L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, Tome 1 : Chili con carnage


Livres Couvertures de L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, Tome 1 : Chili con carnage
3.98 étoiles sur 5 de 139 Commentaires client

L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, Tome 1 : Chili con carnage - Début du XXe siècle, Arizona… Maître Byron Peck, citoyen britannique et avocat d’affaires, escorté de son acolyte, l’effrayant Monsieur Hoggaard, parcourt le désert de pierre aride et brûlant en quête d’un mystérieux papier qui pourrait changer le cours de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique à jamais. Dans le même but, la dangereuse Margot de Garine s’associe à une bande de mexicains sans foi ni loi… Et ils seront sans pitié !

Télécharger Livres En Ligne

Détails L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, Tome 1 : Chili con carnage

Le Titre Du LivreL'homme qui n'aimait pas les armes à feu, Tome 1 : Chili con carnage
AuteurWilfrid Lupano
ISBN-102756018074
EditeurDelcourt
Catégoriesaventure
Évaluation du client3.98 étoiles sur 5 de 139 Commentaires client
Nom de fichierl-homme-qui-n-aimait-pas-les-armes-à-feu-tome-1-chili-con-carnage.pdf
La taille du fichier29.01 MB


22 février 2015
Déjà, le titre intrigue. Un mec qui n'aime pas les armes à feu en plein western ? Est-ce une espèce de Mc Gyver du désert ? Hum...la couverture suggère que non. Si Mac est écossais d'origine (son prénom est Angus, si, si, il existe un épisode qui nous le révèle) le personnage qui prend son thé au milieu d'une bande de mexicains énervés semble davantage anglais. Bingo... Byron Peck, citoyen britannique et avocat d'affaire, est à la recherche de mystérieux documents, d'une importance extrême pour le devenir du pays et, accessoirement, pour leur détenteur. Il est accompagné du massif Mr Hoggaard, d'origine danoise, qui ne s'exprime que par borborygmes. Mais ils ne sont pas les seuls à être sur la trace de la miraculeuse paperasse puisqu'ils croiseront le chemin de Margot de Garine, franco-russe, femme...fatale. Dans tous les sens du terme...Ah Margot...c'est la mante qui n'a de religieuse que le nom dans un corps de rêve, la veuve noire apprêtée en succube, bref elle est irrésistible... On découvre, dans cet album, le western à la sauce Lupano, comme souvent très inspirée. Conscient que le genre peut vite tourner en rond, il y insuffle une bonne dose d'humour, des personnages iconoclastes (mais néanmoins crédibles) et de l'action parfois sévèrement burnée. Au cinéma ça donnerait un film à la croisée des frères Cohen et de Tarantino, saupoudré d'une pincée de Sergio Leone. Bref on y rentre pour les personnages et on finit par rester pour l'histoire. le dessin de Paul Salomone est efficace, assez classique mais rien à redire, les décors comme les personnages sont traités avec le plus grand sérieux. En bref un premier tome accrocheur qui laisse présager du gros délire en perspective. Ah et, si vous aviez un doute, oui il n'aime pas les armes à feu mais...Oh et puis vous n'avez qu'à le lire. + Lire la suite

22 juin 2011
Je tiens à remercier la chambre des représentants de l’État du Texas qui, au moment où ce livre part à l'impression, vient d'autoriser le port d'armes à feu sur les campus universitaires. Voilà les tueurs de campus bien attrapés : ils vont devoir se rabattre sur les écoles primaires pour faire des carnages. On autorisera donc le port d'arme à l'école primaire. Les tueurs devront alors s'en prendre aux crèches. Qu'à cela ne tienne, on armera les assistantes maternelles et les enfants en bas âge. Etc etc. Je remercie Colt, Smith, Wesson et tous les autres, de tenter à leur façon d'apporter une solution à ce problème de société. W.L. + Lire la suite

03 juin 2017
Lupano ! Lupano ! Lupano ! Plus j'en lis, plus il me fait rire et plus j'ai envie d'en lire ! Ce p'tit Lupano là nous emmène au plein coeur du Far West et met en scène un drôle de gugusse, appelé Byron Peck, avocat au barreau de Los Angeles, qui comme l'indique le titre de cette BD, déteste les armes à feu. Autant dire qu'il fait tache dans cet univers américain de la fin du XIX e siècle, où le port d'armes est non seulement autorisé mais représente surtout une véritable philosophie de vie ! Bien sûr, c'est ce paradoxe qui amuse mais tout l'art de Lupano ne tient pas qu'à ça ! Les répliques sont excellentes et bourrées d'un humour à la fois bon enfant, malicieux et cynique. le scénario tient largement la route et entraîne le lecteur dans une aventure délirante, trépidante et pleine de surprises. Quant au graphisme, eh bien, c'est comme le script, c'est du velours !! Patron, remets-nous une tournée !