Le Moyen Age, une imposture


Livres Couvertures de Le Moyen Age, une imposture
3.71 étoiles sur 5 de 17 Commentaires client

Le Moyen Age, une imposture - Saint Louis rendant la justice sous son chêne, féodal devenu symbole d'inégalité criarde, médiéval utilisé à toutes les sauces dès qu'il s'agit de caractériser un retard ou un blocage : le Moyen Age est encombré d'a priori, de légendes forgées afin d'accentuer un misérabilisme imaginaire, voire de mensonges. Jacques Heers utilise son érudition au service d'une démystification salutaire des mille ans qui séparent la chute de l'empire romain d'Occident et la dé...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Le Moyen Age, une imposture

Le Titre Du LivreLe Moyen Age, une imposture
AuteurJacques Heers
ISBN-102262029431
EditeurPerrin
Catégoriesdocument
Évaluation du client3.71 étoiles sur 5 de 17 Commentaires client
Nom de fichierle-moyen-age-une-imposture.pdf
La taille du fichier19.42 MB


10 juin 2012
Jacques Heers remet les pendules à l'heure sur cette période de l'histoire si mal considéré par notre époque. Il balaie les fausses croyances, les approximations souvent hérités de la littérature ou des premiers livres d'histoire républicains cherchant une période a laquelle s'opposer. Avec sa méticulosité habituelle, il analyse et compare, ce qui lui permet de dire,que non la culture classique n'avait pas totalement disparu d'Europe, que non la peur de l'an mil n'existait pas. Il tord le coup à beaucoup d'autres sornettes, sans pour autant perdre la réalité de l'époque. Par contre comme pour tout livre d'histoire, il faut savoir parfois prendre du recul, chercher la sensibilité de l'auteur par exemple. Il apparaît que ce livre est très apprécier de certains milieux extrêmes qui y voit une justification de leurs thèses. le journal « le monde » n'a pas eu des mots tendres pour la radio pour laquelle, il travaille. Il faut donc prendre du recul avec certain point comme la diffusion de la culture par le Nord qui suinte tout au long de l'ouvrage ou encore certains sujets sur les impositions, les effets de la guerre féodale comparés à celles de la renaissance, qui bien que très détaillés et inattaquables laissent sous silence d'autres parties essentielles à la comparaison. On ne peut retirer à Jacques Heers son immense savoir et son érudition, tout est certainement vrai, mais il faut faire attention et savoir chercher les omissions, les non dits pouvant amener sur un chemin glissant. + Lire la suite

17 février 2013
Accabler le passé de tous les maux et méfaits, l'habiller d'une image noire, permet de se sentir plus à l'aise, plus heureux dans son temps et dans sa peau.

17 février 2013
Bien souvent nos sociétés intellectuelles s'affichent ouvertement racistes. Non pas au sens où nous l'entendons ordinairement, c'est à dire condamnations ou mépris des civilisations, mœurs ou religions différentes des nôtres, mais par une étonnante propension à mal juger de leur passé.