Mateo Falcone et autres nouvelles


Livres Couvertures de Mateo Falcone et autres nouvelles
3.43 étoiles sur 5 de 117 Commentaires client

Mateo Falcone et autres nouvelles - Un notable corse qui n'hésite pas à tuer son fils coupable d'avoir dénoncé titi bandit aux gendarmes, un roi de Suède qui prophétise l'assassinat de son successeur, un jeune officier insouciant qui découvre les horreurs de la guerre, une révolte sur un négrier, un combat naval où l'on expie une déloyauté aux cartes, des matadors mourants. Dans les nouvelles de MosaicIzie, Mérimée fait le tableau de l'énergie individuelle poussée à son comble, en crimes et en vertus....

Télécharger Livres En Ligne

Détails Mateo Falcone et autres nouvelles

Le Titre Du LivreMateo Falcone et autres nouvelles
AuteurProsper Mérimée
ISBN-102277300985
EditeurJ'ai Lu
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.43 étoiles sur 5 de 117 Commentaires client
Nom de fichiermateo-falcone-et-autres-nouvelles.pdf
La taille du fichier21.68 MB


17 janvier 2015
Une nouvelle surprenante, tout commence comme un jeu d'enfants, on se laisse gagner par les positions un peu naïves de Fortunato, l'enfant de Matéo, mais déjà on voit qu'il s'initie à bien négocier les affaires surtout à satisfaire les plus offrants, et puis survient comme une subite pluie de pierre, un père qui n'a pas froid aux yeux de brandir son fusil sur son fils et de tirer à bout portant répondant nettement à sa femme qu'il vient de faire justice à son fils traître pour avoir trahi un bandit auprès des gendarmes, ce qui est un déshonneur pour un corse surtout pour un montagnard...

29 septembre 2016
Je vais vous parler de la nouvelle de Mérimée s'appelant " Mateo Falcone " Cette nouvelle se déroule dans le maquis de Porto-Vecchio ( en Corse ), un lieu fait de mystères. le thème principal étant abordé est l'honneur, le respect et la loyauté envers une personne. J'ai tout d'abord bien aimé cette nouvelle car elle est très captivante et l'on se met très vite dans le contexte de l'histoire et dans la peau du personnage qui doit choisir entre soit être loyal ou soit saisir à la tentation ( étant le choix de Fortunato, fils de Mateo Falcone et étant tout le but de cette nouvelle ) Le faite qu'elle soit très captivante, les lignes se défilent sans que l'on les remarque. On est totalement immergé dans l'histoire et c'est cela qui est pour moi très important. Cependant je trouve la nouvelle un petit peu courte. Les personnages : le personnage de Mateo Falcone est droit dans ce qu'il fait, c'est un homme dur et stricte et n'échoue pas ce qu'il entreprend. Contrairement au personnage de Fortunato qui lui est lâche, un traitre mais qui est tout de même un enfant et les enfants sont influençables au belles choses ( comme la belle montre qui est démontrer comme un dilemme pour Fortunato) C'est pour cela que j'ai une certaine forme de pitié envers lui. Cette fin est pour moi brutale et pouvant ne pas être comprise par beaucoup de personnes mais elle démontre bien le faite qu'il faut être digne et loyal et garder ses promesses et ne pas les trahir. Cependant, cette fin est tout de même triste d'un certain point de vue. Je classerai cette nouvelle comme étant une nouvelle agréable à lire et je recommande grandement aux personnes lisant beaucoup comme à ceux ne lisant pas beaucoup. C'est une nouvelle simple, sans vocabulaire très complexe. Libre à vous de le lire maintenant. + Lire la suite

06 mai 2018
En sortant de Porto-Vecchio et se dirigeant vers l’intérieur de l’île, on voit le terrain s’élever assez rapidement, et après trois heures de marche par des sentiers tortueux, obstrués par de gros quartiers de rocs, et quelquefois coupés par des ravins, on se trouve sur le bord d’un mâquis très-étendu. Le mâquis est la patrie des bergers corses et de quiconque s’est brouillé avec la justice. Il faut savoir que le laboureur corse, pour s’épargner la peine de fumer son champ, met le feu à une certaine étendue de bois : tant pis si la flamme se répand plus loin que besoin n’est, arrive que pourra ; on est sûr d’avoir une bonne récolte en semant sur cette terre fertilisée par les cendres des arbres qu’elle portait. Les épis enlevés, car on laisse la paille, qui donnerait de la peine à recueillir, les racines qui sont, restées en terre sans se consumer poussent au printemps suivant des cépées très-épaisses, qui en peu d’années parviennent à une hauteur de sept ou huit pieds. C’est cette manière de taillis fourré que l’on nomme mâquis. Différentes espèces d’arbres et d’arbrisseaux le composent, mêlés et confondus comme il plaît à Dieu. Ce n’est que la hache à la main que l’homme s’y ouvrirait un passage, et l’on voit des mâquis si épais et si touffus, que les mouflons eux-mêmes ne peuvent y pénétrer. Si vous avez tué un homme, allez dans le mâquis de Porto-Vecchio, et vous y vivrez en sûreté, avec un bon fusil, de la poudre et des balles ; n’oubliez pas un manteau bien garni d’un capuchon, qui sert de couverture et de matelas. Les bergers vous donnent du lait, du fromage et des châtaignes ; et vous n’aurez rien à craindre de la justice ou des parents du mort, si ce n’est quand il vous faudra descendre à la ville pour y renouveler vos munitions. + Lire la suite