Le violon du fou


Livres Couvertures de Le violon du fou
3.56 étoiles sur 5 de 54 Commentaires client

Le violon du fou - Loin de chez lui, Gunnar passe ses journées à jouer du violon au détriment de ses études. Lorsqu'il apprend que le domaine familial est en décrépitude, que sa mère est ruinée, il décide de rentrer, d'oublier sa musique et d'être enfin raisonnable. Confiant, le jeune héritier se met donc au travail en investissant leurs derniers sous dans l'élevage. Mais le troupeau est décimé par l'hiver. Impuissant, désespéré et hon­teux, Gunnar perd la raison. Devenu colpor...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Le violon du fou

Le Titre Du LivreLe violon du fou
AuteurSelma Lagerlöf
ISBN-102742764941
EditeurActes Sud
Catégoriesprose
Évaluation du client3.56 étoiles sur 5 de 54 Commentaires client
Nom de fichierle-violon-du-fou.pdf
La taille du fichier27.57 MB


11 janvier 2014
"Rien n'est plus sûr et certain que le fait que le soleil adore les esplanades dégagées qui s'étendent devant les petites églises de campagne. Y en aurait-il qui n'auraient pas remarqué qu'on ne voit jamais autant de soleil que durant l'office du dimanche devant une petite église toute blanche? Nulle part les rayons ne tissent un réseau aussi dense de lumière, nulle part l'air ne demeure dans une telle immobilité emprunte de respect. C'est comme si le soleil était là pour veiller à ce que les gens ne restent pas sur le parvis à discuter. Il tient à ce que tous soient docilement assis dans l'église pour écouter le sermon, et c'est pour cette raison qu'il inonde à profusion de ses rayons les murs de l'église." (Babel - p.37) + Lire la suite

17 août 2011
Gunnar Hede, étudiant, féru de violon, apprend que le domaine familial de Munkhyttan est sur le point d'être vendu, faute d'argent. Afin de payer les dettes et de sauver la ferme, Hede jette tous ses précédents projets par-dessus bord et décide de prendre la route comme colporteur. C'est ainsi qu'il sillonne les routes de la région. Après avoir porté sa hotte de colporteur une année durant, il lui vint l'idée de gagner une grosse somme d'argent d'un seul coup en achetant un grand troupeau de chèvres qu'il mènerait dans une grande foire dans le Värmland, afin de les revendre deux fois plus cher. Mais le troupeau fut décimé par le froid, la neige et la tempête. Impuissant, désespéré et honteux, Hede sombre dans la folie. Des années plus tard, Hede parcourant toujours la région avec son éternel violon tel un mendiant halluciné, se réfugie dans un cimetière. Apaisé, rassuré par ce lieu, il se mit à jouer du violon…. « Celle qui était dans le cercueil, à côté de lui, morte en apparence, avait entendu jouer le violon. Les notes l'avaient fait rêver, et ce qu'elle avait vu en rêve l'avait émue si fort que son coeur s'était remis à battre, que son sang avait circulé, et qu'elle s'était réveillée ». On retrouve dans ce livre un univers magique, fantastique, poétique. Un conte de fée avec en filigrane des thèmes comme l'amour, la vie, l'exil, la mort, la folie, la différence, l'art : la musique. Musique, qui par le biais du violon, nous raconte des histoires féériques, bienveillantes et salvatrices; histoires fortement imprégnées des légendes et récits värmalandais (région de Suède) qui ont abreuvé l'enfance de Selma Lagerlöf. + Lire la suite

17 novembre 2013
Selma Lagerlöf passe très rapidement d'une écriture réaliste à celle du conte. On s'imagine franchement à la veillée, au coin du feu. Nous sommes tous là, réunis. L'auteure nous invite. Et elle nous raconte une histoire entendue maintes et maintes fois. Celle d'un gars du village voisin, ou d'un cousin, ou d'un oncle... bref de quelqu'un sue l'on connaît, et dont on ne parle qu'à demi-mot, ou à la veillée, comme un recueillement. L'histoire est simple et démarre d'emblée. Pas de prélude. Pas de lenteur. Rien que des éléments nécessaires au récit. On reste concentré. Pas de digressions inutiles. Et l'absolue nécessité de bien poser le décor. La nature joue un rôle non négligeable. Lorsqu'on dit conte, cela n'implique pas nécessairement une moralisation à outrance. Lagerlöf n'est pas Coelho. L'atmosph!re est vraiment celle du conte de la veillée, où on raconte les choses comme elles sont. Sans espérer influer sur les actions des gens. Et il n'y a pas davantage de féérie. On nous conte ici une histoire d'amour, dure et cruelle, entre deux personnes. Comme la vie. Car à travers le conte, le fantastique, Lagerlöf nous raconte la vie. Tout simplement. + Lire la suite