Carmen


Livres Couvertures de Carmen
3.56 étoiles sur 5 de 650 Commentaires client

Carmen - Carmen, histoire espagnole? Pas dans l'esprit de Mérimée, qui contourne avec ironie l'hispanisme castillan des romantiques et montre les confins de la péninsule: en Andalousie, entre Séville et Gibraltar, l'amour fou d'un Basque déraciné pour une enfant de Bohème, sans patrie ni attaches. Passion des extrêmes: José, brigadier-brigand, et Carmen, actrice aux visages multiples. Passion pour la liberté, qui en cache une autre, plus profonde, que révèle cette nou...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Carmen

Le Titre Du LivreCarmen
AuteurProsper Mérimée
ISBN-102072775981
EditeurGallimard
Catégoriestragédie
Évaluation du client3.56 étoiles sur 5 de 650 Commentaires client
Nom de fichiercarmen.pdf
La taille du fichier19.97 MB


14 février 2014
J'ai comparé les moments clefs de l'histoire entre la nouvelle de Mérimée et l'opéra de Bizet. Mérimée écrit à travers un récit "exotique" d'un voyageur rapportant lui-même le récit qu'il a recueilli, et notre perception de Carmen en est distanciée. Meilhac, Halévy et Bizet, sans négliger le pittoresque espagnol et gitan, nous mettent en la présence physique de Carmen et en font d'emblée un personnage universel de la femme séduite, abandonnée et fière. Cet universalisme explique peut-être que Carmen l'opéra soit connu et admiré dans le monde entier, tandis que dans le monde entier on ignore la nouvelle et le nom de Mérimée, alors que personne n'oublie que La Traviata nous vient de Dumas et Roméo et Juliette de Shakespeare ! Mérimée : On ne s'ennuyait pas auprès de cette fille-là, je vous en réponds. le soir vint, et j'entendis les tambours qui battaient la retraite. - Il faut que j'aille au quartier pour l'appel, lui dis-je. - Au quartier? dit-elle d'un air de mépris; tu es donc un nègre, pour te laisser mener à la baguette? Tu es un vrai canari, d'habit et de caractère. Va, tu as un coeur de poulet. Bizet : CARMEN Je vais danser en votre honneur, Et vous verrez, seigneur, Comment je sais moi-même accompagner ma danse. Mettez-vous là, Don José, je commence! La-la-la-la . (Elle danse et fredonne en s'accompagnant des castagnettes. Don José la regarde en extase. De très loin,on entend des claírons qui sonnent la retraite. Don ]osé prend le bras de Carmen et 1'oblige à s'arrêter.) CARMEN Au quartier! pour l'appel! Ah, j'étais vraiment trop bête! Je me mettais en quatre et je faisais des frais Pour amuser monsieur! je chantais ... je dansais Je crois, Dieu me pardonne, Qu'un peu plus, je l'aimais _ . . Taratata, c'est le clairon qui sonne! Il part! il est parti! Va-t'en donc, canari. (avec fureur, lui envoyant son s/va/eo à la volée) Tiens! Prends ton shako, ton sabre, ta giberne, Et va-t'en, mon garçon, retourne à ta caserne. (...) Elle disait vrai. ]'aurais été sage de ne plus penser à elle; mais, depuis cette journée dans la rue du Candilejo, je ne pouvais plus songer à autre chose. Je me promenais tout le jour, espérant la rencontrer. J'en demandais des nouvelles à la vieille et au marchand de friture. L'un et l'autre répondaient qu'elle était partie pour Lalorol, c'est ainsi qu'ils appellent le Portugal. Probablement c'était d'après les instructions de Carmen qu'ils parlaient de la sorte, mais je ne tardai pas à savoir qu'ils mentaient. DON JOSE Tu me dis de la suivre Pour que toi tu puisses courir Après ton nouvel amant. Non! non, vraiment, Dût-il m'en coûter la vie, Non, Carmen, je ne partirai pas, Et la chaîne qui nous lie Nous liera jusqu'au trépas ... (...) A présent (dit-elle), je n'aime plus rien, et je me hais pour t'avoir aimé. Je me jetai à ses pieds, je lui pris les mains, je les arrosai de mes larmes. Je lui rappelai tous les moments de bonheur que nous avions passés ensemble. Je lui offris de rester brigand pour lui plaire. Tout, monsieur, tout; je lui offris tout, pourvu qu'elle voulût m'aimer encore! Elle me dit : - T'aimer encore, c'ešt impossible. Vivre avec toi, je ne le veux pas. CARMEN Tu me demandes l'impossible, Carmen jamais n'a menti, Son âme reste inflexible. Entre elle et toi, c'est fini jamais je n'ai menti. Entre nous, tout est fini! DON JOSE Carmen, il est temps encore, O ma Carmen, laisse-moi Te sauver, toi que j'adore, Et me sauver avec toi. CARMEN Non, je sais bien que c'est l'heure, Je sais bien que tu me tueras, Mais que je vive ou que je meure, Non, non, non, je ne te céderai pas. DON JOSE Carmen, il est temps encore, O ma Carmen, laisse-moi Te sauver, toi que j'adore, Et me sauver avec toi. CARMEN Pourquoi t'occuper encore D'un coeur qui n'est plus à toi? En vain tu dis: je t'adore, Tu n'obtiendras rien de moi. C'est en vain. La fureur me possédait. Je tirai mon couteau. ]'aurais voulu qu'elle eût peur et me demandât grâce, mais cette femme était un démon. - Pour la dernière fois, m'écriai-je, veux-tu rester avec moi ! - Nonl non! nonl dit-elle en frappant du pied. Et elle tira de son doigt une bague que je lui avais donnée, et la jeta dans les broussailles. Je la frappai deux fois. DON JOSÉ Je suis las de te menacer. CARMEN Eh bien! frappe-moi donc ou laisse-moi passer. CHOEUR Victoire! victoire! DON JOSE Pour la dernière fois, démon, Veux-tu me suivre? CARMEN Non! non! Cette bague autrefois tu me l'avais donnée, Tiens ... (Elle la jette a la volée. ) DON JOSÉ (en frappant Carmen) Eh bien, damnée ... (Carmen tombe morte. Fanfares et choeur dans l'arène.) (...) Et Mérimée de conclure sur une morale bien conservatrice : L'ermite était un saint homme. Il a prié pour elle ! Il a dit une messe pour son âme... Pauvre enfant! Ce sont les Calé qui sont coupables pour l'avoir élevée ainsi. + Lire la suite

