L'homme à la vie inexplicable


Livres Couvertures de L'homme à la vie inexplicable
3.92 étoiles sur 5 de 31 Commentaires client

L'homme à la vie inexplicable - A la fin du XIIIe siècle, entre la bonne ville de Toulouse et les forêts du pays d'Aude, les routes fourmillent de voyageurs: soldats de la Sainte Inquisition, moinillons, rebelles, hérétiques. Parmi ces derniers, un homme "à la vie inexplicable": Simon Garric. Cet étudiant en droit est jeté sur les routes après l'incarcération de sa mère, convaincue d'hérésie. Il vivra dans le voisinage des loups, en forêt d'Arques, sera aimé de Fabr...

Télécharger Livres En Ligne

Détails L'homme à la vie inexplicable

Le Titre Du LivreL'homme à la vie inexplicable
AuteurHenri Gougaud
ISBN-102757809075
EditeurPoints
Catégoriesinitiatique
Évaluation du client3.92 étoiles sur 5 de 31 Commentaires client
Nom de fichierl-homme-à-la-vie-inexplicable.pdf
La taille du fichier24.42 MB


15 novembre 2014
Ah quelle surprise! Après Les Piliers de la Terre je pensais avoir été vaccinée contre la littérature ayant pour thème le Moyen-Âge. Mais voilà Henri Gougaud a écrit L'Homme à la vie inexplicable et nous fait vivre par la plume de son élève et disciple, les emportements, les passions, les malheurs, les rencontres de Simon Garric à la poursuite de sa promise Brune que son père refuse de lui accorder en mariage depuis que sa mère a été condamnée par l'Église pour avoir embrassée la foi des Templiers. Accompagné tout du long de la fidèle Fabrissa qui voit mieux en lui que lui même et qui patiente le conduira au bout de sa quête sans faillir à son amour pour lui qui ne le voit pas. Que les hommes sont aveugles parfois... souvent ... En tout cas, j'ai adoré le style choisi pour l'écriture de ce livre plein d'élan, de détours et de passion. Je ne me suis pas ennuyée d'une page à l'autre.

06 avril 2014
Nous voici replongés, avec Henri Gougaud, dans l'univers Cathare, pour une d'initiation aux lettres, à la médecine de l'époque, aux herbes, à la nature et aux loups, et bien sur à certaines formes de spiritualité. Mais ne s'agit-il pas simplement d'une bête mais magnifique histoire d'amour ? Contrairement à « Belibaste », du même auteur, la religion Cathare ne tient ici qu'un rôle d'alibi au contexte de l'histoire qui nous est contée. On va passer, à travers ce roman magnifiquement construit, de l'intelligence raffinée et de la culture à une sorte de folie rustique…. Un lettré, raffiné, qui apprenant la disgrâce de sa famille (accusée d'hérésie) et donc sa propre disgrâce, finira par devenir une sorte d'ermite, se conduisant comme le dernier des rustres, comme une sorte d'esclavagiste, avant au fil des pages et des rencontres, de trouver la personnification de l'amour, de son destin et de la finalité de sa vie, qui a été si difficile a atteindre. Henri Gougaud est un vrai conteur, c'est bien connu, mais c'est aussi un véritable écrivain. Son style d'écriture dans ce roman, sans vouloir l'imiter, rappelle celui de l'époque qu'il décrit Les descriptions sont étonnantes : « Ce lui fut comme un éveil stupéfiant. Les fumées de rancoeur, de dépit, de peines accumulées qui couvaient dans son crâne s'embrasèrent d'un coup et lui bondirent dehors en éruption dévastatrice. Il fit volte face. Son bâton tournoya, se rompit sur une échine. le bastonné tomba le nez dans l'herbe, et le train terriblement botté bondit bientôt dans une trouée de broussaille où il disparu, les braies déchirées de la fesse au mollet…. » Ce livre démontre qu'au-delà du savoir et de l'érudition, nous sommes tous capables d'intuition et de ressenti qui nous conduisent aux bonnes décisions. Pourvu que nous soyons capables de les assumer. Peut-¬on trahir par amour ? Voilà une des questions que vous pourrez vous poser à la lecture de ce livre ! + Lire la suite

06 avril 2014
Longtemps elle souffrit d’être laissée ainsi sans que la main de Simon vienne au moins à la sienne, perdue dans son désir comme au pire désert. Longtemps, le cœur battant, il se retint de l’effleurer, craignant s’il le faisait d’être livré corps et âme à cette fille dont la tendresse lui était autant inacceptable que nécessaire, priant que l’aube vienne et désirant aussi que le temps ne passe point afin que tout demeure, dans cette obscurité, infiniment possible…. + Lire la suite