Les fous d'amour au Moyen Age : Orient-Occident


Livres Couvertures de Les fous d'amour au Moyen Age : Orient-Occident
étoiles sur 5 de Commentaires client

Les fous d'amour au Moyen Age : Orient-Occident - Être fou d’amour, aimer jusqu’à la folie ! Cette expérience des extrêmes engendre des œuvres d’art. Parole poétique, parole chantée, parole mise en scène…, l’amour, la folie d’amour ne peuvent se dissocier du « chant ». L’Occident déteste perdre la tête, privilégie le libre arbitre, le contrôle de soi par la raison. Le Fou d’amour qui se perd lui-même au profit d’un autre n’est plus prisé car la valeur prédominante est la stabilité du sujet qui garant...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Les fous d'amour au Moyen Age : Orient-Occident

Le Titre Du LivreLes fous d'amour au Moyen Age : Orient-Occident
AuteurClaire Kappler
ISBN-102296045359
EditeurEditions L'Harmattan
Catégorieslittérature
Évaluation du client étoiles sur 5 de Commentaires client
Nom de fichierles-fous-d-amour-au-moyen-age-orient-occident.pdf
La taille du fichier19.84 MB


12 janvier 2016
Tout au long de la littérature médiévale une attention extrême est portée à la raison. Jean de Meung dans le Roman de la Rose fait intervenir longuement Dame Raison. Elle prend la parole à plusieurs reprises pour conseiller à l'amant, non pas d'aimer avec discernement, mais de renoncer définitivement à l'amour. Tout amour est porteur de souffrances. Les derniers mots de Dame Raison, destinés aux êtres qui se laissent prendre aux appats de l'amour, sont très fermes : s'ils ne se ressaisissent pas, ils y perdront sens, tens, chatel, cors, ame, los, "raison, temps, biens, corps, âme et réputation" (ed F.Lecoy, v.4598). Pour Dame Raison ll'amour est empli de contradictions. Un développement célèbre de Jean de Meung en détaille les dangers: l'amour est une maladie de pensée (v.4348), une tranquilité remplie de désordre et de haine, un noeude de contradictions. Laisson la parole au vieuc poète: "Amour, c'est une entente emplie de haine ; Amour, c'est une haine chargée d'affection ; c'est une loyauté déloyale ; c'est une déloyauté loyale, c'est une peur pleine d'assurance, une éspérance déséspérée ; c'est un discernement parfaitement empli de folie ; c'est un égarement raisonnable ; c'est uun agréable danger pour se noyer..." + Lire la suite

10 janvier 2016
À la lecture du recueil, au regard de la confrontation entre sources occidentales et sources orientales, il ressort que la folie d’amour pourrait s’énoncer sur trois modes : l’absence, la transgression, la relation inversée. 1/Par essence, l’amour induit le décentrement et partant, l’absence. Lorsqu’il est paroxystique, l’amour fou engendre chez le sujet une sortie de soi, littéralement ex-statique, sortie de soi, sortie du sens, forsené en ancien français. Amants et mystiques sont exilés d’eux-mêmes. Mieux, l’amour conduit à la perte de soi dans l’être aimé. Perte de soi proprement spatiale : le fou est celui qui n’est pas là. Il est l’absent, celui qui n’est pas dans le lieu où il devrait être. La folie d’amour est absence 2/Parce qu’il est hybris, excès, l’amour fou est un Au-delà : au-delà de la norme, au-delà de la nature, au-delà de la convenance, au-delà de la bienséance. « Le fou de Dieu cette figure de l’inversion radicale de tous les comportements sociaux et humains ? » (P66); La folie d’amour se joue aux limites et aux marges : « Exotisme du fou de Dieu, étrangeté du fou d’amour » (p. 74) ; le fou d’amour flirte avec les frontières à tenir et à dépasser. Insaisissable, la folie semble ainsi induire la transgression de la norme, non par contestation, mais par dépassement. Parce qu’il est saisi par un universel qui le déborde, le fou abdique la rationalité de la maîtrise de soi et du respect des convenances. (...) 3/ Enfin, la folie d’amour est une modalité propre de la relation : une inversion. Mais cette modalité de la relation en tant qu’elle est inversée, reste foncièrement relation. Autrement dit, la folie n’est perçue qu’en fonction de la sagesse. Le fou n’est fou que relativement à la sagesse, ou, en l’occurrence, la norme. La normalité s’avère le site paradoxal de toute folie. (...) + Lire la suite

10 janvier 2016
Réfléchir alors sur la folie d’amour, c’était prolonger la question de la subjectivité et du soi. Le postulat de départ s’articulait autour des différences d’approche de la raison en Orient et en Occident. L’Occident détesterait perdre la tête et privilégierait le contrôle de soi par la raison. Le fou d’amour qui se perd au profit d’un autre n’a plus, en perdant sa conformité aux normes, de place dans la société et le monde. La folie d’amour serait réprouvée par les gardiens de l’ordre social. En Orient, en revanche, la folie d’amour serait l’occasion privilégiée de sortir de la séparation pour atteindre l’Union et approcher l’Unicité divine, en oubliant le moi et en dépassant l’individualité propre. Transcendant la distinction culturelle et géographique, les mystiques, tels des traits d’union, réussissent pourtant à unifier l’expérience extrême de l’amour. + Lire la suite