L'homme à la vie inexplicable


Livres Couvertures de L'homme à la vie inexplicable
3.92 étoiles sur 5 de 31 Commentaires client

L'homme à la vie inexplicable - A la fin du XIIIe siècle, entre la bonne ville de Toulouse et les forêts du pays d'Aude, les routes fourmillent de voyageurs: soldats de la Sainte Inquisition, moinillons, rebelles, hérétiques. Parmi ces derniers, un homme "à la vie inexplicable": Simon Garric. Cet étudiant en droit est jeté sur les routes après l'incarcération de sa mère, convaincue d'hérésie. Il vivra dans le voisinage des loups, en forêt d'Arques, sera aimé de Fabr...

Télécharger Livres En Ligne

Détails L'homme à la vie inexplicable

Le Titre Du LivreL'homme à la vie inexplicable
AuteurHenri Gougaud
ISBN-102757809075
EditeurPoints
Catégoriesinitiatique
Évaluation du client3.92 étoiles sur 5 de 31 Commentaires client
Nom de fichierl-homme-à-la-vie-inexplicable.pdf
La taille du fichier19.16 MB


29 novembre 2017
Brusquement elle tourna vers lui la tête. Il sentit son haleine chaude sur sa tempe. Elle murmura : - J'ai froid. Ils crurent bouger à peine. Ce fut un déferlement éperdu. D'un même élan leurs jambes se mêlèrent, leurs mains saisirent les cheveux, les épaules, les nuques, et se frayèrent des chemins fiévreux dans les ténèbres. Leurs bouches errantes n'osant se joindre baisèrent joues et yeux et fronts et creux du cou. Ils l'entendit haleter : - Serre-moi, serre-moi fort, plus fort encore. J'ai si froid. Il la serra contre sa poitrine à l'étouffer, sans mot répondre, comme s'il voulait en lui la faire entrer par force. Elle en exhala une plainte tant extasiée que se firent des houles et des grognements de proche réveil sous la voûte où les routiers étaient entassés. Elle enfouit vivement sa figure dans la tunique de son homme et la mordit pour ne point geindre, et resta ainsi sans plus vouloir se défaire, farouchement agrippée, comme si elle craignait de voir s'échapper la chaleur de sa propre vie, et gémissant encore d'aise à sentir caressée sa chevelure défaite et la longue courge de son dos. Cela leur parut ne durer qu'un instant, et ce fut l'aube... + Lire la suite

04 septembre 2014
A nouveau, Gougaud nous gâte avec ce roman haletant et fantastique qui nous plonge à la fin du XIII ème siècle, dans les forêts du pays cathare. Simon Garric, jeune étudiant en droit, perd sa mère, accusée d'hérésie, et ses biens sont confisqués par les soldats de la Sainte Inquisition. Pour les récupérer et retrouver la société des hommes, il lui faut dénoncer des hérétiques. Sera-t-il prêt à livrer les amis de sa mère ? Ou celle qui vit cachée dans la forêt, parle aux bêtes et connait le secret des plantes ? Roman initiatique, où l'homme balance entre le Bien et le Mal. Roman de solitude aussi, où il faut apprendre à supporter le silence de Dieu, poser ses choix sans aucune aide et oser prendre des chemins de traverse, guidé par sa seule intuition. Roman d'amour aussi, amour de la nature et de la liberté. La plume est à nouveau légère et efficace et le roman se lit d'une traite, offrant un excellent moment de détente. Et on pourrait parler de Gougaud comme d'un « auteur à la vie inexplicable »: pourquoi ce romancier talentueux n'a-t-il jamais reçu de prix (hormis celui de l'humour noir en 1978) ? Pourquoi n'est-il jamais cité dans les émissions littéraires ? Pourquoi ses romans sont introuvables dans la plus grande librairie de Bruxelles ? + Lire la suite

06 avril 2014
Nous voici replongés, avec Henri Gougaud, dans l'univers Cathare, pour une d'initiation aux lettres, à la médecine de l'époque, aux herbes, à la nature et aux loups, et bien sur à certaines formes de spiritualité. Mais ne s'agit-il pas simplement d'une bête mais magnifique histoire d'amour ? Contrairement à « Belibaste », du même auteur, la religion Cathare ne tient ici qu'un rôle d'alibi au contexte de l'histoire qui nous est contée. On va passer, à travers ce roman magnifiquement construit, de l'intelligence raffinée et de la culture à une sorte de folie rustique…. Un lettré, raffiné, qui apprenant la disgrâce de sa famille (accusée d'hérésie) et donc sa propre disgrâce, finira par devenir une sorte d'ermite, se conduisant comme le dernier des rustres, comme une sorte d'esclavagiste, avant au fil des pages et des rencontres, de trouver la personnification de l'amour, de son destin et de la finalité de sa vie, qui a été si difficile a atteindre. Henri Gougaud est un vrai conteur, c'est bien connu, mais c'est aussi un véritable écrivain. Son style d'écriture dans ce roman, sans vouloir l'imiter, rappelle celui de l'époque qu'il décrit Les descriptions sont étonnantes : « Ce lui fut comme un éveil stupéfiant. Les fumées de rancoeur, de dépit, de peines accumulées qui couvaient dans son crâne s'embrasèrent d'un coup et lui bondirent dehors en éruption dévastatrice. Il fit volte face. Son bâton tournoya, se rompit sur une échine. le bastonné tomba le nez dans l'herbe, et le train terriblement botté bondit bientôt dans une trouée de broussaille où il disparu, les braies déchirées de la fesse au mollet…. » Ce livre démontre qu'au-delà du savoir et de l'érudition, nous sommes tous capables d'intuition et de ressenti qui nous conduisent aux bonnes décisions. Pourvu que nous soyons capables de les assumer. Peut-¬on trahir par amour ? Voilà une des questions que vous pourrez vous poser à la lecture de ce livre ! + Lire la suite