Dans l'existence de cette vie-là


Livres Couvertures de Dans l'existence de cette vie-là
3.17 étoiles sur 5 de 6 Commentaires client

Dans l'existence de cette vie-là - Et si notre existence n’était pas déterminée par nos origines sociales ou familiales mais par l’influence des livres ? Et si le sens de notre existence n’était pas le fruit du hasard et de la contingence mais celui de la cosmogonie et de l’organisation des étoiles ? Tout quitter, partir au bout du monde est-ce mourir un peu ou bien, au contraire, vivre plus intensément ? Existe-t-il un algorithme commun entre l’économie et la littérature ? La crise financière a-t-el...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Dans l'existence de cette vie-là

Le Titre Du LivreDans l'existence de cette vie-là
AuteurCaroline Hoctan
ISBN-102213702780
EditeurFayard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.17 étoiles sur 5 de 6 Commentaires client
Nom de fichierdans-l-existence-de-cette-vie-là.pdf
La taille du fichier22.44 MB


12 février 2018
Je tends au libraire l’ouvrage pour l’acheter. Quel putain d’enculé celui-là alors ! Je ne sais quoi répondre et regarde le libraire avec hésitation, pensant qu’en fait il ne souhaite pas ou plus vendre l’ouvrage. Je me demande d’ailleurs s’il a quelque chose contre cet auteur, mais, avant que je ne lui pose la question, il soupire et me regarde droit dans les yeux. Ce fils de pute est un styliste de la langue hors norme, mais, en plus, c’est certainement l’un des seuls écrivains capables de donner une vision du monde aussi profonde tout en nous racontant sa putain de vie… Avec cet enculé de sa mère, continue encore le libraire, vous effectuerez un de ces putains d’achats que vous n’allez pas regretter de sitôt ! J’acquiesce et en profite pour lui demander s’il connaît d’autres librairies dans les environs. Il ricane un peu. Bordel de merde ! s’exclame-t-il en reprenant son souffle, cela fait bien longtemps qu’il n’y a plus de librairies ici… Il me conseille donc d’aller dans la première circonscription, où je trouverai les dernières librairies sérieuses que compte encore la ville avant qu’elles ne disparaissent à leur tour. + Lire la suite

12 février 2018
Simplement, ici, l’air est différent et, comme la plupart des gens qui y viennent, je n’ai qu’une idée : oublier le pays d’où je viens et qui est le mien malgré tout, oublier la situation dans laquelle nous nous enfonçons, qui est la nôtre malgré nous. Oublier même ce qui va advenir de nous où que l’on se trouve, car, s’il est dit qu’ici la situation n’est pas meilleure qu’ailleurs, on est cependant au centre et à l’épicentre de tout, certes du monde, mais du reste également : de l’artifice, de la démesure, de l’espace, de l’excentricité, du gaspillage, de l’indifférence, de la liberté, du mélange, de la mythologie, du mixage, du prodige, de la puissance, de la richesse, de la sidération, de la vanité, du vertige, comme de cette mutation générale qui a cours partout mais aussi – et surtout – au cœur même de la littérature. Car ici, il est possible de prendre la route à n’importe quel moment, de partir sur les traces de tous ceux qui l’ont prise auparavant, de tous ceux qui la prennent encore et d’imaginer que, en suivant cette route, il est possible de découvrir un secret, le secret qui permet à la langue de ce pays de produire une telle littérature qui, d’après certains, découlerait entièrement de HUCKLEBERRY FINN, l’œuvre de celui supposé être le premier écrivain à avoir soumis à son éditeur un manuscrit tapé à la machine. J’ai donc toujours eu envie de venir ici, mais, pour de multiples raisons, j’ai constamment renvoyé ce projet à d’autres calendes. + Lire la suite

12 octobre 2016
Il y a du Joyce et du Gertrud Stein, du Duras et du Burroughs dans cette invraisemblable écriture-là. Mais qu'on n'en ait pas peur. Elle procure un enivrant plaisir et un absolu vertige littéraire.