Fille de l'Air


Livres Couvertures de Fille de l'Air
4 étoiles sur 5 de 11 Commentaires client

Fille de l'Air - Surnommée la « Garbo des airs », Jean Batten était une aviatrice mondialement célèbre dans les années 1930. Née en 1909, l’enfant de Rotorua – petite ville au nord de la Nouvelle-Zélande – battit plusieurs records, notamment entre l’Angleterre et l’Australie, qu’elle rejoignit en quatorze jours et vingt-deux heures dans son petit avion de tourisme, un Gipsy Moth. Dans ce nouveau roman, Fiona Kidman se penche sur le destin de cette « fille de l’air » à qui tou...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Fille de l'Air

Le Titre Du LivreFille de l'Air
AuteurFiona Kidman
ISBN-102848052171
EditeurSabine Wespieser
Catégorieslittérature
Évaluation du client4 étoiles sur 5 de 11 Commentaires client
Nom de fichierfille-de-l-air.pdf
La taille du fichier28.21 MB


20 décembre 2017
A sa propre surprise, elle ne redoutait pas la mort, et elle se demanda si Bert Hinckler avait connu la peur, s'il savait ce qui l'attendait, s'il avait eu envie de faire demi-tour. Elle se considérait comme vivant sur les fanges de la société, mais ici, en vol au-dessus de l'austère contrée grecque, elle eut le sentiment d'atteindre le centre profond de son être, un lieu solitaire mais qui au moins était libre de toute crainte. C'était cela, peut-être, qui la garderait en sécurité. Avoir peur au cours d'une crise était une chose, mais jamais la peur de la mort ne la trahirait. Il lui vint à l'esprit que c'était la perte qu'elle craignait plus que tout, mais perte de quoi, cela restait un sentiment amorphe, qu'elle ne comprenanit que vaguement. + Lire la suite

01 mars 2018
Edité chez Sabine Wespieser, Fille de l'air raconte le destin incroyable de cette frêle jeune femme, Jean Batten, surnommé la Garbo des Airs en référence à son avion. Les romans biographiques évoluant entre la fin XIXe et la première moitié du XXe sont devenue au fil du temps, ma petite madeleine de Proust que j'aime déguster tranquillement. Par une écriture proche du conte, Fiona Kidman donne à cette femme beaucoup de forces, de courage et surtout de témérité. Car il en faut pour braver le climat et surtout le monde de l'aviation qui s'ouvre à (grande) peine aux femmes. Entre ceux qui ne la prennent pas au sérieux et les derniers qui ne pensent qu'à la marier, autant dire que Jean Batten a dû prouver plus d'une fois qu'elle était à la hauteur (et tous les écraser). Cette dernière aura toujours mis sa passion avant sa vie personnelle. Au-delà de la dimension féministe et du message "battez-vous et croyez en vos rêves", la Fille de l'air est aussi une invitation au voyage. A travers les paysages de l'orient, entre les pyramides et les expatriés anglais mais aussi par la terre vu du ciel, c'est une véritable ode au voyage. Sur presque 500 pages, j'ai vu le monde entier sans quitter mon lit / canapé et c'est plutôt grisant. Un livre coup de coeur qui m'aura fait découvrir un destin exceptionnel et inspirant. Où les avions côtoie les cieux dans une époque grouillante d'exploits et de pionniers. Un livre à lire pour cette superbe sensation de voyage et pour la dimension féministe. Lien : https://wp.me/p8ww3Y-ZV + Lire la suite

21 avril 2017
Quand elle est morte, un jour de novembre 1982, Jean Batten n'était plus depuis longtemps une héroïne de l'actualité. Depuis plus de 40 ans, elle n'exerçait d'ailleurs plus l'activité qui en avait fait l'une des stars des années 30 et, sans nul doute, la néo-zélandaise la plus connue et chérie de l'histoire, au temps de sa gloire. Mais, solitaire depuis des années, oubliée et anonyme, elle a fini dans une fosse commune de Palma de Majorque. Fin d'une vie qui s'est quasiment arrêtée avant l'âge de 30 ans, du jour où elle cessa de voler, pour des raisons plus ou moins obscures (et politiques en 1939). Jean Batten, telle que la ressuscité aujourd'hui sa compatriote Fiona Kidman, a été l'une des plus grandes pilotes des années 30, qui battait des records à tour de bras, entre les Iles britanniques et l'Australie ou l'Amérique du Sud et réunissait des foules énormes qui la vénéraient, et pas seulement en Nouvelle-Zélande. Son identité farouche, son refus des compromissions et sa fière indépendance lui avaient valu le surnom de "Garbo des cieux." Une appellation plutôt prémonitoire puisqu'elle termina son existence de la même façon, en recluse. Sa vie a été incroyablement romanesque et Fiona Kidman s'en empare en réussissant à adopter une juste distance. L'auteure est bien entendu du côté de son héroïne, avec une certaine bienveillance, mais elle n'a pas écrit une hagiographie pour autant. Non, elle enregistre tous ses doutes, ne manque pas d'évoquer son tempérament parfois glacial et l'utilisation de sa séduction naturelle pour obtenir des hommes ce qu'elle souhaitait : non pas un mariage mais des subsides pour financer ses vols, une entreprise très difficile dans le monde de l'aviation, peu ouvert aux femmes. Fille de l'air s'élève, c'est le cas de le dire, bien au-dessus des stéréotypes de la biographie historique, s'attardant sur l'enfance et l'adolescence de la native de Rotorua, laquelle aurait pu faire une très bonne concertiste, voire une excellente danseuse, si elle n'avait pas eu cette fascination pour la navigation aérienne. Et la romancière décrit avec brio la relation fusionnelle unit Jean et sa mère alors que le noyau familial se dissout très vite, entre un père volage et deux frères insaisissables. Avec un style limpide, un don inné pour les dialogues, un talent extraordinaire pour décrire les états d'âme de son personnage principal et un sens de l'humour percutant, Fiona Kidman rend hommage à une figure de légende dans un livre formidablement palpitant et documenté où les traversées aériennes, pour ne prendre que cet exemple, sont racontées avec une fluidité et une précision éclatantes. L'un des romans les plus brillants parus en France depuis de le début de l'année, sans l'ombre d'un doute. Lien : http://cin-phile-m-----tait-.. + Lire la suite