L'Homme qui ne voulait plus se lever


Livres Couvertures de L'Homme qui ne voulait plus se lever
3.4 étoiles sur 5 de 93 Commentaires client

L'Homme qui ne voulait plus se lever - Du rire aux larmes, c'est tout l'éventail de son art de conteur que David Lodge nous offre dans une série de six nouvelles écrites en relation à la fois avec sa vie et avec ses romans. Trois histoires d'hiver, trois histoires d'été typiquement " lodgiennes "

Télécharger Livres En Ligne

Détails L'Homme qui ne voulait plus se lever

Le Titre Du LivreL'Homme qui ne voulait plus se lever
AuteurDavid Lodge
ISBN-102743601949
EditeurPayot et Rivages
Catégoriesrécits
Évaluation du client3.4 étoiles sur 5 de 93 Commentaires client
Nom de fichierl-homme-qui-ne-voulait-plus-se-lever.pdf
La taille du fichier21.51 MB


17 février 2016
6 sympatiques petites nouvelles que nous livre avec humour un David Lodge au grand coeur et qui nous fait aimer ses personnages. Les 4 amis à Ibiza simulant un adultère, les feuillets de l'écrivain voyeur dispersés autour de la piscine entourée de monokinis, l'étudiant regrettant d'avoir vendu tant de journaux, l'homme qui ne voulait plus se lever, Timothy qui thésaurise ses fusées en prévision du 5 novembre et 'the plan' afin de pouvoir embrasser la 'vierge' Dympna Cassidy

01 novembre 2016
Petits résumés des nouvelles : Sous un climat maussade Quatre jeunes catholiques partent en vacances à Ibiza dans les années 50 et sont confrontés à la tentation de franchir le pas. Ils ne le feront pas. On retrouve là ce thème très utilisé par D.Lodge des interdits religieux de la religion catholique en particulier sur le sexe, qu'il exploitera à foison (La chute du British Muséum et les problèmes de contraception, Jeux de maux qui ne traite que de cela en suivant plusieurs couples d'amis d'un groupe de prière tout au long de leurs vies, Thérapie avec le scénariste sauvé à la fin par son amour de jeunesse). Mon premier job Un jeune étudiant qui lors de son premier job va se lancer dans un concours avec ceux qui travaillent là toute l'année, vendre le maximum de journaux chaque semaine. A la fin de l'été il retourne à ses études alors que les autres se retrouvent dans l'obligation faite par leur patron de garder le niveau de vente auquel les a mené ce concours… L'hôtel des pairs et de l'impair Un auteur écrit au bord d'une piscine en vacances à propos de toutes ces femmes qui exposent leurs seins au bord de le piscine. Un coup de vent fait s'envoler ses feuillets et là l'auteur est très embêté car ces femmes, qui courent après ses pages envolées, pourraient se rendre compte qu'il parle d'elles et de leurs seins. Il est obligé à son grand regret de trouver un autre hôtel. L'homme qui ne voulait plus se lever Un matin l'homme a décidé de ne plus se lever au grand scandale de sa femme, las d'aller travailler pour un salaire et une vie de misère. Il tient parole et devient une véritable attraction au point que même la télévision se déplace et que les dons affluent. Sa famille devient enfin aisée mais lui a cessé depuis trop longtemps de bouger de son lit et meure au moment où la vie pourrait enfin être meilleure. L'avare Après la guerre les gamins ont envie de s'amuser et de voir des feux d'artifices. Ils rencontrent un homme qui vend des feux d'artifice pour presque rien. Chacun en achète. A tour de rôle ils vont en faire exploser un puis un autre sauf l'un des gamins qui ne veut pas gaspiller ses fusées. Alors qu'il ne reste plus que lui à avoir encore des fusées, la police arrive chez lui et saisit les fusées car en fait le vieil homme qui les vendait les avait volé. le gamin avare n'aura tiré aucune fusée ! Pastorale Pour Noël un petit groupe de jeunes va monter un mystère de la nativité. L'occasion pour l'auteur de mettre en scène celle dont il rêve et de s'approcher encore plus d'elle. Lodge réutilisera cette nouvelle dans Thérapie. + Lire la suite

04 avril 2012
« Ayant quitté l’école signifie un adolescent bon à rien renvoyé d’un collège secondaire. C’est un euphémisme, insista ma mère qui était une femme instruite. Depuis le temps qu’elle était mariée avec mon père, son sens de l’humour irlandais avait pris un mordant assez juif ».