Urkas ! : Itinéraire d'un parfait bandit sibérien


Livres Couvertures de Urkas ! : Itinéraire d'un parfait bandit sibérien
4 étoiles sur 5 de 41 Commentaires client

Urkas ! : Itinéraire d'un parfait bandit sibérien - Le jeune Nicolaï naît dans une petite ville de Transnistrie où ont été déportés les derniers représentants des communautés sibériennes, opposants farouches au régime stalinien. Les Urkas, microsociété extrêmement violente et hiérarchisée, fonctionnent selon un code d'honneur très scrupuleux, auquel les enfants sont initiés dès leur plus jeune âge. Nicolaï se voit offrir son premier couteau à six ans, comme un rite de passage. A treize ans, il est déjà condamné pour ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Urkas ! : Itinéraire d'un parfait bandit sibérien

Le Titre Du LivreUrkas ! : Itinéraire d'un parfait bandit sibérien
AuteurNicolaï Lilin
ISBN-102207261859
EditeurDenoël
Catégoriesfables
Évaluation du client4 étoiles sur 5 de 41 Commentaires client
Nom de fichierurkas-itinéraire-d-un-parfait-bandit-sibérien.pdf
La taille du fichier26.91 MB


14 mai 2014
D'habitude, je lis des romans, des histoires folles, inventées, des contes magiques ou sombres mais cette fois ci il s'agit d'une autobiographie. Je n'en lis pas d'habitude. Je me dis que la vie des gens je m'en tape un peu mais là c'était différent. Déjà, ça se lit comme un roman. C'est extrêmement bien écrit et raconté. le récit est fluide, on en dévore les pages une à une sans s'en rendre compte. L'histoire est vraiment prenante. Avouons qu'une vie comme celle de monsieur Lilin, c'est pas la fabuleuse vie de Michel Dupont, chanteur dans les bals musette de Trifouilli les oies. On a peine à croire à la réalité des événements qu'il nous raconte tant ils sont inconcevables pour une personne lambda. Ceci dit, que ce soit vrai ou non, je m'en fous comme de mon boulot ( n'est-ce pas? ). J'ai apprécié ce bouquin d'un bout à l'autre. Comme pour un roman, je me suis attachée aux personnages qui ont tous une personnalité particulière. Cependant j'avertis quand même, ça reste un livre assez violent. Certains passages sont très durs: de nombreux meurtres barbares, des viols, de la pédophilie... C'est vraiment pas une histoire sympathique qui fait rêver mais pour autant cette violence on arrive à la garder assez loin de soit. On ne la subit pas à la lecture. Peut être est-ce dû au fossé culturel qui sépare le personnage principal et moi ou bien une habileté d'écriture, mais toujours est-il que je ne suis pas sentie "agressée" par ces passages horribles. Pour autant on en mesure toute la gravité, même tranquillement assis sur le strapontin d'un transilien en retard. J'ai adoré "voir" grandir le petit Kolyma et le passage sur son apprentissage du tatouage sibérien. Pour moi ils font partie des passages les plus intéressants du livre. Seul point négatif: la fin qui me laisse sur ma faim. Je suis une éternelle emmerdeuse insatisfaite et j'exige de connaître la suite! Du coup je vais me procurer sous peu Sniper, vie d'un soldat en Tchétchénie, qui semble être la suite de Urkas!. Pour conclure: un excellent livre à lire comme un roman. A ne pas mettre entre des mains trop sensibles malgré la qualité d'écriture qui sait nous préserver. Nous avons ici une petite pépite qui ravira bien des amateurs de grandes histoires. + Lire la suite

25 novembre 2010
Chez les Urkas sibériens, le tatouage est un processus qui se poursuit tout au long de la vie d'un criminel. Vers l'âge de douze ans, on commence à vous tatouer certains signes sur une partie du corps, mais ce n'est qu'après avoir traversé différentes épreuves et périodes de votre vie que ces expériences peuvent être racontées par des tatouages chiffrés et cachés dans un dessin qui, avec le temps, devient toujours plus complexe. C'est pour cette raison que, dans la communauté criminelle sibérienne, il n'existe aucun jeune qui ait de grands tatouages achevés, comme c'est le cas dans d'autres communautés. En Sibérie, le dos et la poitrine sont tatoués en dernier, quand le criminel a atteint l'âge de quarante-cinq ans, et le motif principal a l'aspect d'une spirale qui, en partant des extrémités, autrement dit des mains et des pieds, se prolonge jusqu'au milieu du corps. Pour lire des corps ornés de motifs si complexes, il faut avoir beaucoup d'expérience et connaître parfaitement la tradition du tatouage. Voilà pourquoi la figure du tatoueur occupe une place si importante : le tatoueur est une sorte de prêtre qui est autorisé par tous les autres membres de la communauté à opérer en leur nom. + Lire la suite

25 novembre 2010
Pour l'achat de cinq plantes, Bossia nous faisait une petite ristourne ou nous offrait des petits sacs remplis de vieilles graines, tellement sèches qu'elles ne servaient plus à rien. Mais on les prenait quand même, parce qu'en chemin, on passait devant le commissariat. Si on apercevait les voitures des policiers garées devant la grille, on jetait les graines dans leurs réservoirs d'essence : les graines étaient si légères qu'elles ne tombaient pas immédiatement au fond, et si petites qu'elles parvenaient à passer à travers le filtre de la pompe à essence, ainsi, quand elles atteignaient le carburateur, le moteur s'arrêtait. Bref, nous faisions un excellent usage de ce qui, normalement, était destiné à finir à la poubelle. + Lire la suite