Colères d'écrivains


Livres Couvertures de Colères d'écrivains
5 étoiles sur 5 de 1 Commentaires client

Colères d'écrivains - S'il veut pouvoir tenir la plume ou taper sur un clavier, l'écrivain en colère doit se calmer un peu. En colère on n'écrit pas : on fulmine, on se récrie, on invective. Il se pourrait cependant que dans l'après-coup se produisent des affleurements de textes : l'idée et la forme seraient alors affectées par l'émotion première. Il doit bien y avoir des cas où la colère s'est recyclée dans la matière d'une langue littéraire, migrant du corps physique pour innerver le c...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Colères d'écrivains

Le Titre Du LivreColères d'écrivains
AuteurJean-Pierre Martin
ISBN-102350180735
EditeurEditions Cécile Defaut
Catégorieslittérature
Évaluation du client5 étoiles sur 5 de 1 Commentaires client
Nom de fichiercolères-d-écrivains.pdf
La taille du fichier22.94 MB


03 octobre 2012
Quand il attendait aux premiers rangs, dans une évidence trop manifeste, Louis-Ferdinand Céline, Paul Léautaud ou Thomas Bernhard, certes pris en compte ici, le lecteur apprend davantage (dans le désordre alphabétique) de Louis Aragon, Aristote, Antonin Artaud, Georges Bataille, Charles Baudelaire, Cicéron, Pierre Drieu La Rochelle, Gustave Flaubert, Jean Genet, Victor Hugo, Henri Michaux, Richard Millet, Friedrich Nietzsche, Paul Nizan, Ambroise Paré, Charles Péguy, Arthur Rimbaud, Jean-Paul Sartre, Germaine Tillion, Jules Vallès, Théophile de Viau, Michel Vinaver, et de beaucoup d'autres, plus ou moins évoqués ou cités dans cette passionnante promenade traversant de multiples époques et espaces linguistiques ou géographiques. Ce recueil d'études consacré à ce dont Jean Genet, qui savait de quoi il parlait, fait l'éloge, «l'extraordinaire pouvoir de la colère», s'ouvre sur un brillant avant-propos de Jean-Pierre Martin dont on apprécie la vivacité quasi primesautière du style, postulant que la colère des écrivains qui n'ont pas «mis le couvercle sur la bouilloire» (portraits de Michaux et Nizan en «colériques congénitaux») leur vient de l'enfance et qu'il s'agit peut-être là de l'enfance de la littérature, même si l'on se réjouit plus loin de la souriante remarque de Jean-François Louette: «Les jeunes gens en colère ? Allons donc : voyez plutôt du côté des vieillards.» Jamais les contributions de ce livre qui se lit avec un plaisir passionné – pour qui se passionne pour la littérature, s'entend, et même si peu féru de philosophie – ne s'enlisent dans quelque jargonneux délire d'analyse ou de didactisme «universitaire» quand elles se trouvent toutes signées d'enseignants des plus solides facultés. Au contraire, elles fournissent une foultitude d'informations et d'observations clairement énoncées et souvent mal connues, qui ne laissent d'intéresser, voire d'étonner. Érudition n'est pas ennui. Cependant, presque toujours employée péjorativement, l'épithète universitaire «suscite aujourd'hui une réaction d'inappétence» reconnaît, un rien autocritique, Claude Burgelin, lequel enseigna la littérature française à Lyon 2, dans le texte qui ferme judicieusement ce volume; ici défendus et illustrés, même si égratignés, ses pairs savent aussi – dont acte – écrire mieux, beaucoup mieux et captivant (reprenons ses mots) qu'une prose de second rang, pesante, empesée, raide, une langue de bois marquée par la lourdeur et le verbiage, sans inattendu, ni… colère. À l'opposé de la mélancolie romantique, la colère littéraire («furor poeticus» des anciens, «pensée poétique de la colère» de Artaud, de Michaux) concentre – citons à nouveau Genet, ce «grand furieux» (Martine Boyer-Weinmann) –, un «extraordinaire pouvoir de création verbale» puisque «l'écriture doit être capable de faire hurler le papier» (Jacques Neefs). Colère qu'il faut certes savoir, avec Aristote, distinguer de l'indignation. Colère qui, dépassée et féconde, se convertit en roman, en poème… (Martine Boyer-Weidmann) pour produire quelque chose de plus grand qu'elle-même. Ainsi de Baudelaire, cité entre cent, affirmant que «la colère m'a fait faire un bon livre sur la Belgique» – on notera que l'auteur de Amoenitates belgicae ne dit pas «contre les Belges»… Un ouvrage riche, neuf, substantiel et nécessaire, auquel revenir. On voudra souligner, pour finir, compliment que ne méritent pas tous les éditeurs, «petits» ou «micros», «gros» ou «grands», que le soin, particulièrement typographique et, oui, orthographique, que Cécile Defaut apporte à la fabrication de ses livres est non pas courant sinon «normal», mais rare, très rare, et digne d'éloges appuyés. Sous la direction de Martine Boyer-Weinmann et Jean-Pierre Martin. Textes de Daniel Bougnoux, Martine Boyer-Weinmann, Catherine Brun, Claude Burgelin, Belinda Cannone, Dominique Carlat, Bruno Chaouat, Jean-Michel Delacomptée, Jean-François Louette, Jean-Pierre Martin, William Marx, Hélène Merlin-Kajman, Jacques Neefs. Critique parue dans, "Encres de Loire" n° 49 page 20, automne 2009 Lien : http://www.paysdelaloire.fr/.. + Lire la suite