La Parisienne de Paris


Livres Couvertures de La Parisienne de Paris
3.67 étoiles sur 5 de 3 Commentaires client

La Parisienne de Paris - Ce pourrait être un sujet d'examen : La Parisienne : mythe ou réalité Mais plutôt que de philosophie ou de sociologie, il s'agirait d'esthétisme et même de littérature. C'est l'évidence : rien ne renseigne mieux sur une époque ses gens et son décor que la littérature. Et parce qu'il ne nous est pas possible de peindre la Parisienne d'aujourd'hui sans évoquer celle d'hier, se trouvent ici réunies trois oeuvres si brillamment écrites par Pierre de Régnier, Gérard Bauë...

Télécharger Livres En Ligne

Détails La Parisienne de Paris

Le Titre Du LivreLa Parisienne de Paris
AuteurAntoine Laurain
ISBN-102840496844
EditeurSeguier Editions
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.67 étoiles sur 5 de 3 Commentaires client
Nom de fichierla-parisienne-de-paris.pdf
La taille du fichier25.06 MB


07 février 2015
Pierre de Régnier – Page 105 Si, de tous les fléaux du monde, l’amour est considéré comme le plus ravageur, je crois qu’en tant de plaisir, il reste, jusqu’à nouvel ordre, inégalé ; s’il s’accommode assez bien d’autres voluptés secondaires, comme celles de boire ou de fumer, il me semble que l’amour « pur » avec tous ses préliminaires et les complications qui en résultent, constitue un sport de premier ordre, surtout pour les gens paresseux. Page 112 Ce n’est que plus tard, beaucoup plus tard, lorsque Bernard eut gravi péniblement les degrés difficiles de son intimité, après beaucoup de soirées plus ou moins inachevées et compliquées par sa morne fantaisie, qu’il s’aperçut qu’elle n’aimait pas les hommes. Page 117 J’ai trouvé toujours insensée cette manière de faire l’amour avec des gens qu’on ne connaît pas et c’est pour ça que le mariage m’a toujours semblé insipide. Page 120 Je crois que vous avez été dans la vie de Bernard l’élément presque abstrait et indispensable, et qu’il a eu de la veine de tomber sur vous assez tôt pour s’apercevoir que rien n’existe en ce bas-monde, si ce n’est le plaisir, qu’aucune pensée n’arrête et qu’aucun remords ne gâche. Page 128 Et puis, aussi, ne vous ai-je pas dit qu’Alice était une femme charmante ?... Seulement, elle était intelligente… Méfiez-vous comme de la peste des femmes intelligentes… + Lire la suite

16 février 2015
« Rassurez-vous, la plupart du temps, ces femmes sont imaginaires et inventées par la rédaction. La parisienne y est décrite comme une jeune femme libre et moderne qui se déplace en vélib, mange un sandwich bio, bois un jus de grenade, fait un petit « selfie » d’elle-même avec son iPhone devant une boutique tendance et le poste aussitôt sur Instagram et Facebook en attendant les « like ». Elle travaille forcément dans la communication, vit avec un type qui est gauchiste et qui gagne très bien sa vie mais se pose beaucoup de questions et serait bien tenté par une formation de bartender mixologiste (on disait barman autrefois) afin d’ouvrir un bar à cocktail très « hypster » à Colonel Fabien avec d’autres copains (graphistes eux aussi)." + Lire la suite

07 février 2015
Henri Becque - Page 194 Etes-vous bête, mon ami, et malchanceux dans vos suppositions. Tenez, je veux bien faire quelque chose pour vous, quoique vous ne le méritiez guère. Mon mari ouvre toutes mes lettres, toutes, sans exception, le l’ai préféré ainsi, vous voilà tranquille de ce côté. Page 252 Clotilde : Vraiment ! Il est bien fâcheux que cette dame ne soit pas ici pur vous entendre ; elle saurait l’opinion que vous avez d’elle et de toutes les femmes. La confiance, monsieur Lafont, la confiance, voilà le seul système qui réussisse avec nous. Du Mesnil : C’a toujours été le mien, chère amie… + Lire la suite