Délit de fiction : La littérature, pourquoi ?


Livres Couvertures de Délit de fiction : La littérature, pourquoi ?
3 étoiles sur 5 de 1 Commentaires client

Délit de fiction : La littérature, pourquoi ? - L'inflation du mot " fiction " dans son acception la plus contemporaine et la plus pauvre, c'est-à-dire comme une ligne de partage entre le vrai et le faux, permet d'exclure et de parquer la littérature en une réserve, non plus des Indiens, mais de l'imaginaire et de ses manifestations narratives. Il lui dénie toute validité à penser, puisqu'elle ne possède aucune légitimité à instruire l'espace de la r&#x...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Délit de fiction : La littérature, pourquoi ?

Le Titre Du LivreDélit de fiction : La littérature, pourquoi ?
AuteurLuc Lang
ISBN-102070444716
EditeurEditions Gallimard
Catégorieshistoire vraie
Évaluation du client3 étoiles sur 5 de 1 Commentaires client
Nom de fichierdélit-de-fiction-la-littérature-pourquoi.pdf
La taille du fichier19.33 MB


08 avril 2018
C’est entre autre cela qu’avouent les fictiones, cette manière de reconstruire, par le détour des mots, qui seuls font sens pour nous, une cohérence qui rende simplement acceptable et supportable cette réalité définitivement étrangère dans laquelle nous sommes précipités. (p.36)

08 avril 2018
Le roman est une forme écrite de l’intime capable de traverser les différents écrans politique, social, psychologique même, qui construisent la personne en objet. (p.100)

08 avril 2018
Ainsi, qu’en est-il de ces histoires imaginaires ? Elles ne varient guère au travers des siècles dans leur motif ou leur thème. Il y est toujours question de naissance, de filiation et de mort. D’amour et de passions, de conflits familiaux et sociaux, de conquête, de guerre et d’affrontements, d'amitié fidèle et de trahison, le spectre est assez étroit, la tragédie et la comédie ont fixé l'étendue restreinte de la gamme. Ce n’est donc pas là qu’oeuvre, à proprement parler, le roman. Les histoires individuelles ou collectives, on les sait et on les vit, à quoi bon les raconter et les décliner à l’infini ? Pourtant, l’histoire du genre romanesque comme objet littéraire et objet de langage en est la réponse. Les bouleversements qui s’aménagent, je le répète, dans les points de vue, les modes d'énonciation, les systèmes temporels, le style, les champs sémantiques, etc. sont précisément ce qui transfigure ces mêmes histoires inlassablement répétées, pour donner à lire et à vivre de nouvelles représentation du monde, d’autre régimes de significations et de nouveaux modes de connaissance. (p.55) + Lire la suite