadet dans cette nouvelle errance. C'est la dernière charge d'un cavalier, celle pour l'honneur, la rédemption; le dernier sursaut d'orgueil d'une créature de légende qui se bat pour sauver l'avenir et les principes auxquels il tient, c'est beau, c'est grand. Et c'est d'autant plus magnifique qu'on craint que ce ne soit inutile. C'est un western fantastique et surtout ce que j'ai lu de mieux depuis un bon moment. + Lire la suite

24 mai 2018
Les Gros ont fondé Abyme, personne ne doit l'oublier. Ils ont toujours représenté un contre-pouvoir de la démesure. Ils ont incarné... l'insensé.

17 mai 2018
- Tu es insolente, gamine. - Et toi, tu es arrogant. Mère m'avais parlé d'un grand Prince-voleur et d'un puissant conjurateur... Tu sais ce que je vois devant moi? Un vieillard puant et pathétique. On ne m'a pas suivie. Ces types, en bas, c'est à cause de toi. Donc, tu la fermes et tu m'écoutes.