Lucky Luke, tome 13 : Le Juge


Livres Couvertures de Lucky Luke, tome 13 : Le Juge
3.75 étoiles sur 5 de 173 Commentaires client

Lucky Luke, tome 13 : Le Juge - Austin, Texas. Lucky Luke est chargé de convoyer du bétail jusqu'au ranch de Silver City. Mr Smith, le patron, lui annonce que le voyage ne sera pas facile : à l'ouest de la rivière Pecos, il n'y a pas de loi, pas de shérif mais que des hors-la-loi. Cela n'effraie pas Lucky Luke. Mais, ce qu'il ne sait pas c'est que sa route passe par Langtry, là où règne un juge pas des plus commodes : le juge Roy Bean," la loi à l'ouest de Pecos " ai...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Lucky Luke, tome 13 : Le Juge

Le Titre Du LivreLucky Luke, tome 13 : Le Juge
AuteurMorris
ISBN-102800114533
EditeurDupuis
Catégoriesalbum
Évaluation du client3.75 étoiles sur 5 de 173 Commentaires client
Nom de fichierlucky-luke-tome-13-le-juge.pdf
La taille du fichier24.44 MB


10 décembre 2012
LE JUGE : Et maintenant, nous allons nous occuper de ton procès, étranger... LUCKY LUKE : Mais je n'ai rien fait, moi ! LE JUGE : Dans ce tribunal, l'accusé n'a pas besoin de faire quelque chose... Nous nous chargeons de tout !!

11 avril 2018
Pour des raisons que la raison ignore René Goscinny n'est pas crédité au tome intitulé "Le Juge" et publié en 1957... Avec un personnage aussi truculent que Roy Bean difficile de ne pas être inspiré ! le bonhomme a été tellement habitué à passer devant les juges qu'il créa son propre saloon-tribunal pour incarner et exercer la loi à l'ouest du Pecos... Une sympathique fripouille entrée dans le folklore américain qui d'un côté rackettait les habitants et les voyageurs à grand coups d'amendes farfelues, et qui d'un autre côté les régalait d'histoires et d'anecdotes en se donnant en spectacle (dans les deux cas à l'aide de son ours dressé ^^) ! René Goscinny s'éclate à le mettre en scène et à créer des situations ubuesques, et avec l'arrivée du juge ripoux concurrent Bad Ticket il développe une guerre des juges qui ressemble à l'album "Le Combat des chefs" de la saga "Astérix" (voire à "La Guerre des génies" de la saga "Léonard" de Turk et Bob de Groot ^^) Ce qui est dommage c'est que les gags cartoonesques d'inspiration yankee que Morris affectionne tant, parfois usés et éculés, finissent par prendre le pas sur tout le reste et on retrouve le duo grand méchant qui a des plans / nabot servile et surexcité qui les fait capoter (le croque-mort de petite taille, qui cumule inutilement et dangereusement les clichés antisémites, qui veut qu'on pende tout le monde et tout de suite...), les courses-poursuites à la "Benny Hill" avec l'ours dressé du juge, et les vannes racistes sur les Mexicains... Soupirs... + Lire la suite

20 novembre 2015
Voici chronologiquement la quatrième contribution de Goscinny pour Lucky Luke et, je pense, son premier grand scénario de la série. Il est impayable ce juge Roy Bean. Un sacré caractère, un côté malfrat très prononcé, une raideur nucale vestige d'une pendaison avortée, une tendance à la justice fortement influencée par son intérêt propre et des jugements à l'emporte-pièce où l'on a peu de chance de s'en tirer sans frais. Voilà le tableau. Le plus incroyable, c'est que René Goscinny a à peine brodé sur un fait historique réel car Roy Bean a effectivement existé et n'était pas peu fier de s'attribuer la mention " La loi à l'ouest du Pecos " (le Pecos est un affluent du Rio Grande qui — en gros, car la frontière n'est pas exacte — sépare le Texas du Nouveau Mexique). Lucky Luke qui convoyait paisiblement un troupeau de bestiaux sur un itinéraire le faisant traverser le Pecos se retrouve fatalement aux prises avec le brave juge de Langtry et, fatalement… très vite sur les bancs de l'accusation ! Or, une autre fripouille notoire, en la personne de Bad Ticket, voyant la juteuse activité de Roy Bean, décide lui-aussi de s'établir comme juge à Langtry. Ceci risquant fort de provoquer quelques heurts avec notre brave petit juge au cou rigide... Côté dessin, on sent une évolution du style de Morris par rapport aux albums précédents, mais ce n'est pas encore la pleine maturité qui nous a tant ravi par la suite, notamment dans les albums de la deuxième moitié des années 1960. Néanmoins, je préfère vous laisser en juger car tout ceci n'est que mon avis, moi qui ne suis pas juge, autant dire, pas grand-chose. + Lire la suite