La Nouvelle Revue Française


Livres Couvertures de La Nouvelle Revue Française
étoiles sur 5 de Commentaires client

La Nouvelle Revue Française - CE VOLUME CONTIENT Éditorial : Michel Crépu, Mai 1968. Cinquante ans plus tard La littérature aujourd’hui : Agnès Riva, Vie nouvelle Alexandre Postel, Considérations sur les billes Marion Messina, Il est temps d’aller se baigner Katherine Pancol, Annie ne se demande pas si elle est heureuse Gaël Octavia, L’étrangeté de Mathilde T. Melvil Poupaud, Le regard vient en dernier La der...

Télécharger Livres En Ligne

Détails La Nouvelle Revue Française

Le Titre Du LivreLa Nouvelle Revue Française
AuteurLa Nouvelle Revue Française
ISBN-102072790948
EditeurGallimard
Catégorieslittérature
Évaluation du client étoiles sur 5 de Commentaires client
Nom de fichierla-nouvelle-revue-française.pdf
La taille du fichier23.46 MB


28 mai 2018
Il n'est plus utile de présenter la célébrissime revue de la N.R.F... Le dernier numéro offre une synthèse d'articles sur la littérature contemporaine, avec des notes, des appréciations de lectures..., une autre partie consacrée aux événements de mai 1968... ainsi qu'un interview de Emmanuel Macron, parlant de politique, bien sûr, mais aussi d'histoire et de littérature.... Lu début mai 2018 [ emprunté]

28 mai 2018
" L'Histoire redevient tragique" -Une rencontre avec Emmanuel Macron (p. 77)- Nouvelle Revue Française, n°630- mai 2018 Propos recueillis par Michel Crépu et Alexandra Duva-Stalla "Jean D'Ormesson prenait beaucoup de plaisir à commenter cette forme de comédie humaine qu'incarne le milieu politique, il aimait que la littérature soit présente dans la vie de la cité. Ce qui explique son goût extrême pour les mémorialistes, de Saint-Simon à Proust en passant par son cher-votre cher- Chateaubriand " (p. 77) + Lire la suite

12 mai 2018
" L'Histoire redevient tragique" -Une rencontre avec Emmanuel Macron (p. 83)- Nouvelle Revue Française, n°630- mai 2018 Savoir cela protège du cynisme, du nihilisme. Cela nous ramène à la littérature : ceux pour qui la littérature ne compte pas ne prennent pas la mesure de l'épaisseur du quotidien. La littérature permet cela. Si je n'avais pas cela en moi, je sonnerais creux, mat, comme la coquille d'oeuf de Prévert sur le comptoir. Ne pas ressentir cela, c'est tomber dans un rapport instrumental à la politique. La fréquentation intime de la littérature donne à sentir les choses dans leur profondeur. (...) Mais c'est encore et toujours le grand écrivain que je tiens pour un sociologue hors pair. ---Emmanuel Macron (p. 83) + Lire la suite