Millénium, Tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes


Livres Couvertures de Millénium, Tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes
4.17 étoiles sur 5 de 9204 Commentaires client

Millénium, Tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes - 4° de couverture : (Edition source : Actes Sud, Actes noirs - 06/2006) Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses a...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Millénium, Tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes

Le Titre Du LivreMillénium, Tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes
AuteurStieg Larsson
ISBN-102742761578
EditeurActes Sud
Catégoriessaga
Évaluation du client4.17 étoiles sur 5 de 9204 Commentaires client
Nom de fichiermillénium-tome-1-les-hommes-qui-n-aimaient-pas-les-femmes.pdf
La taille du fichier28.28 MB


25 juin 2018
— Des comme lui, j’en ai vu plein dans ma vie. Un bon conseil – si tu veux bien en accepter un de moi –, ignore-le quand il s’excite, n’oublie jamais rien et rends-lui la monnaie de sa pièce quand tu en auras l’occasion. Mais pas maintenant qu’il attaque en position de force. Mikael l’interrogea du regard. — J’ai eu de nombreux ennemis au fil des ans. J’ai appris une chose, et c’est de ne pas accepter un combat quand tu es sûr de le perdre. Par contre, ne laisse jamais s’en tirer quelqu’un qui t’a démoli. Sois patient et riposte quand tu seras en position de force – même si tu n’as plus besoin de riposter. + Lire la suite

20 décembre 2012
Le premier de la trilogie : le meilleur des trois. J'ai eu la chance de découvrir une critique dithyrambique de la trilogie Millenium grâce un hebdomadaire avant que l'auteur soit mondialement connu. J'ai donc offert le premier tome à ma femme et j'ai eu la chance de le lire par la suite avant la déferlante commerciale. « Millénium, Tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes » est un roman suédois qui met en scène: Mikael Blomkvist, journaliste, qui va se lancer dans une enquête sur la disparition d'Harriet Vanger il y a 40 ans et, Lisbeth Salander, frêle, bisexuelle, tatouages et piercings à souhait, asociale et extrêmement intelligente, qui est une crack de l'informatique. Certains diront que ce roman n'est pas très bien écrit, contrairement aux ouvrages de Lehane, Ellory ou Mankell. Certains diront que les personnages sont des caricatures de journalistes ou de hakers. Soit dit en passant, je trouve, que le personnage expert en informatique de Connelly dans « L'épouvantail » beaucoup moins crédible que Salander. Certains diront encore que l'intrigue présente des invraisemblances, notamment les capacités de Salander ou de Bromkvist à trouver des indices vieux de 40 ans, bien supérieures à la police. Pourquoi pas… Personnellement, j'ai savouré ce livre du début à la fin, surtout le personnage très complexe de Lisbeth. Les scènes avec Nils Bjurman, tuteur de Lisbeth Salander ou encore le club de golf resteront gravés à jamais dans ma mémoire. Je pense que cela reste une des meilleures intrigues que j'ai lues pour le moment (« le poète » et « La griffe du chien » sont du même calibre). Pour moi, une intrigue réussie doit être originale et construite de manière chirurgicale, ce qui est le cas. Peu de temps après, j'ai trouvé la suite (tome 2 et 3) de bonne facture mais d'un niveau en dessous. le traitement de la relation avec son père très troublante et malsaine est omniprésent et obsédant. On regrettera à jamais que le personnage de Lisbeth n'exerce plus ses talents dans d'autres aventures. La vie est cruelle. + Lire la suite

20 février 2013
Oyez ! Oyez ! Une fois n'est pas coutume, je me suis lancée dans un polar contemporain, sans la moindre trace d'intrigue historique, de roue de carrosse ou de robe de bure. Ce sont ses deux adaptations cinématographiques qui m'ont incitée à lire Millenium 1. D'aussi brillants scénarios devaient forcément venir d'un fascinant bouquin... Bingo ! Ce roman suédois – célèbre pour la publication posthume de son auteur, Stieg Larsson – est porté par le personnage de Lisbeth Salander. Sous son aspect asocial, cette jeune femme fluette et androgyne, criblée de piercings, au regard assassin et au cheveu noir corbeau, s'avère être un génie de l'informatique. Elle a un don pour fouiller la vie des autres et en a fait son métier, travaillant en free-lance pour l'agence Milton Security. Une mission va la mettre sur le chemin de Mikaël Blomkvist, talentueux journaliste du magazine Millénium. Récemment mis sur la touche suite à un malheureux procès en diffamation, Blomkvist est engagé par le vieux capitaine d'industrie Henrik Vanger pour enquêter sur la douloureuse disparition de sa petite-nièce Harriet, 37 ans plus tôt. « Mikaël savait très bien que toutes les familles ont des squelettes dans le placard. La famille Vanger avait un cimetière entier. » Réussissant là où la police avait échoué, l'étrange duo Blomkvist - Salander va dénouer les fils d'une intrigue tentaculaire, bien chargée en perversions sexuelles. Grâce aux films, je savais à quoi m'attendre, mais il est important de signaler que "Les hommes qui n'aimaient pas les femmes" contient des scènes de violence à réserver à un public averti. le procédé est surprenant, voire choquant, mais Larsson met en exergue ces crimes sadiques pour dénoncer les violences faites aux femmes, ainsi que le confirment les statistiques sous-titrant chaque partie, par exemple : « En Suède, 46% des femmes ont été exposées à la violence d'un homme. » L'auteur s'attaque aussi aux travers de la société : les membres de la famille Vanger lui servent à stigmatiser l'hypocrisie ou les préjugés raciaux, les démêlés de Blomkvist avec le groupe Wennerström à démontrer le cynisme du monde des affaires. Le récit a les qualités que Larsson prête à l'ouvrage de Blomkvist sur la finance : il est « écrit d'une manière directe et engageante ». le style est précis, un peu trop parfois, allant jusqu'à détailler le modèle du processeur de l'ordinateur de Salander ou la composition des sandwichs de Blomkvist. J'ai remarqué avec amusement que les personnages de Larsson passent leur temps à préparer, commander ou boire du café ; en 700 pages, Blomkvist en ingurgite ainsi une quantité phénoménale ! Mais en dehors de ce tic d'écriture caféiné, les détails forgent le réalisme de l'histoire et des protagonistes. Captivant et bien construit, ce thriller aura été pour moi une lecture marquante. Diable ! Aurais-je attrapé le virus du polar ? Et si je tentais une petite piqûre de Lehane, pour vérifier ? + Lire la suite