Ma bibliothèque : Lire, écrire, transmettre


Livres Couvertures de Ma bibliothèque : Lire, écrire, transmettre
3.06 étoiles sur 5 de 9 Commentaires client

Ma bibliothèque : Lire, écrire, transmettre - À quoi sert la littérature ? se demandait naguère Jean-Paul Sartre. À quoi sert ma bibliothèque ? s’interroge aujourd’hui Cécile Ladjali, lectrice au goût traditionnel assumé, qui est aussi l’auteur de fictions résolument modernes. Pour répondre à cette question qui engage sa vie même, elle conduit son lecteur à travers le labyrinthe des milliers d’œuvres qui occupent ses rayonnages : elle l’attire dans l’intimité de son va-et-vient entre lecture et écriture et scru...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Ma bibliothèque : Lire, écrire, transmettre

Le Titre Du LivreMa bibliothèque : Lire, écrire, transmettre
AuteurCécile Ladjali
ISBN-102021136035
EditeurSeuil
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.06 étoiles sur 5 de 9 Commentaires client
Nom de fichierma-bibliothèque-lire-écrire-transmettre.pdf
La taille du fichier26.8 MB


02 octobre 2014
Mme de Sévigné écrivait un jour à sa fille cette phrase inouïe : « J’aime à vous écrire, c’est donc un signe que j’aime votre absence. » Écrire une lettre plutôt que de compter sur le téléphone, le sms, le mail, c’est faire confiance au temps, à la distance, et considérer ces données comme sacrées, puisqu’en raison des empêchements qu’elles induisent, elles confèrent au papier un caractère précieux que les autres supports n’ont pas. À la différence du courrier électronique, la lettre privée préserve intactes notre intimité et toute la grâce d’un certain secret. Mais surtout elle nie l’absence. Rend présent. Incarne. + Lire la suite

27 septembre 2014
La fonction de bibliothèque est fondée sur un malentendu, à savoir qu’on irait à la bibliothèque pour chercher un livre dont on connaît le titre. […] mais il n’y a rien de plus révélateur et de plus passionnant que d’explorer des rayons […] et de trouver à côté du livre qu’on était allé chercher un autre livre qu’on ne cherchait pas et qui se révèle être fondamental (Umberto Eco, De Biblioteca - L'échoppe- 1986). Ainsi je me souviens très bien que, cherchant un livre de Gary, j’ai découvert Sylvie Germain. C’était à la librairie Compagnie, dans cet antre magnifique occupé par Mme Josette Vial. Une autre fois, voulant racheter un exemplaire des Maximes, mon œil rencontra non le noble patronyme du duc de La Rochefoucauld, mais le nom aquatique de la romancière Linda Lê. La chose advint cette fois-ci à la Terrasse de Gutenberg à l’heure de la fermeture, dans cette belle librairie du faubourg Saint-Antoine tenue par une autre Circé, Michelle Farradou. + Lire la suite

21 juin 2017
Une lecture précieuse que je déguste à petites gorgées comme un café ou un thé merveilleusement parfumé, ou une bière ni trop douce, ni trop amère. La littérature m'a sauvée moi aussi et le parcours de Cécile Ladjali, dans son unicité, me rappelle combien mes choix de lecture m'ont construite. Nos livres lus et non lus renvoient à des rencontres, des visages et des amitiés... Un véritable partage que j'apprécie.