06 septembre 2014
je vis qu'elle était petite, jeune, bien faite, et qu'elle avait de très grands yeux. Je jetai mon cigare aussitôt. Elle comprit cette attention d'une politesse toute française, et se hâta de me dire qu'elle aimait beaucoup l'odeur du tabac, et que même elle fumait, quand elle trouvait des papelitos bien doux. Par bonheur, j'en avais de tels dans mon étui, et je m'empressai de lui en offrir.

07 septembre 2014
Andalousie, 19ième siècle. Un jeune chercheur rencontre, près d'une source, un homme taciturne et méfiant à qui il propose un cigare. Il se doute rapidement qu'il s'agit du fameux bandit dont tout le monde parle: Don José. Curieux, il lie connaissance. Quelques jours plus tard, dans les rues de Cordoue, c'est une jeune bohémienne, Carmen, qui le charme. Très vite il découvrira que ces deux personnages intrigants sont liés. Ce n'est que plus tard encore, apprenant la condamnation à mort de Don José pour ses crimes, que le narrateur ira lui rendre visite en prison et que celui-ci lui racontera son amour pour Carmen, les intrigues de celle-ci et sa propre déchéance. Roman court et concis, il se lit presque d'une traite. Il titille, bien sûr. Est-ce Carmen qui est diabolique, vile, manipulatrice? Ou bien Don José qui est faible et lâche? Les deux bien sûr, mais dans une Espagne du 19 ième siècle, je trouve Carmen bien courageuse et dotée d'un fort caratère indépendant, face à un Don José faible certes mais également dominateur et macho: "Je ne veux pas être tourmentée, ni surtout commandée. Ce que je veux, c'est être libre et faire ce qui me plaît. Prends garde de me pousser à bout. " Et si elle entraîne Don José à sa perte, il est pleinement conscient à chaque fois qu'il lui cède des conséquences que cela aura sur sa carrière et finalement sur sa vie. de plus, son désir de posséder Carmen totalement lui ôte tout autre sentiment et compassion pour autrui. Tous ses actes n'ont d'autres fins que de l'avoir, elle. J'émettrais juste quelques réserves sur le dernier chapitre, une sorte d'essai sur les Gens du Voyage, leurs différents noms, leurs origines, leurs langues communes, mais aussi leurs caractéristiques physiques , leurs comportements et leur hygiène; bref il émet des jugements détonnants que je ne mettrais pas entre toutes les mains dans le contexte actuel... + Lire la suite