Le lambeau


Livres Couvertures de Le lambeau
4.29 étoiles sur 5 de 43 Commentaires client

Le lambeau - Lambeau, subst. masc. 1. Morceau d'étoffe, de papier, de matière souple, déchiré ou arraché, détaché du tout ou y attenant en partie. 2. Par analogie : morceau de chair ou de peau arrachée volontairement ou accidentellement. Lambeau sanglant ; lambeaux de chair et de sang. Juan, désespéré, le mordit à la joue, déchira un lambeau de chair qui découvrait sa mâchoire (Borel, Champavert, 1833, p. 55). 3. Chirurgie : segment de parties molles conservées lors de l'amputat...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Le lambeau

Le Titre Du LivreLe lambeau
AuteurPhilippe Lançon
ISBN-102072689074
EditeurGallimard
Catégoriesalbum
Évaluation du client4.29 étoiles sur 5 de 43 Commentaires client
Nom de fichierle-lambeau.pdf
La taille du fichier26.68 MB


04 mai 2018
« Ne vous fatiguez pas à lire des livres cette année […], donnez le Goncourt au Lambeau, le plus grand livre de l'année ! »

25 avril 2018
Ça y est. Je l'ai terminé ce soir. Pas mécontente car ce fut, et j'ai un peu honte de l'avouer, une lecture très éprouvante, car très suivie et très concentrée. Livre admirable et magistral. Sans doute le plus beau et le plus prenant que j'aie jamais lu. Et avec une telle empathie ! Mais où donc cet homme hors du commun a-t-il pu trouver tant de courage, de pérsevérance pour rester en vie après cet attentat de Charlie Hebdo qui a fait de lui une "gueule cassée" avec la mâchoire inférieure emportée par les balles ? Je ne sais. Je n'ai pas la réponse malgré une lecture soigneuse comme les pansements dont il a fait tant et tant usage. Et quelle clairvoyance ! Quelle écriture magnifique, presque magique, mais peut-on parler de magie quand tout meurt autour de soi ? J'ai eu une réelle et profonde admiration pour le personnel soignant, avec sa douceur, sa force, sa patience mais aussi ses faiblesses, ses errements et ses erreurs. Et ce sont des hommes et des femmes, en somme des humains malgré tout. À aucun moment, Monsieur Lançon ne nomme par leur nom les deux terroristes. Il écrira : les frères K. La scène de l'attentat est monstrueuse de véracité, d'horreurs, mais surtout de clairvoyance, cette monstrueuse clairvoyance qui a fait de lui une victime à jamais. La peur ne le quittera jamais vraiment, résurgence de l'ignoble attentat. Peur des deux jambes noires, des cris et du bruit des balles. Saleté de SPT (stress post-traumatique)... Il aura subi de multiples opérations et, détail touchant, il partait toujours au bloc avec ses "doudous" : des livres pour la plupart, comme Lettres à Milena de Kafka, La mort de ma grand-mère de Proust ou bien La montagne magique de Thomas Mann. Ils lui tenaient compagnie pendant cette horreur de reconstruction de son visage. Il parle même de prière proustienne préopératoire, comme un mantra destiné à le protéger... Et, toujours, Bach lui tient compagnie, même au bloc...On pourrait dire que la culture, sa culture l'a beaucoup aidé. Mais ce n'est pas que le récit de sa reconstruction, il y a beaucoup de digressions très intéressantes. Pourquoi le lambeau ? C'est le nom de l'opération magistrale, la plus importante, qui consiste à faire une greffe du péroné sur la mâchoire, avec une re-vascularisation. C'est sans compter sur les innombrables opérations dues à des multiples problèmes post-opératoires... Et toute cette douleur, ces souffrances permanentes, mais comment a-t-il fait ? Je m'arrêterais là, je ne peux continuer. Alors oui, c'est dérangeant, oui ce n'est pas gai, mais c'est le récit du combat d'un homme pour redevenir humain, alors que le terrorisme veut faire de nous des bêtes. Je n'ai qu'un dernier mot en refermant ce livre d'une rare magnificence : Chapeau Monsieur Philippe Lançon ! + Lire la suite

10 avril 2018
Attention, livre important, hanté par le souvenir, la perte progressive des repères, la dissolution d'un moi dans un autre : celui d'avant le 7 janvier. Et celui d'après. Philippe lançon est un des survivants de la boucherie terroriste à Charlie Hebdo. Ce livre est plus qu'un témoignage, bien plus qu'un livre d'ailleurs, puisque Lançon a failli perdre la vie ce jour là, et que des balles lui ont arraché la bouche et la quasi totalité du menton. Il a donc toute légitimité pour dire la souffrance, les longs mois de rééducation, dans une espèce de no man's Land hospitalier qui lui tiendra lieu de point d'équilibre dans le déchaînement de violence tout autour. 7 janvier 2015, peu avant midi. Lançon montre un beau livre sur le jazz à Cabu. Elsa cayat pousse tout à coup un cri mêlé d'injures dans le couloir . Quelque chose se passe . Deux hommes vêtus de noir pénètrent dans la salle de rédaction ou Wolinski dessine de jolies gonzesses à poil et ou Maris défend , vent levé contre tous, le dernier livre de Houellebecq qui sortira ce jour là , et qui s'appelle -comme la réalité est puissante - : "Soumission." 2 hommes en noir, peu de mots. 2 minutes pendant lesquelles les balles crépitent et ou chaque corps abattu est célébré d'un "A A! " . 2 minutes suffisent , et le chaos s'abat, suivi d'un silence de fin du monde. Le corps de Maris effondré,qui colle à la peau de Lançon dans le choc , et le souvenir de sa mort là, tout à côté de lui, ne cessera de lui revenir en mémoire ensuite dans le récit.. Lancon accuse au détour de plusieurs pages ceux qui ont décidé , un jour de 2006, de tourner le dos au journal qui bravait la tempéte en publiant les caricatures du prophète. Ces gens là, ils ne les nomment pas, mais nous les connaissons bien évidemment...Se reconnaitront -ils? Ce livre , par sa densité et son ton, trés proustien par endroits, fera date. Achetez ce livre ou empruntez le. Vite! + Lire la suite