Celui qui chuchotait dans les ténèbres : Extrait du recueil La couleur tombée du ciel


Livres Couvertures de Celui qui chuchotait dans les ténèbres : Extrait du recueil La couleur tombée du ciel
3.67 étoiles sur 5 de 180 Commentaires client

Celui qui chuchotait dans les ténèbres : Extrait du recueil La couleur tombée du ciel - Des voix inquiétantes qui hantent les collines, de mystérieuses empreintes de pas, une grosse pierre noire gravée de hiéroglyphes à demi-effacés. Un professeur de littérature, passionné par les légendes et le folklore de la Nouvelle-Angleterre, découvre le secret d'étranges créatures dissimulées dans les bois obscurs et plonge dans un univers terrifiant. Grand maître de l'angoisse, Lovecraft nous entraîne dans un monde où chaque murmure n'est que le début d'un long ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Celui qui chuchotait dans les ténèbres : Extrait du recueil La couleur tombée du ciel

Le Titre Du LivreCelui qui chuchotait dans les ténèbres : Extrait du recueil La couleur tombée du ciel
Auteur Howard Phillips Lovecraft
ISBN-102070356434
EditeurGallimard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.67 étoiles sur 5 de 180 Commentaires client
Nom de fichiercelui-qui-chuchotait-dans-les-ténèbres-extrait-du-recueil-la-couleur-tombée-du-ciel.pdf
La taille du fichier20.18 MB


27 août 2017
Si de nos jours on est très habitués aux histoires qui font peur, et qu'on n'est donc plus très surpris par nos lectures dans ce domaine surtout si on en lit beaucoup, il y a une chose que j'adore chez Lovecraft et c'est l'ambiance. Je suis systématiquement happée par ses histoires à cause de cette atmosphère glauque, poisseuse qu'il sait si bien mettre en place. Malgré ça, j'ai eu un peu de mal avec cette histoire et elle est pour l'instant celle qui m'a le moins plu. On a pourtant plus d'explications que dans d'autres de ses nouvelles, mais je ne sais pas, je me suis un peu ennuyée, c'est difficile à expliquer car l'histoire n'est pas mauvaise mais c'est ce que j'ai ressenti en la lisant. Pour moi ce sera donc juste la moyenne, parce que je sais qu'il en a de tellement mieux (je sais pas si c'est très français mais tant pis!).

15 septembre 2014
Sommes-nous réellement seuls dans l'univers ? Bon d'accord, pas besoin de lire du Lovecraft pour s'en persuader mais bon, cela fait toujours du bien car ce dernier a le don pour transformer les choses, qui peuvent paraître évidentes pour certains et en laisser méditatifs d'autres, en des événements effrayants, bien que ces derniers ne nous paraissent absolument pas réels. C'est le propre du fantastique d'ailleurs et tout lecteur averti sait à l'avance qu'en se plongeant dans une telle lecture, il ne pourra que découvrir des scènes d'épouvante et d'horreur...mais c'est bien pour cela qu'on l'aime. Ici, le lecteur fait la connaissance de deux personnages phares dans ce roman : Albert N. Wilmarth et Henry Wentworth Akeley. le premier, brillant professeur de littérature et passionné par tout ce qui relève de l'étrange est un beau jour contacté par courrier par celui, que l'auteur appellera tout simplement Akeley, pour des raisons qui ne peuvent qu'attirer son attention. En effet, Akeley est persuadé d'avoir affaire à des créatures mystérieuses et inconnues en ce monde. S'ensuivra entre ces deux hommes une longue correspondance avant que notre héros se rende sur place et puisse constater ces étranges spécimens par ses propres yeux. Cependant, à savoir s'il s'agit d'êtres pacifistes ou non, et surtout si celui avec lequel il a correspondu uniquement par courrier, n'est tout simplement pas un vieux fou, tout cela, Wentworth l'ignore encore...tout comme le lecteur d'ailleurs ! Aussi, si vous avez envie de vous plonger pour quelques heures au coeur de l'angoisse, je ne peux que vous recommander cette lecture ! Un ouvrage court, bien écrit (même si il y a parfois quelques longueurs, d'où le fait que je n'ai pas mis la note maximum à ce livre) mais qui nous fait frissonner néanmoins ! A découvrir ! + Lire la suite

02 août 2015
Ces collines sauvages [du Vermont] sont sûrement l'avant-poste d'une effroyable race cosmique - et j'en doute moins encore depuis que j'ai lu qu'une neuvième planète a été découverte au-delà de Neptune, exactement comme les visiteurs du Dehors avait prédit qu'elle le serait. Les astronomes, avec un terrible à-propos dont ils ne se doutent guère, ont appelé cette horreur Pluton. [p. 111]