Le Magazine Littéraire n°476. Les romancières anglaises de Jane Austen à Zadie Smith


Livres Couvertures de Le Magazine Littéraire n°476. Les romancières anglaises de Jane Austen à Zadie Smith
3.5 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client

Le Magazine Littéraire n°476. Les romancières anglaises de Jane Austen à Zadie Smith - "Dans mon pays, il y a toujours eu, depuis l'apparition du genre, de grands romans écrits par des femmes, qui ont été lus, étudiés et admirés par les femmes autant que par les hommes. La Grande-Bretagne est peut-être la seule nation où cela a été le cas, et nous devrions en être fier." Tel est le constat d'A. S. Byatt, Booker Prize 1990 pour Possession, qui a accordé un entretien au Magazine Littéraire de ce mois. De fait, les Anglaises n'ont...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Le Magazine Littéraire n°476. Les romancières anglaises de Jane Austen à Zadie Smith

Le Titre Du LivreLe Magazine Littéraire n°476. Les romancières anglaises de Jane Austen à Zadie Smith
AuteurLe magazine littéraire
ISBN-10Éditeur : Sophia Publications (01/06/2008)
Catégoriesentretiens
Évaluation du client3.5 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client
Nom de fichierle-magazine-littéraire-n-476-les-romancières-anglaises-de-jane-austen-à-zadie-smith.pdf
La taille du fichier25.79 MB


06 août 2014
Dans mon pays, il y a toujours eu, depuis l'apparition du genre, de grands romans écrits par des femmes, qui ont été lus, étudiés et admirés par les femmes autant que par les hommes. La Grande-Bretagne est peut-être la seule nation où cela a été le cas, et nous devrions en être fiers. A.S Byatt Comment, devant un tel déferlement, ne pas s'interroger sur la richesse et la force du roman britannique au féminin? Sur son histoire, ses origines, ses influences? Sur l'existence, si ce n'est d'écoles, du moins de familles d'idées et d'écritures permettant d'établir des ponts entre des oeuvres à priori disparates? + Lire la suite

10 août 2014
"Dans mon pays, il y a toujours eu, depuis l'apparition du genre, de grands romans écrits par des femmes, qui ont été lus, étudiés et admirés par les femmes autant que par les hommes.La Grande-Bretagne est peut-être la seule nation où cela a été le cas, et nous devrions en être fiers."Tel est le constat d'A.S.Byatt, Booker Prize 1990 pour Possession, qui a accordé un entretien au Magazine Littéraire de ce mois.De fait, les Anglaises n'ont cessé, de Jane Austen à Zadie Smith, d'occuper le devant de la scène littéraire, chez elle comme à l'étranger. + Lire la suite

08 août 2014
Sur la couverture du magazine, les visages de Jane Austen, Virginia Woolf et Zadie Smith illustrent une théière: littérature féminine anglaise en deux symboles! Ce dossier est composé de plusieurs textes abordant la littérature du XIXe siècle avec les soeurs Brontë, Jane Austen et George Eliot, à une époque où, plus que dans les précédentes, le rôle des femme est extrêmement codifié. Ces romancières s'en affranchissent par des textes qui, pour cette époque, apparaissent comme une lutte contre ces codes. Suit un texte sur la modernité, à travers les oeuvres de Woolf, Mansfield et Sinclair et une écriture "phénoménologique, elles suivent les variations les plus infimes de la conscience". Lessing, Murdoch et Carter représentent une littérature plus engagée socialement, correspondant bien à ce que nous retrouvons en France dans les années 50 -60. Il y a enfin un essai sur les reines du crime, Agatha Christie, Anne Perry, P.D James. Le dossier est introduit par la dualité entre féminisme et féminité, et se clôt sur une sortie imaginaire au pub entre l'auteur du texte et certaines écrivains: l'idée est originale, malheureusement le résultat, lui, est peu concluant et inintéressant. Certains de ces textes mériteraient d'être moins universitaires et pour le coup plus abordables par ceux et celles qui ont quitté les bancs de la fac, ou n'y sont jamais allés et pour qui ce vocabulaire est (re)devenu obscur. Le thème du dossier m'intéressait mais les textes en eux-mêmes ne m'ont pas spécialement captivés, soit parce qu'il faudrait avoir lu toutes ces oeuvres présentées pour comprendre, soit parce que ç reste, parfois, trop anecdotiques. + Lire la suite