L'art de pleurer en choeur


Livres Couvertures de L'art de pleurer en choeur
3.5 étoiles sur 5 de 49 Commentaires client

L'art de pleurer en choeur - L'art de pleurer en choeur. Du haut de ses onze ans, le narrateur ne saisit pas très bien les enjeux du monde des adultes dans la petite bourgade du sud du Jütland où il grandit. Il a bien remarqué que le chiffre d'affaires de l'épicerie de son père augmentait après chacune des prestations de ce dernier... lors des enterrements : cet homme dépressif et taciturne a en effet un talent, celui de faire pleurer les plus endurcis grâce à ses oraisons funèbres déchirantes....

Télécharger Livres En Ligne

Détails L'art de pleurer en choeur

Le Titre Du LivreL'art de pleurer en choeur
AuteurErling Jepsen
ISBN-102848050829
EditeurSabine Wespieser
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.5 étoiles sur 5 de 49 Commentaires client
Nom de fichierl-art-de-pleurer-en-choeur.pdf
La taille du fichier27.09 MB


07 novembre 2016
Qui connait la littérature danoise? ah, je vois un doigt qui se lève.....Andersen, oui, Karen Blixen, et...????...... des auteurs de polars, mais on les confond avec les Suédois et les Islandais. Ah, et puis Kierkegaard, un philosophe. Mais sinon il y en a plein, Jorn Riel, Peter Hoeg, Josefine Klougart, et Erline Jepsen, celui dont nous allons causer. Son héros fait tout de suite penser au petit Marcel de la Gloire de mon Père, sauf que le Danemark, vous vous en doutez, n'est pas la Provence, avec ses cigales et sa marjolaine. Dans le Jutland des années 50, la vie est rude, le père a la main lourde, l'avenir est encore loin, et en attendant, il faut se protéger du malheur avec Tarzan et l'ange Gabriel au dessus de son lit. Si vous avez vu Pelle le Conquérant, vous avez compris que les rapports familiaux au Danemark ne penchent pas vers une sensiblerie excessive. Et pourtant, dans cette famille, on adore pleurnicher, en public ou en privé. On se noie dans des torrents de larmes, et il faut dire que dans cette histoire, il n'y a pas de quoi rire. Sauf que le narrateur n'a pas son pareil pour décrire les faits avec naïveté et un grand sens de ses responsabilités. Car quand tout va de travers, c'est à lui de sauver la situation. le tragique devient alors cocasse et le sordide, burlesque. Un peu comme du Dickens. Tout est grave, mais rien n'est désespéré! + Lire la suite

24 avril 2011
Le narrateur est un jeune garçon de 11 ans vivant dans le Danemark rural de la fin des années 60.Il porte sur sa famille un regard affectueux et innocent, empreint de la naïveté propre à l'enfance,mais il ne saisit pas toujours les turpitudes des adultes.Ainsi, il ne comprend pas pour quelle raison sa soeur Shane est prise de tremblements à l'idée d'aller dormir avec son père...Ce qu'il veut lui, c'est que son père, épicier modeste, soit content ! Comme quand il fait pleurer les foules avec ses éloges funèbres lors des enterrements et que les gens affluent dans la boutique ! Très connues au Danemark, les oeuvres d'Erling Jepsen sont pour la première fois traduites en France et la découverte de ce roman est une très bonne surprise. Jouant avec les contrastes et les antagonismes, entre la naïveté de l'enfance et les turpitudes des adultes,entre innocence et perversité,l'auteur donne à la gravité du sujet une dimension loufoque,pleine d'une tendresse et d'un humour ravageurs. Drôlerie et dégoût, rires et crispations se succèdent en un ballet de sentiments contradictoires dans ce portrait de famille totalement irrésistible. + Lire la suite

15 novembre 2013
J'ai beaucoup aimé "L'art de pleurer en choeur". L'auteur nous décrit la petite vie rurale, lisse en surface, mais pleine de désordres, d'un petit village danois dans les années soixante au travers du regard et du langage d'un enfant de 10 ans. La prise de point de vue est très réussie : on n'a aucune peine à entrer dans les fantasmes et la réalité vécue par notre jeune héros, entre ses affirmations sur la vie issues des phrases toute faites serinées par le Père et les raccourcis pris par les pensées d'un jeune enfant. Erling Jepsen arrive sans peine à nous faire rire de situations horribles (comment faire mourir la riche tante ?) ou sordides, voire tout simplement drôle (cette histoire de lapins, quand même !!!!) et on se reprend à relire un même passage plusieurs fois pour vérifier, au-delà de la vision explicitée pas si candide que ça d'Allan, si l'on a bien compris ce que l'auteur sous-tendait derrière des propos plus ou moins anodins. Critique des petites villes et de leur fonctionnement, de la famille "unie et heureuse", de la politique ou de la psychiatrie, l'auteur, avec beaucoup de talent, nous fait rire en frémissant (et inversement), tout en dénonçant le mythe de la naïveté de l'enfance au travers de son héros bien moins ange que démon ! + Lire la suite