C'était tous les jours tempête


Livres Couvertures de C'était tous les jours tempête
3.71 étoiles sur 5 de 33 Commentaires client

C'était tous les jours tempête - La deuxième moitié du XVIIIe siècle, époque des Lumières. Un jeune homme de haute naissance brille dans les salons par son éloquence et sa capacité de feindre. Promis à une très grande carrière, il est déjà, à 26 ans, avocat général du Parlement. Rien ne résistera plus à ce jeune homme. Ni les femmes, ni le pouvoir. Spécialiste de la manipulation, rédigeant un pe...

Télécharger Livres En Ligne

Détails C'était tous les jours tempête

Le Titre Du LivreC'était tous les jours tempête
AuteurJérôme Garcin
ISBN-102070756890
EditeurGallimard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.71 étoiles sur 5 de 33 Commentaires client
Nom de fichierc-était-tous-les-jours-tempête.pdf
La taille du fichier25.66 MB


29 mars 2018
Pour moi Jérôme Garcin c'est le Masque et la Plume, autant dire une voix que je connais bien et dont j'apprécie la bienveillance, l'intelligence et l'humour. Aussi ma curiosité a été piquée en croisant ce livre au titre mystérieux sur l'étal d'un bouquiniste. Et je ne regrette pas ma curiosité ! Ce livre est une plongée dans la Révolution française au côté d'un personnage Marie-Jean Hérault de Séchelles qui me semble oublié des manuels d'histoire. Un personnage à qui Jérôme Garcin rend justice. L'écriture prend des tournures du siècle des Lumières et nous transporte jusque sur l'échafaud. C'est très beau, la violence de la Révolution nous est transmise par la plume d'un condamné qui en attendant la guillotine retrace son parcours sans complaisance sur la personne qu'il a été pour la femme qu'il a aimé.

28 février 2014
« Et pourtant, malgré mes postures et mes impostures, mes petits calculs et mes grandes prétentions, mes infimes courages et mes vraies lâchetés, mes enfantillages, mes contradictions, mes foucades, j'y ai cru à cette Révolution, cette folie, cette effrayante et magnifique machine conçue par des mains anonymes pour fabriquer du progrès »

10 mars 2012
L'Histoire nous a appris que la vertu ne peut rien contre le vice et que, pour triompher des cyniques, il s'agit d'être plus cynique encore.