Une enfant comme les autres


Livres Couvertures de Une enfant comme les autres
4.13 étoiles sur 5 de 60 Commentaires client

Une enfant comme les autres - Dirkie, l'enfant martyr, est tourmenté par d'étranges obsessions. Mariana dissimule derrière sa précocité sexuelle son trop grand besoin d'amour. La petite Leslie se refuse à communiquer. Géraldine et Shemona, deux orphelines irlandaises, tout comme leur cousin Shamie, ont été traumatisés par l'horreur de la guerre civile. Il y a aussi une " enfant " de plus dans la classe : Ladbrooke Taylor, la mère de Leslie. Riche et belle, elle a ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Une enfant comme les autres

Le Titre Du LivreUne enfant comme les autres
AuteurTorey Hayden
ISBN-102290320919
EditeurJ'ai Lu
Catégoriesrécits
Évaluation du client4.13 étoiles sur 5 de 60 Commentaires client
Nom de fichierune-enfant-comme-les-autres.pdf
La taille du fichier20.06 MB


08 avril 2015
A la suite d'un problème de visa, Torey prend en charge une nouvelle classe pour enfants en difficulté , qui vient de s'ouvrir. Elle aura en charge plusieurs enfants, garçons et filles confondus, mais pas seulement car la mère d'une de ses élèves , Ladbrook , est elle aussi en difficulté. En lui offrant un poste à ses côtés elle cherche à l'aider. J'ai découvert Torey Hayden avec Les enfants du crépuscule et j'ai la même impression à cette lecture. Ce récit se lit comme un roman et lors de certaines scènes je me disais « Non il ne faut pas que ça se passe comme ça » mais en fait la réalité n'est pas toujours rose et même si nous ne voulons pas certaines choses elles se passent quand même. Il n'y a pas toujours de happy end possible. Pour le coup je ne m'autorise pas à juger le comportement des personnages car dans la vraie vie tout n'est jamais tout noir ou tout blanc et même si je ne comprend pas le choix de certains ( l'alcoolisme de Ladbrook par exemple) je ne veux pas prendre partie. Je cotoie ce genre de situations dans mon travail et je dois dire que même si je ne suis pas d'accord avec les actes je ne juge pas car chaque individu est différent et le but n'est pas d'enfoncer mais d'apporter une aide et trouver des solutions dans ces cas là. Torey fonctionne de la même manière. Cela me rassure de trouver une certaine ressemblance avec mon propre univers professionnel. Torey est une professionnelle reconnue dans son domaine mais elle aussi est parfois déroutée, commet des erreurs et le reconnait. Malgré son incroyable travail avec les mutiques elle reste une femme avec ces doutes et ne se crois jamais supérieure. Ce récit est très interressant et on suit avec intérêt la vie de cette classe pas comme les autres. Je continurais de lire des livres de cette auteure avec plaisir. Lien : https://memelessorciereslise.. + Lire la suite

10 juillet 2013
« Où est Leslie ? » demandai-je en revenant près de la table. Chacun se retourna et regarda. « Personne ne l'a vue ? » A cet instant précis, un RRIIIIIIP retentissant jaillit des profondeurs de la bibliothèque. Contournant les étagères, je plongeai dans un des passages longs et étroits qui la parcouraient. Leslie était assise tout au fond du passage. Une pile entière de revues déchirées à ses côtés. Quand elle m'aperçut, elle me regarda droit dans les yeux et arracha d'un périodique une longue bande de papier. « Eh bien, Mademoiselle, que se passe-t-il par ici ? » dis-je, en la remettant sur ses pieds. Des fragments de La psychologie contemporaine voletaient autour de nous. « Ce n'est pas à cela que servent les revues. » Leslie lança un regard menaçant, non pas à mon intention mais simplement droit devant elle. Son front se plissa. Ses sourcils se joignirent en une ligne sinistre. « Va chercher la corbeille à papier, Leslie. Nous allons nettoyer tout ceci. » Son front se plissa davantage. « Vas-y. Immédiatement. » « Non ! » hurla-t-elle, et elle partit en courant le long du passage, les bras tendus, provoquant la chute de tout ce qu'elle touchait. A l'extrémité de l'allée, elle s'empara de tout ce qui était à sa portée et le lança dans toutes les directions. J'enjambai ce qui encombrait le passage et l'attrapai. Elle poussa un cri perçant d'une intensité inattendue, se contorsionna et enfonça avec force ses dents dans ma main. Je lâchai prise, plus sous l'effet de la surprise que de la douleur. Leslie avait disparu à l'intérieur de la classe. Essuyant ma main ensanglantée sur mon jean, je m'élancai à sa poursuite. Tout ce qui se trouvait sur son passage, elle le jeta à terre. Feuilles d'exercices, livres, manteaux, matériel de dessin, tout alla s'écraser sur le sol. Dans un élan final, je mis la main sur elle, dans un recoin de la classe, en l'attrapant par ses vêtements. Empoignant le dos de sa blouse, je la soulevai dans les airs et, la ligotant solidement de mes bras, m'affaissai au sol. Elle ne cria pas. Ne pleura pas. Elle lutta. Grogna. Hoqueta. Se débattit. Gigota. Se trémoussa. Elle s'obstina, et s'obstina, dans l'espoir de briser mon étreinte. Je l'enveloppai davantage, relevant mes genoux afin de la serrer tout contre moi. Finalement, épuisée, elle se laissa aller. Alors, je lâchai prise et elle s'écroula par terre. Elle resta couchée, haletant bruyamment, la face tournée contre la surface brun et blanc du linoléum. Je me relevai et me dirigeai vers la chaise de repos, un grand siège en bois, qui se trouvait au fond de la classe. En général, j'y envoyais les enfants qui avaient fait une crise de colère. « Leslie, viens t'asseoir ici », dis-je. Elle leva les yeux vers moi. Je savais qu'elle était en train d'évaluer la situation. Finalement, elle se releva et s'approcha sans qu'il eut été nécessaire d'insister. + Lire la suite

18 août 2013
Je sais pas. Si tu te noies et que quelqu'un vient te repêcher, ça ne signifie pas que tu ne te noieras pas la prochaine fois que tu essayes de nager.