Al-Qaida dans le texte. Ecrits d'Oussama ben Laden, Abdallah Azzam, Ayman al-Zawahiri et Abou Moussab al-Zarqawi


Livres Couvertures de Al-Qaida dans le texte. Ecrits d'Oussama ben Laden, Abdallah Azzam, Ayman al-Zawahiri et Abou Moussab al-Zarqawi
4.33 étoiles sur 5 de 3 Commentaires client

Al-Qaida dans le texte. Ecrits d'Oussama ben Laden, Abdallah Azzam, Ayman al-Zawahiri et Abou Moussab al-Zarqawi - Pour la première fois, on trouvera ici un choix de textes des quatre plus importants dirigeants de l'islamisme jihadiste contemporain ; directement traduits de l'arabe, ils sont présentés, commentés et analysés par une équipe internationale de spécialistes rassemblés autour de la chaire Moyen-Orient Méditerranée de Sciences-Po. " Cet ouvrage a pour ambition[ d analyser le système doctrinal produit par...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Al-Qaida dans le texte. Ecrits d'Oussama ben Laden, Abdallah Azzam, Ayman al-Zawahiri et Abou Moussab al-Zarqawi

Le Titre Du LivreAl-Qaida dans le texte. Ecrits d'Oussama ben Laden, Abdallah Azzam, Ayman al-Zawahiri et Abou Moussab al-Zarqawi
AuteurGilles Kepel
ISBN-102130561519
EditeurPresses Universitaires de France
Catégorieslittérature
Évaluation du client4.33 étoiles sur 5 de 3 Commentaires client
Nom de fichieral-qaida-dans-le-texte-ecrits-d-oussama-ben-laden-abdallah-azzam-ayman-al-zawahiri-et-abou-moussa.pdf
La taille du fichier18.81 MB


26 mars 2017
La démocratie est une nouvelle religion, car si en islam la législation vient de Dieu (qu’Il soit exalté !), cette capacité en démocratie en incombe au peuple. Il s’agit bien d’une nouvelle religion qui repose sur la déification du peuple et qui lui confère les droits de Dieu ainsi que Ses attributs ; cela revient à associer des idoles à Dieu et à tomber dans l’impiété, car Dieu (qu’Il soit exalté !) a dit : Le jugement n’appartient qu’à Dieu. Il a ordonné que vous n’adoriez que Lui. (Youssouf) La souveraineté en islam n’est qu’à Dieu, alors que dans la démocratie elle est au peuple, c’est pourquoi Abou al-Ala al-Mawdoudi a dit de la démocratie qu’elle est « une divinisation de l’homme […] c’est le pouvoir des masses » (L’Islam et la civilisation moderne, p. 33) En démocratie, le législateur est le peuple représenté par la majorité des députés au Parlement. (Ayman al-Zawahiri, p. 267) + Lire la suite

26 mars 2017
Ne vous laissez pas impressionner par cette face, celle de l’Amérique et de son armée, car nous les avons frappés à maintes reprises et les avons battus maintes fois : ce sont les plus lâches des hommes. En affrontant l’ennemi américain, nous avons bien vu qu’il a surtout recours à la guerre psychologique, du fait de ses énormes moyens de propagande, ainsi qu’aux bombardements aériens massifs afin de masques ses points faibles : la peur, la couardise et le manque d’esprit combatif du soldat américain. Si j’en avais le loisir, je vous raconterais des choses presque incroyables à propos des combats de Tora Bora en Afghanistan, mais j’espère que Dieu me permettra de le faire plus tard. (…) Lorsque les combattants constatèrent que le gang de la Maison-Blanche ne voyait pas clairement les choses, et qu’en outre son chef (cet idiot auquel ils obéissent) prétendait que nous enviions leur mode de vie, alors que la vérité que cache le Pharaon de ce siècle est que nous les attaquons à cause de leur injustice dans le monde islamique, et surtout en Palestine et en Irak, ainsi que leur occupation de la terre des deux sanctuaires, lorsque les combattants virent cela, ils décidèrent de sortir de l’obscurité et de déplacer la bataille au cœur de leur terre, chez eux. En ce mardi béni, 23 Joumada al-Thani 1422, correspondant au 11 septembre 2001, l’alliance américano-sioniste était en train de poursuivre sa moisson parmi nos fils et parents de la terre bénie d’al-Aqsa, les mains juives employant des avions et des chars américains, ainsi que parmi nos fils en Irak, mourant à cause de l’injuste embargo imposé par l’Amérique et ses agents, alors que le monde musulman vivait au plus loin de la vraie religion, alors que la situation était parvenue à ce degré de frustration, de désespoir et d’atermoiement parmi les musulmans – hormis ceux qui craignent Dieu –, d’injustice, d’arrogance et d’agressivité au sein de l’alliance américano-sioniste au point que le pays de l’oncle Sam s’enfonçait dans le péché, se repaissant de despotisme, grimaçant envers le monde, allant son chemin, insouciant et joyeux, persuadé d’être intouchable, alors advint la catastrophe. Mais qu’est-ce à dire ? Ils ont bondi, les cheveux ébouriffés, les pieds dans la poussière, ceux qui étaient chassés de tout lieu Ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur, et nous les avions affermis dans la voie droite. Leur doctrine religieuse ferme et leur foi chevillée au corps, ils n’ont pas craint d’être blâmés sinon par Dieu ; ne désirant que ce que Dieu possédait, ils refusèrent de s’endormir. Donc, grâce aux avions de l’ennemi, ils menèrent une opération hardie et belle, sans précédent dans l’histoire de l’humanité, et ainsi abattirent les totems de l’Amérique. (Ben Laden, pp. 79-85) + Lire la suite

26 mars 2017
Je n’avais pas saisi toute l’importance de la durée de l’éducation mecquoise avant de participer en personne au jihad afghan, comme je le fais pour la septième année consécutive (grâce à Dieu !). Après avoir sondé la question dans toute sa profondeur, j’ai trouvé que la longue éducation doctrinale est le fondement et le pilier de la société islamique, sans laquelle il ne peut y avoir de société divine. Car sans cela, cette société ne serait qu’une structure fragile, qui s’écroulerait au premier coup de vent ou sous la première tempête. J’en ai déduit une règle fondamentale pour l’établissement de la société islamique, à savoir qu’une telle société ne peut être fondée sans un mouvement qui ait grandi au feu de l’épreuve, et dont les membres n’aient pas mûri dans la chaleur de l’affrontement. Ce mouvement est la foudre qui fait éclater l’énergie de l’oumma, et déclenche un long jihad au cours duquel ses membres assument le rôle de chefs, de pionniers, d’imams et de guides spirituels. C’est au cours de ce long combat que les ressources des hommes se révèlent, que leurs énergies se déploient et que leurs positions se définissent, que leurs chefs s’avancent pour montrer la direction et prendre les rênes. Ce sont ces derniers, qu’au bout de longues souffrances, Dieu renforcera, derrière lesquels il usera de son pouvoir et dont il fera l’instrument de la victoire de sa religion. Ainsi, prendre les armes avant de subir la longue éducation du groupe de croyants serait dangereux, car les hommes en armes se transforment vite en factieux qui mettent en péril la sécurité des gens et empoisonnent leur vie. (Abdallah Azzam, pp. 211-213) + Lire la suite