L'Herne : Julien Gracq


Livres Couvertures de L'Herne : Julien Gracq
4.75 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client

L'Herne : Julien Gracq - Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier, né le 27 juillet 1910 à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire) et mort le 22 décembre 2007 à Angers, était un écrivain français. Si "Au château d'Argol", son premier roman, fortement influencé par le romantisme noir et par le surréalisme, avait attiré l'attention d'André Breton, c'est avec "Le Rivage des Syrtes", et surtout le spectaculaire refus de son auteur de recevoir le prix Goncourt en 1951, que Juli...

Télécharger Livres En Ligne

Détails L'Herne : Julien Gracq

Le Titre Du LivreL'Herne : Julien Gracq
AuteurJean-Louis Leutrat
ISBN-102213600031
EditeurFayard
Catégorieslittérature
Évaluation du client4.75 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client
Nom de fichierl-herne-julien-gracq.pdf
La taille du fichier24.15 MB


14 juin 2015
Un pavé conséquent dans la mare aux rêves. "Prêt" dès l'année 1972, ce vingtième "Cahier de L'Herne" consacré à Julien GRACQ fut secrètement augmenté en 1997 pour être réimprimé par la librairie Arthème Fayard. Tout ce qu'on a toujours voulu savoir sur "Au château d'Argol", "Un Beau Ténébreux", "Le Roi Pêcheur", "Préférences", "Liberté Grande", "Le rivage des Syrtes", "Un balcon en forêt", "La Route", Le roi Cophétua", "Lettrines, "Lettrines 2", "En lisant en écrivant", "André Breton, quelques aspects de l'écrivain", "La forme d'une ville", "Autour des sept collines", "Carnets du grand chemin", "Entretiens", "Manuscrits de guerre", "Les terres du couchant" ... sans jamais avoir pu -- ou eu le temps de -- le demander à leur auteur, natif de Saint-Florent-le-Vieil (1910-2007) ! Car presque tout y est... L'article de Jean-Louis LEUTRAT, "La reine du jardin " est l'un des plus poétiques et captivants de ce (fabuleux) recueil de cinquante textes... Quant au (si peu connu) entretien radiophonique de 1971 avec Gilbert ERNST au sujet des conditions génésiques de "Un balcon en forêt" (1958), il est une véritable exploration fine, progressive et patiente des sentiers intimes qui mènent à la diégèse -- par sédimentation -- de tous les récits gracquiens... Grande curiosité égalment autour des très courts textes de Roger MARGERIT ("Un seigneur") et de Dino BUZZATI ("Lettre"), ou du encore passionnant article de Philippe BERTHIER ("Gracq et Buzzati, poètes de l'événement") comparant la progression des dramaturgies, la poétique et la riche palette de personnages créant la diversité des fastueuses richesses issues des deux romans-frères : "Il deserto dei Tartari" de Dino BUZZATI (1940) et "Le rivage des Syrtes" (1951) de Julien GRACQ... Je reprendrai simplement ici -- paresseusement --- ma brillante conclusion à la critique du tome 5 de Spirou & Fantasio "Les voleurs du Marsupilami" par André FRANQUIN : "Foncez..." Lien : http://www.regardsfeeriques... + Lire la suite

09 juin 2015
" Dans l'existence d'Aldo, le personnage-narrateur du "Rivage des Syrtes", il est un moment décisif qui est à l'origine d'un "subtil désenchantement" et d'une attente qui paraît devoir être interminable : sa rencontre avec Vanessa dans les Jardins Selvaggi. Si l'on y songe, c'est alors que tout commence, l' "histoire" proprement dite, et le récit lui-même qui, par ce retour en arrière, remonte à sa source. " [Jean-Louis LEUTRAT, "La reine du jardin", pages 282-300 -- extrait de la page 282 -- , "L'HERNE", numéro 20 : "JULIEN GRACQ", L'Herne / Fayard, 1972, 1997, 407 p.] + Lire la suite

14 juin 2015
" Un passage important d' "Un Beau Ténébreux" compare le monde au "carré d'hiéroglyphes d'un problème d'échecs où un mécanisme secret est enseveli, dissous dans l'apparence ". La femme est mieux placée que l'homme pour découvrir ce mécanisme, parce qu'il y a en elle "une réserve plus grande d'émotion et d'effervescence disponible", parce qu'elle est l'être même du pressentiment. C'est une femme, Kundry, qui s'efforce de faire trouver à Perceval le Graal, et c'est encore une femme, Vanessa, qui pousse Aldo à agir, et quelles que puissent être les conséquences de ce vers quoi elles mènent. " [Jean-Louis LEUTRAT, "La reine du jardin", pages 282-300 -- extrait de la page 296 -- , "L'HERNE", numéro 20 : "JULIEN GRACQ", L'Herne / Fayard, 1972, 1997, 407 p.] + Lire la suite