Le cycle du Graal, Tome 3 : Lancelot du Lac


Livres Couvertures de Le cycle du Graal, Tome 3 : Lancelot du Lac
3.48 étoiles sur 5 de 55 Commentaires client

Le cycle du Graal, Tome 3 : Lancelot du Lac - Fils de roi, Lancelot du Lac, soustrait à sa mère dans sa plus tendre enfance par la Dame du Lac, élevé dans un palais de cristal bâti par Merlin au fond des eaux, est assurément le plus célèbre et le plus énigmatique héros des romans de la Table Ronde. Jean Markale, dans ce troisième volume de la collection qu'il consacre au Cycle du Graal, retourne aux sources mêmes de la légende. Ainsi reconstitue-t-il, de manière fondamentale et dans leur véritable dimension, l'...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Le cycle du Graal, Tome 3 : Lancelot du Lac

Le Titre Du LivreLe cycle du Graal, Tome 3 : Lancelot du Lac
AuteurJean Markale
ISBN-102290047449
EditeurJ'ai Lu
Catégoriesrécits
Évaluation du client3.48 étoiles sur 5 de 55 Commentaires client
Nom de fichierle-cycle-du-graal-tome-3-lancelot-du-lac.pdf
La taille du fichier26.42 MB


18 août 2015
Consacré à Lancelot - meilleur chevalier du monde -, ce troisième tome rapporte ses exploits, ses aventures fantastiques et merveilleuses. Seulement Guenièvre … Guenièvre, reine et femme d'Arthur, y est dépeinte, comme une amoureuse ultra romantique, alors qu'on apprend, en introduction (différentes sources sont citées) qu'elle était plutôt à l'opposé de ce schéma : « Il est visible, dans les textes les plus anciens, ou les plus archaïsants, qu'elle « prodigue l'amitié de ses cuisses » à tous les compagnons d'Arthur. ». Alors c'est un peu saoulant de lire les passages les plus mielleux entre Guenièvre et Lancelot. Il est tellement fou d'amour pour elle qu'il en perd la parole, etc. Et elle, est d'une fierté et d'une insolence, qui n'en font pas un personnage très sympathique. Bref, tout ça à un petit côté niais qui peut vite saouler.

18 août 2015
En ce temps-là, on appelait fées toutes les femmes qui s’entendaient aux enchantements, et il y en avait plus en Bretagne que dans toute autre terre.

26 juillet 2015
« Seigneur, dit-il, il me semble que j’ai accompli ce que tu demandais. Puisque tu t’y es engagé par serment, tu dois me donner ta fille Aliénor. » Le roi fronça les sourcils, car il connaissait bien Éven et savait qu’il était pauvre et de basse extraction. De plus, on murmurait dans le pays que sa grand-mère avait le don de double vue et qu’elle jetait des sorts. Il répondit : « Tu n’auras point ma fille Aliénor, ni toi ni aucun de tes semblables. Ce n’est pas un sorcier que je veux pour mari à ma fille, mais un bon et loyal chevalier possédant de belles terres et capable de beaux exploits. » Ayant prononcé ces paroles, le roi se leva ; il se préparait à quitter l’assemblée quand un vieil homme, qui se trouvait là, qui avait une barbe blanche au menton, plus blanche que la laine sur les buissons de la lande, portant une robe galonnée d’argent, qui était assis à sa droite, se leva lui aussi et lui parla à l’oreille. Le roi se mit à réfléchir, puis, revenant en arrière, frappa trois coups de son sceptre sur une table, si bien que tout le monde fit silence. « Écoute, dit-il au jeune homme : je veux bien te donner ma fille, mais à une condition, c’est que tu m’apportes la harpe de Merlin, qui est tenue par quatre chaînes d’or fin. Elle est suspendue au chevet du lit de Merlin, mais personne ne sait où est Merlin. Si tu m’apportes cette harpe, et si tu peux la détacher, alors tu auras peut-être ma fille. + Lire la suite