Les larmes de Tarzan


Livres Couvertures de Les larmes de Tarzan
3.37 étoiles sur 5 de 689 Commentaires client

Les larmes de Tarzan - Elle, c'est Mariana, mais leur rencontre fut assez fracassante pour qu'il la surnomme Tarzan. Lui, il s'appelle Janne, pour de vrai. Mère célibataire, elle élève seule deux enfants, caresse le souvenir de leur fantasque père évaporé dans la nature et tente de nourrir sa petite famille malgré des fins de mois asphyxiantes. Lui, il roule en Lamborghini, papillonne sans s'engager avec de jeunes femmes forcément cadres, élégantes et dynamiques, et déteste que des marm...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Les larmes de Tarzan

Le Titre Du LivreLes larmes de Tarzan
AuteurKatarina Mazetti
ISBN-102742788255
EditeurActes Sud
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.37 étoiles sur 5 de 689 Commentaires client
Nom de fichierles-larmes-de-tarzan.pdf
La taille du fichier25.6 MB


30 mars 2016
Chabadabada, oui . Mais pas que! Un homme rencontre une femme. Lui, il s'appelle Janne , - [Bon, ça se passe en Suéde, qu'est ce que j'y connais moi, aux noms Suédois...], il a bien réussi dans la vie, roule en Lamborghini dernier cri - [Bon, qu'est ce que j'y connais moi aux voitures..]. Un jour , il tombe littéralement sur Mariana et la surnomme Tarzan . [Bon, qu'est ce que j'y connais moi, en humour lourdingue...]. Elle ne correspond pas du tout à ses canons esthétiques : mono-sourcil, épilation du maillot à revoir , et marmaille insupportable , (du genre qui braille, qui pisse et tout et tout... ) , et un job de prof d'arts plastiques à mi-temps . Le père des enfants est parti depuis un certain temps et depuis , c'est un peu la dèche . Mariana n'a pas un rond . Et va savoir pourquoi , ces deux là s'entendent super bien sexuellement et Janne tombe amoureux . Mais pas Tarzan , qui reste ,folle--raide-dingue de son dingo d'ex . [ Bon, ça j'ai pas trop compris, mais qu'est ce que j'y connais moi, en"Mâles IKEA"...]. Chaque personnage s'exprimera à tour de rôle dans les différents chapitres . Et ça , c'est très habile de la part de Katarina Mazetti , qui nous fait pénétrer "à l'intérieur " de l'intimité de chacun, de leurs pensées, leurs obsessions aussi parfois, de leur folie, ou de leurs ennuis financiers . Sa plume est une "très bonne actrice"(!) . Tour à tour enfantine, folle, inquiète. Mon édition à moi (Gaïa) , a des pages rose-dragé , du plus bel effet . J'ai juste un reproche à faire sur la "marmaille ", le trait est un peu forcé, un peu agaçant,un peu caricatural : les gosses de pauvres ne sont pas forcément mal-élevés -[ Enfin , qu'est ce que j'y connais moi , en enfants suédois]... Et puis , la fin : bof bof . [ mais qu'est ce qui j'y connais moi en fins de critique ..]. + Lire la suite

28 mars 2016
[...] , pour elle je n'étais sans doute qu'un violeur bourré disposant d'une voiture . Qu'est ce qu'elle me voulait ? L'idée m'a traversé qu'elle avait l'intention de porter plainte pour acte de violence , et puis quoi encore ? Pour autant que je me souvienne elle était tombée à la renverse les jambes et les bras écartés , comme un livre qui s'ouvre à l'endroit qu'on préfère .

21 avril 2010
...] Quand j'étais petite, on dessinait les pauvres avec des vêtements rapiécés, des morceaux de tissu rajoutés de couleurs différentes, cousus avec de gros points. On utilisait la même technique pour dessiner des trolls. Pendant longtemps, je ne faisais pas trop la différence entre les trolls et les pauvres, je savais seulement que les pauvres étaient tristes et les trolls horribles. Aujourd'hui je sais que nous, les pauvres, nous avons pas mal de choses en commun avec les trolls. Par exemple, les gens croient que nous n'existons pas. + Lire la suite