Bleu presque transparent


Livres Couvertures de Bleu presque transparent
3.41 étoiles sur 5 de 276 Commentaires client

Bleu presque transparent - Bleu presque transparent relate, en une succession de courts chapitres, quelques journées dans la vie d'un groupe d'adolescents. Journées ou plutôt nuits vides d'espoir d'une "génération perdue" et désillusionnée qui s'abîme dans la destruction. Sexe, drogue, musique, violence... le tableau serait d'une banale désespérance s'il n'y avait ce mélange de distance quasi clinique et d'infinie générosité dans le regard porté sur les personnages. Dans Tôkyô oppressante et ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Bleu presque transparent

Le Titre Du LivreBleu presque transparent
AuteurRyû Murakami
ISBN-102877302962
EditeurEditions Philippe Picquier
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.41 étoiles sur 5 de 276 Commentaires client
Nom de fichierbleu-presque-transparent.pdf
La taille du fichier20.16 MB


16 janvier 2013
Ryû, jeune homme de 19 ans, raconte quelques jours de sa vie avec sa bande d'amis. Tout n'est que sexe, drogue, alcool et violence pour cette jeunesse qui ne semble avoir aucun repère ni idéal. Sur une bande sonore musicale des années 70, tout va vite et ces adolescents s'abîment dans une société qu'ils ne semblent pas comprendre ni même chercher à comprendre. Dès les premières pages, le lecteur est plongé en plein chaos, dans les nuits de folie de ces jeunes pour qui la vie se résume à faire la fête de la façon la plus trash qui soit. D'ailleurs, la lecture de ce roman est à déconseiller aux plus prudes d'entre nous car la crudité des scènes de sexe et la liberté avec laquelle ils les pratiquent peuvent heurter certaines sensibilité. Difficile de croire que ce roman a été écrit en 1976. Il m'a en tout cas fascinée et m'a montré que déjà dans ces années là, de jeunes japonais se sentaient hors de la société et vivaient complètement en marge de celle-ci. le narrateur se nomme Ryû et on pourrait soupçonner qu'il s'agit de l'auteur lui-même. Des recherches sur internet m'ont montré qu'il n'en était rien. Mais cela crée une certaine ambiguïté d'autant plus que la fin laisse entendre qu'un personnage est inspiré par une personne ayant réellement existé. L'écriture de Ryû Murakami laisse perplexe tant elle est particulière mais maîtrisée. Je m'explique. D'un côté, il décrit des scènes trash de sexe extrême, de drogue avec malaise, vomissements, violences et j'en passe. D'un autre côté, certains passages sont réellement poétiques, beaux, parfois même inaccessibles tant ils partent dans des envolées lyriques. Ce roman m'a véritablement marquée et me donne envie d'en découvrir davantage sur l'auteur. Pourtant, je regrette deux aspects dans ce roman. Tout d'abord, je me suis souvent emmêlée les pinceaux dans les personnages, les confondant les uns avec les autres. Sans doute parce qu'il n'y a pas de véritable description des uns et des autres. C'est lié à mon deuxième reproche. Tout reste froid et clinique. L'auteur décrit la vie de débauche de ses personnages mais jamais il n'explique aucun ressenti ni explication de la raison qui les a poussé à mener cette existence. Sont-ils en révolte ? Est-ce leur passé qui les a poussé à quitter leur famille ? On devine que certains sont vraiment jeunes, même mineurs, mais on ne sait pas de quoi ils vivent, même si parfois on a des pistes ou des évocations d'une famille, d'une rentrée d'argent. Cela me frustre car je trouve que ce roman est trop superficiel, qu'il devrait être plus poussé, dénoncer quelque chose et non pas seulement raconter les excès d'une jeunesse désabusée. Sans doute est-ce la femme de presque trente-cinq ans qui parle. Je pense que j'aurais adoré ce roman il y a dix ou quinze ans sans me poser toutes ces questions ! Alors qu'aujourd'hui, j'ai été fascinée mais je veux en savoir plus ! Lien : http://www.chaplum.com/bleu-.. + Lire la suite

06 juillet 2015
Dire que j'ai été déçue par ce "Bleu presque transparent" est bien en-dessous de la vérité. C'est pourquoi, je ferai assez court. La froideur du récit, simple photographie d'instants de vie d'une jeunesse désoeuvrée, est sans doute volontaire mais n'a provoqué chez moi que l'ennui. La litanie des scènes de beuverie et d'orgie, déconnectée de toute trame narrative, m'a paru vaine et gratuite, un étalage de trash creux. L'évocation de cette génération perdue est parlante mais finalement ne raconte rien et ne procure aucune émotion ni sensation. La faute à des personnages sans intérêt. Ils n'ont aucune psychologie, ne sont absolument pas caractérisés. Ils sont si peu dépeints qu'ils semblent totalement interchangeables. On ne ressent ni identification, ni empathie, ni même agacement. Rien, on ne ressent rien pour eux. Mon désintérêt a été amplifié par le style de l'auteur. Certains passages sont plutôt bien écrits, et même si on sent poindre une forme de prétention dans l'écriture, ces pages au style travaillé sont assez agréables à lire. Mais ces passages sont trop rares. Murakami use et abuse des dialogues. Il aligne des pages entières de dialogues, pas très réussis d'ailleurs, faisant de "Bleu presque transparent" un roman trop peu littéraire. "Bleu presque transparent" était ma première incursion dans l'oeuvre de Ryu Murakami, une rencontre bien décevante. "Les bébés de la consigne automatique" dorment dans ma PAL depuis un bail et risquent d'y dormir encore longtemps. Challenge Petits plaisirs 30 Challenge Variété 27 (catégorie "le premier livre d'un auteur célèbre") + Lire la suite

07 septembre 2010
-Tu te rappelles comment je jouais Navire de Cristal des Doors, autrefois? -Tais-toi; maintenant quand je l'entends, j'ai envie de chialer. Chaque fois que je l'entends au piano, c'est comme si c'était moi qui jouais; et ça, je ne peux pas le supporter (...). Tu ne peux pas savoir ce que j'en ai marre. Pas toi, Ryû? Tu sais qu'on va avoir bientôt vingt ans tous les deux, hein? J'ai pas envie de finir comme Meg, j'ai pas envie de revoir encore quelqu'un dans cet état, jamais, non, plus jamais. -Tu vas te remettre à jouer du Schumann? -Non, c'est pas ça que je veux dire. Mais ce qui est sûr c'est que j'en ai plein le dos de ce genre de vie à la con. Je voudrais faire autre chose, je ne sais pas encore quoi au juste. + Lire la suite