Noir et Or


Livres Couvertures de Noir et Or
3.38 étoiles sur 5 de 8 Commentaires client

Noir et Or - Issue d'un milieu modeste, Juliette a tout pour elle. Excellente élève, elle est belle, intelligente, obstinée. Elle intègre Sciences Po, cornaquée par le père d'un copain de lycée qui a ses entrées dans le monde politique et lui trouve un point de chute à Paris, chez François de Maule. Ce dernier pourrait être son père, il tombe amoureux d'elle. Guidé par son amant, Juliette fait ses premiers pas au ministère de la Santé. Elle ne tarde pas à s'y faire remarquer par...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Noir et Or

Le Titre Du LivreNoir et Or
AuteurMichèle Gazier
ISBN-102021239632
EditeurSeuil
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.38 étoiles sur 5 de 8 Commentaires client
Nom de fichiernoir-et-or.pdf
La taille du fichier26.86 MB


20 décembre 2015
La finance tue aussi sûrement que les remèdes périmés. Mais on le voit pas. Les morts sont sans visage, ils ne vous hantent pas. Ils sont abstraits. Un peu comme ces milliers de victimes des catastrophes naturelles - tsunamis, éruptions volcaniques, tremblements de terre, cyclones... - sur lesquelles les médias s'emballent pendant quatre à cinq jours avant de les abandonner à l'oubli. Notre capacité à nous émouvoir est assez limitée. + Lire la suite

21 juin 2015
Mais comment diable Michèle Gazier a-t-elle pu écrire un tel livre ? Elle dont j'avais tant aimé les premiers romans, Nativités ou Un cercle de famille, si personnels et aux personnages dont l'histoire et la psychologie étaient si riches qu'ils m'avaient touché au plus profond de mon être. Ici, point de profondeur, point de finesse. Une héroïne grossièrement campée et qui n'échappe à aucun poncif : une jeune femme issue d'un milieu modeste, d'origine algérienne par sa mère, qui parvient par son intelligence, ses très brillants résultats scolaires - et une plastique non moins remarquable - à entrer à Sciences Po et à poser un pied dans les milieux du pouvoir et de la finance, dont les portes auraient dû selon toute probabilité lui rester fermées... Juliette comprend tout mieux et plus vite que tout le monde, se montre capable d'imaginer d'improbables montages pour déguiser des opérations de fraude publique, séduit tous les hommes qui l'approchent, foule aux pieds le peu de scrupules qu'elle pourrait avoir et reste d'une imperturbable froideur. Elle est incapable de s'attacher à quiconque - parents, amis, amants - et ne songe qu'à son ascension sociale. S'agissait-il d'un ouvrage de commande ? Michèle Gazier et Pierre Lepape ne semblent pas avoir été passionnés par leur sujet. Ils ne laissent même pas à leur héroïne le temps d'évoluer, ils ne l'étoffent en aucune façon. Au bout de quelque 160 pages et après seulement deux stages dans un ministère et une banque, voilà Juliette rattrapée par une sombre histoire d'amant éconduit qui l'amène à sa chute. Emballé, c'est pesé. Rideau. La petite, promise à un si glorieux avenir, n'est finalement pas tombée de bien haut... Quant à ce pauvre Stendhal, appelé en renfort pour tenter de convaincre de la force du propos, je préfère n'y même pas faire allusion. Sur les thèmes de l'ambition et de la revanche sociale, de grands classiques du XIXe siècle brillent d'un éclat bien plus vif que les ors dépeints ici... Je précise que j'ai lu ce livre dans le cadre d'une opération Masse critique. Je remercie donc néanmoins avec chaleur Babelio et les Editions du Seuil dont j'apprécie par ailleurs souvent la production. Lien : http://delphine-olympe.blogs.. + Lire la suite

16 février 2016
Ce livre est très agréable à lire, très facile d'accès aussi. Juste quelques petites opérations boursières que je n'ai pas comprises mais bon, je ne suis pas dans la partie et quand l'auteur explique que "le Libor sert à établir le taux interbancaire à partir duquel seront calculés les taux des prêts aux banques du monde entier", cela me passe au-dessus et en fait, ne me passionne guère. C'est pourquoi trouver des similitudes entre ce roman et celui de Stendhal "le rouge et le noir", je ne suis pas d'accord. Les ressemblances sont grossières mais Stendhal est pour moi un auteur qui a écrit pour la postérité. Noir et Or n'ira pas jusque là. L'héroïne, "le petit crocodile aux dents pointues" n'est pas aussi tenace et entêtée que Julien Sorel. Sa fin est beaucoup moins tragique donc moins romantique, surtout que Juliette n'est pas, elle, condamnée à mort, condamnée à la guillotine... C'est une belle histoire, sans plus ! Je relirai avec plaisir le rouge et le noir où quelques vers sont terribles : "Ladislas. ... Mon âme est toute prête. Le Roi, père de Ladislas. L'échafaud l'est aussi : portez-y votre tête." Juliette est une héroïne des temps modernes où le fait de tremper dans des magouilles politico-bancaires donne du piment à la donzelle qui par ailleurs est assez incolore. Elle se laisse séduire par l'homme de la famille qui veut bien l'héberger à Paris le temps de ses études à Sciences-Po et elle recommence mais en prenant plus jeune cette fois quand elle part en stage en Suisse. C'est d'une banalité navrante. + Lire la suite